4 lectures inspirantes pour l’été

4 lectures inspirantes pour l’été

Vous êtes à la recherche de livres à glisser dans votre valise avant de partir en vacances ? En plus d’un ou deux « romans de plage », vous avez envie de lectures inspirantes ? Vous êtes en plein questionnement sur votre vie ?

Dans cet article, je partage avec vous 4 belles références en développement personnel :

  • Les quatre accords Toltèques
  • Éloge de la lenteur 
  • L’Art de la confiance en soi, ce que les femmes devraient savoir
  • Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

Les vacances d’été sont idéales pour prendre du recul et vous poser les bonnes questions sur votre vie. Que ce soit sur la plage, au bord d’un lac, sur un transat dans votre jardin ou bien dans votre canapé, prenez le temps de savourer ces livres et l’apaisement qu’ils ne manqueront pas de répandre en vous !

Bonne lecture !

.

Les quatre accords Toltèques

4-accords-tolteques

Ce livre de Don Miguel Ruiz est un puissant livre de développement personnel, peut-être le plus puissant de tous. Plus vous aurez envie d’évoluer dans votre quête identitaire et plus vous vous rendez compte qu’on a beau vivre en société, chaque personne vit dans son propre monde. Même votre conjoint, vos enfants, votre mère ou encore votre frère. Il n’y a pas un monde par famille mais un monde par personne.

La force des 4 accords Toltèques expliqués simplement par Don Miguel Ruiz est de révéler comment vivre bien avec vous-même et avec les autres. Il met en avant les croyances limitantes qui nous empêchent d’avancer, d’évoluer en nous et avec les autres. Il montre très simplement comment on peut se libérer du conditionnement collectif pour ne plus souffrir inutilement.

Ces 4 accords sont tirés des enseignements des chamans mexicains, issus de la tradition Toltèque et vous conseillent :

  • Que votre parole soit impeccable
  • Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
  • Ne faites pas de suppositions
  • Faites toujours de votre mieux

Comme le reconnait l’auteur, il faut beaucoup de volonté pour respecter ces accords au quotidien mais si vous y parvenez, vous acquerrez votre pouvoir personnel et créerez votre paradis sur terre. Au-delà de la dimension ésotérique, qui peut parfois rebuter, il s’agit d’un véritable guide pour vous comprendre et comprendre le monde. Si vous êtes passé(e) à côté, malgré les 4 millions d’exemplaires vendus dans le monde, ou que vous n’avez jamais pris le temps de le lire, je vous le conseille vivement !

Éloge de la lenteur 

eloge-de-la-lenteur

« Éloge de la lenteur » est un titre qui interpelle à l’heure où la société demande d’être perfomant(e) sur tous les plans (travail, famille, vie sociale, etc.) !

La slow life, en réponse à la culture dominante de la rapidité, est un mouvement qui monte en puissance et Carl Honoré s’attelle à en illustrer les différentes formes.

Il invite à reconsidérer la lenteur comme source de bien-être, comme mantra apaisant. Il montre qu’il n’est pas trop tard pour arrêter de courir, d’anticiper, de nous mettre une pression quotidienne au détriment de notre vie, de notre famille, de notre entourage que nous négligeons pour gagner du temps. Alors que la vitesse et l’obsession du gain du temps caractérisent la vie moderne, ce livre donne parole à la vague de contestation qui monte. Cette vague qui souhaite nous réapprendre à vivre, à mieux vivre. Carl Honoré explique qu’il faut trouver un juste équilibre dans son rythme et faire de preuve de vitesse, si besoin, au moment opportun et non à chaque instant du quotidien.

C’est une lecture idéale pendant les vacances, période pendant laquelle on prend le temps de ralentir. Pourquoi ne pas en profiter pour mettre en place de nouvelles habitudes de vie ?

L’Art de la confiance en soi, ce que les femmes devraient savoir

art-de-la-confiance-en-soi

J’ai dévoré et adoré ce livre ! Katty Kay et Claire Shipman sont 2 journalistes américaines influentes, spécialisées en politique et en économie. Elles ont enquêté sur les causes culturelle, sociologique, psychologique, scientifique, génétique du manque de confiance en soi récurrent chez les femmes. Elles ont interviewé des personnalités féminines influentes aux États-Unis (des femmes PDG, des femmes pionnières dans leur secteur, des femmes sportives de haut niveau, etc.) et se sont rendues compte que, malgré leur poste, chacune de ses femmes rencontrées « paraissaient manquer d’audace et d’une solide confiance en leurs capacités ». Elles en étaient chaque fois étonnées, ne comprenant pas pourquoi ces femmes qui avaient réussi n’avaient pas confiance en elles.

Au fil des pages, elles nous livrent leur retour d’expérience, leur état d’esprit face aux témoignages recueillis et leur déception face au discours rabaissant de certains hommes qu’elles ont rencontrés. Ce livre a un effet reboostant car Katty et Claire nous révèlent comment affronter nos peurs, prendre des risques mesurés pour nous affirmer, développer notre confiance et mettre un terme aux doutes. Elles nous expliquent pourquoi nous n’avons pas confiance et nous montrent comment vaincre ce frein en toute simplicité et en toute sincérité.

Bref, ce livre est à mettre dans les mains de toutes les femmes ! Son écriture est fluide, ses conseils avisés. On a presque l’impression d’entendre Katy et Claire nous motiver, nous coacher en le lisant ! Une lecture à ne pas rater !

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

blessures-qui-empêchent-detre-soi

Pour arriver à l’épanouissement et être véritablement vous-même, il faut vous connaître dans les moindres détails. Il faut savoir ce qui vous fait agir et réagir. C’est comme ça que vous pourrez bâtir votre confiance en vous (mon combat quotidien !) et donc prendre des risques, sortir de votre zone de confort, tenter de nouvelles expériences qu’elles soient professionnelles ou personnelles
Or, la difficulté, c’est que nombre de vos réactions et de vos schémas de pensée ont été conditionnés pendant l’enfance à travers les expériences vécues, bonnes ou mauvaises.

Lise Bourbeau, fondatrice de la plus grande école de développement personnel au Québec, révèle dans ce livre les 5 blessures fondamentales qui nous régissent : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice.

Son but : donner les clés pour reconnaître par quelle(s) blessure(s) nous pouvons être concerné(e) pour arriver à les accepter et à nous en détacher, pour mûrir.
Ce livre est l’occasion de faire une introspection sur les blessures passées dont vous n’avez peut-être même pas conscience pour le moment, et de vous en libérer.

Une très belle lecture vers vous-même.

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

4 lectures inspirantes

Crédits photos :

La photo de couverture et les autres photos dans l’article sont la propriété de l’auteur.

Gif : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#lecture #lectures #lecturesinspirantes #4accordstolteques #elogedelalenteur #lartdelaconfianceensoi #developpementpersonnel #les5blessuresquiempechentdetresoimeme #donmiguelruiz #carlhonoré #lisebourbeau

Céline

Home organiser & Blogueuse

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. Home organiser, j’ai démarré ce blog pour partager mes conseils avec vous.

Le but : pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

Gagnez du temps, de l’argent et de la place grâce au minimalisme

Gagnez du temps, de l’argent et de la place grâce au minimalisme

Vous voulez connaître une méthode pour gagner du temps ?

Faire des économies en parallèle vous intéresse aussi ?

Et retrouver de l’espace chez vous serait la cerise sur le gâteau ?

Rien de plus simple ! Faites le tri dans vos affaires et vos habitudes ! Inspirez-vous de la vague minimaliste qui déferle sur les réseaux et dans les média.

Ne vous inquiétez pas, mon but dans cet article n’est pas de vous conseiller de vider quasi entièrement votre logement, loin de là ! Ce que j’ai envie de vous montrer c’est  que cette mode du minimalisme a de nombreux avantages. Au-delà de nous inviter à prendre du recul sur notre mode de consommation, il y a 3 grands avantages très concrets : gagner du temps, de l’argent et de l’espace !

Pas encore convaincu(e) ? Alors lisez la suite !

Le minimalise vous fera gagner de la place et vous sentir bien

Désencombrez…

Il n’y a pas de petit espace de vie, seulement des logements encombrés. (citation dominique loreau)

Avez-vous déjà compté le nombre d’objets (vêtements, accessoires, meubles, ustensiles, livres, appareils, etc) que vous avez ? Il y a de quoi avoir un gros mal de tête !

Prenez le temps de regarder – mais de regarder vraiment – ce qui vous entoure dans votre salon par exemple ou ce qu’il y a dans votre penderie. Tout est-il vraiment nécessaire ? Utilisez-vous tout ce que vous possédez ?

Prendre le temps de trier vos affaires va vous permettre de libérer énormément de place ! On n’a pas conscience de la place que prennent les affaires qu’on n’utilise pas tant qu’on ne les voit pas dans des cartons ou des sacs poubelle dans notre entrée. Surtout que les magasins de meuble bon marché regorgent d’astuces pour nous permettre de ranger efficacement !

 .

… et un sentiment de bien-être vous envahira

Une fois que vous aurez sorti de chez vous toutes les affaires que vous ne gardez pas, vous ressentirez un puissant sentiment de légèreté et de bien-être, je vous assure !

D’abord car vous serez arrivé à vous détacher du matériel – c’est très libérateur – et ensuite car il sera plus facile de garder votre logement rangé. Or, il est prouvé que vivre dans une maison rangée influe sur votre état d’esprit de manière positive. Eh oui, l’accumulation d’objet ou de bazar est oppressante ! Je vous invite à lire l’article…

Le minimalisme vous fera gagner de l’argent et faire des économies

Après votre tri, revendez vos affaires !

Si vous avez l’habitude de lire mes articles, vous savez que je suis une inconditionnelle de la revente d’occasion. Au départ, c’était la solution à ma vie d’étudiante aux petits budget et appartement et à présent c’est une véritable philosophie de vie.

Nos affaires représentent un budget souvent insoupçonné ! En moyenne, mes ventes me permettent de récupérer 400 € chaque année. Et quel gain de place ! Quelle tranquillité d’esprit ! Je vous pose la question : pourquoi garder des vêtements, des objets, des cadeaux que vous n’utilisez pas ? Autant récupérer de l’argent, non ?

 .

Faites le point sur vos dépenses

Si vous n’êtes pas adepte d’un suivi mensuel de votre budget via un tableau Excel, un cahier ou une application, prenez du recul et regardez attentivement vos comptes pour filtrer les dépenses nécessaires (loyer, charges, dépenses alimentaires, transports) des dépenses plaisir.

Quel montant représentent les dépenses plaisir ? Était-ce vraiment nécessaire de dépenser cette somme ? N’auriez-vous pas préféré épargner ce montant ? Ou l’utiliser pour financer un projet qui vous tient à cœur ? (voyage, études des enfants, achat immobilier, formation, autres). Pourquoi ne pas voir plus grand qu’un achat plaisir impulsif, éphémère ? Et si vous stoppiez les dépenses inutiles ?

S’intéresser au minimalisme, c’est vous rendre compte de la valeur des choses, la valeur tant pécuniaire que symbolique. Cela vous questionne sur votre rapport aux objets, aux biens matériels et à vos sources de plaisir et d’épanouissement.

 .

Avant d’acheter, demandez-vous si vous en avez vraiment besoin

Les sites d’e-commerces et les centres commerciaux sont toujours tentants. Ils ont une arme redoutable qui use et abuse de toutes les stratégies possibles pour vous attirer à l’intérieur : le marketing. Ils sont bien conçus/aménagés, ils sentent bon ou dévoilent des vitrines alléchantes.

Mais avant de craquer, demandez-vous si vous avez vraiment besoin d’entrer. Et si vous êtes entré(e) et avez saisi un objet (ou l’avez ajouté à votre panier), posez-vous la question : « en ai-je vraiment besoin ? ». Redites cette phrase dans votre tête chaque fois que l’envie vous prend de sortir votre carte bleue. A force, elle deviendra votre mantra et vous verrez qu’elle vous permettra de réaliser de grandes économies !

Le minimalisme vous fera gagner du temps et réfléchir sur vous-même

Faites votre introspection

Avec les conseils précédents, vous avez pu voir que s’intéresser au minimalisme est une manière de plonger en vous-même. De réfléchir sur vos habitudes de consommation. Réfléchir sur les véritables priorités. Sur ce qui vous épanouit.

Lorsqu’on prend du recul sur sa consommation et sur ses achats, on se rend compte que la plupart du temps, les achats compulsifs – faits sur un coup de tête – reflètent une frustration ou viennent combler un manque. Quand vous essayez de comprendre pourquoi vous avez fait un achat compulsif, souvenez-vous du jour où ça s’est produit et réfléchissez sur l’élément déclencheur. Est-ce que cela n’aurait pas un lien avec : une dispute de couple ? Un entretien d’embauche qui s’est mal passé ? La séparation avec votre chéri(e) ? Un conflit au travail ? Une remarque ironique d’un voisin qui soulignait qu’il vous manquait ce super appareil high-tech ?

 .

Gagnez du temps en évitant les centres commerciaux et les sites marchand

Avez-vous déjà compté le nombre d’heures que vous passez dans les centres commerciaux ? Ou sur les sites d’e-commerce ?

Une fois que vous aurez pris conscience qu’acheter ne vous rendra pas plus heureux/se, ne changera pas ce que vous êtes intrinsèquement, terminées les heures perdues à faire du shopping ou à surfer sur les sites marchands !

Imaginez ce que vous allez pouvoir faire de ce temps récupéré !

(Et en parallèle, si vous ne dépensez plus inutilement donc vous économiserez de l’argent 😉

 .

Profitez d’un rangement et d’un ménage facilité

Désencombrer vous a permis de gagner de la place mais pas que ! Nos affaires demandent du temps, de l’attention et de l’énergie. Il faut les acheter, les ranger, les nettoyer et en prendre soin, le cas échéant les réparer…

Et c’est tellement plus facile de faire la poussière sur des meubles non encombrés par une série de bibelots, de passer l’aspirateur sans devoir contourner des piles de livre, des pieds de meuble, des affaires qui traînent.

Attention, le but n’est pas de vous empêcher d’avoir des objets ! Mais gardez uniquement ceux qui vous mettent vraiment en joie. Ceux que vous avez plaisir à regarder.

En conclusion

Voilà comment, en vous intéressant au minimalisme, vous pouvez gagner de l’argent, du temps et de l’espace ! Il suffit ensuite d’adapter ces conseils à votre manière, à votre mode de vie.

Finalement, s’intéresser au minimalisme va au-delà d’un effet de mode, c’est penser différemment, consommer différemment, bref vivre différemment. Et ça fait du bien.

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

minimalisme, temps, argent, place

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by rawpixel.com  pourFreepik

.

Hashtags-clé :

#minimalisme #minimaliste #modeduminimalisme #modeminimaliste #mode #effetdemode #modedevie #modedeviesimple #gaindetemps #gaindargent #gaindeplace #gagnerdelaplace #gagnerdelargent #economiser #economies #gagnerdutemps #gestiondutemps #astuces

Céline

Home organiser & Blogueuse

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. Home organiser, j’ai démarré ce blog pour partager mes conseils avec vous.

Le but : pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

Comment déménager dans une autre région sans stresser ?

Comment déménager dans une autre région sans stresser ?

L’idée vous trotte dans la tête depuis un moment… Vous avez envie de changer de région ? Ca serait en effet l’occasion de changer de mode de vie ? D’avoir une maison plus grande ? De vous rapprocher de votre famille ? De vivre au bord de la mer peut-être ?

Déménager demande une grande organisation, a fortiori pour changer de région !

Dans cet article, vous allez découvrir le plan d’action pour un déménagement dans une autre région réussi !

Pour la petite histoire, l’Homme et moi avons organisé un déménagement entre Paris et Lyon en 27 jours top chrono de la signature du bail de notre nouvel appartement et le jour J du déménagement !

Etape 1 : préparez les visites de votre futur logement

1. Élaborez un rétroplanning

Afin de gérer au mieux la préparation de votre déménagement et de ne rien oublier, le rétroplanning s’impose !

Souvent il est déterminé par le préavis de votre démission dans l’entreprise que vous quittez. Dès que l’un des 2 conjoints trouve un poste dans la nouvelle région, dès que le contrat est signé, c’est le branle-bas de combat ! Or, afin d’éviter les longs chevauchements de loyer, il vaut mieux essayer de trouver un appartement le plus tard possible et là, le rétroplanning se resserre !

Pour nous, la date butoir était la prise de poste de l’Homme sur Lyon le 18 mars. Nous avons élaboré notre rétroplanning en fonction de cette date-là. Nous avons décidé de visiter des appartements sur Lyon un mois avant, la semaine du 18 au 22 février.

 .

2. Ayez une idée des quartiers dans lesquels vous aimeriez habiter

Afin de gagner du temps sur place lorsque vous visiterez, il est intéressant de cibler certains quartiers en amont. En fonction du/des futur(s) lieu(x) de travail, quels seraient les quartiers idéaux ? Y a-t-il une école pas loin ? Comment sont organisés les transports en commun ? Le ramassage scolaire ? Avez-vous l’habitude de tout faire à pied et en vélo ou prenez-vous la voiture ?

 .

3. Déterminez la liste des critères essentiels de votre futur logement

Plutôt terrasse, cave et parking ou grandes surfaces et proximité des transports ? Plutôt en ville ou dans un quartier résidentiel ? Ces questions sont essentielles pour que vous ayez une idée précise du logement que vous allez chercher. Là encore, vous gagnerez un temps précieux en anticipant sur ce que vous chercherez ! Surtout si vous mettre d’accord avec votre conjoint(e) prend du temps !

Etape 2 : trouver votre futur appartement sur place

1. Fixez-vous un objectif précis pour ne pas vous éparpiller

Nous sommes venus de Paris exprès pour faire des visites et il n’était pas question de devoir venir plusieurs fois. Poser des jours, payer les billets de train sont des contraintes de temps et d’argent. Pour nous, l’objectif était simple : trouver un appartement à louer sur Lyon en 5 jours ouvrés. On a donc optimisé notre temps au maximum et fait en moyenne 5 visites par jour.

Résultat : 19 visites au jeudi soir, 5 dossiers déposés (pour des appartements qui ne nous plaisaient pas forcément mais on a préféré jouer la carte de la prudence) et une réponse positive, le jeudi à 18h !

Le vendredi : dépôt du chèque de caution en agence, balade dans notre futur quartier et hop retour sur Paris, soulagés !

 .

2. Organisez bien vos journées

Chaque matin entre 8h et 9h, on regardait les annonces et notait les références de celles qui nous intéressaient. On alternait entre seloger.com et leboncoin.fr

Dès 9h, appel des agences pour programmer les visites. Les rendez-vous étaient souvent pris pour le jour même, parfois le lendemain.

Vers 10h, on quittait notre QG, en général on avait déjà au moins 2 visites planifiées.

Et on ne rentrait pas avant 20h car les particuliers, eux, font visiter le soir en général. Les journées étaient donc bien remplies et les 10 000 pas étaient largement marchés 2 fois !

 .

3. Une super méthode pour optimiser votre temps

Pendant les moments de trou, entre les visites, on faisait du porte-à-porte dans les agences des quartiers où nous nous trouvions. Ça fonctionne bien. Effectivement peut-être que sur 4 agences dans lesquelles vous entrez, seule une a un appartement libre qui répond à vos critères mais cette méthode permet parfois de visiter des appartements avant que l’annonce soit mise en ligne.

Toutefois, le porte-à-porte reste l’idéal pour les agences difficiles à joindre par téléphone. Lorsqu’on repérait une annonce qui nous plaisait et que personne ne décrochait, on se déplaçait pour savoir si l’appartement était toujours libre. On a pu visiter 3 apparts ainsi dont celui que nous avons loué.

 ..

4. Soyez insistant(e)s, quitte à être lourd(e)s !

Nous avons emménagé dans l’appartement que nous avons eu le plus de mal à visiter !

On a vu l’annonce le mercredi à 16h, en faisant une pause dans un fastfood pour profiter de la connexion internet et regarder les nouvelles annonces. C’était l’annonce idéale ! On a immédiatement appelé et mais c’est le répondeur du commercial qui nous a répondu. Hop message laissé.

Nous avons rappelé vers 17h30, encore le répondeur. À 18h45, nous profitons d’une visite dans le quartier de l’agence pour y passer avant sa fermeture. Manque de pot, il n’y avait personne. Le lendemain matin, le commercial nous rappelle pile au moment où on est en ligne avec une autre agence… il nous laisse un message. Lorsqu’on essaie de le joindre, à nouveau la messagerie !

Mais comme sur le papier, l’appartement avait l’air parfait, nous n’avons pas lâché l’affaire !!

Jeudi en fin de matinée, nous repassons à l’agence. Le commercial n’est pas là mais son associé  nous dit de repasser vers 15h. À 15h donc, nous repassons. Environ 20 minutes plus tard, il n’est toujours pas revenu… Son associé l’appelle, le commercial est justement en train de faire visiter L’appartement. L’associé nous donne l’adresse et on rejoint le commercial sur place.

On a été le 2e couple à visiter. Heureusement pour nous, le 1er ne s’est pas projeté. Mais nous, on a eu un véritable coup de cœur ! On a déposé un dossier immédiatement. Dans l’heure, le commercial nous rappelait pour nous dire que le dossier était accepté !

 .

5. Soyez toujours prêt(e)s à déposer un dossier

Pour être efficace, il faut toujours vous déplacer avec votre dossier complet (papier et dématérialisé au cas où). Voici ce qu’il faut fournir :

  • Le contrat de travail de chaque conjoint
  • les 3 derniers bulletins de salaire de chaque conjoint
  • les 3 dernières quittances de loyer si vous êtes locataire ou la dernière taxe foncière si vous êtes propriétaire 
  • une photocopie de la carte d’identité de chaque conjoint
  • un justificatif d’union (récépissé de pacs ou contrat de mariage) si vous n’êtes pas en union libre

Si vous avez un ou des garants :

  • les 3 derniers bulletins de salaire du garant
  • les 3 dernières quittances de loyer ou la dernière taxe foncière 
  • un justificatif d’identité 

Etape 3 : une fois l’appartement trouvé, préparez votre déménagement

1. Déposez votre préavis

Je n’étais pas rassurée de donner mon préavis avant que nous ayons trouvé un appartement sur Lyon. Je l’ai donc déposé dès que nous sommes rentrés, en sachant par conséquent que les 2 loyers se chevaucheraient pendant 3 semaines… Pour ne pas perdre un ou 2 jours de plus, j’ai choisi de me déplacer. Lorsqu’on envoie son préavis par la poste (en recommandé avec AR), c’est la date de réception qui fait foi. L’apporter en agence permet de le faire courir à compter du jour-même.

 .

2. Choisissez le jour du déménagement 

On a hésité, l’Homme et moi, sur la date du déménagement en semaine ou pas ? La semaine est idéale parce que :

  • Le prix de location du camion est moins cher. 
  • Rares sont les agences à proposer l’état des lieux de sortie le samedi… Déménager un samedi suppose de revenir pour l’état des lieux. Il est donc plus pratique de déménager en semaine pour planifier l’état des lieux juste après avoir vidé l’appartement et fait le ménage.

Sauf qu’en semaine, difficile de trouver des amis libres pour vous aider à porter les cartons ! Cette solution est plus envisageable quand vous passez par des déménageurs. De notre côté, nous avons décidé de faire tout nous-mêmes pour ne pas payer trop cher. Pour savoir comment déménager sans vous ruiner, vous pouvez lire mon article :

Nous avons donc finalement déménagé un samedi et je suis revenue le jeudi qui a suivi pour faire le ménage et l’état des lieux de sortie.

.

3. Prévenez les différentes administrations

Déménager implique des démarches administratives : prévenir vos fournisseurs d’énergie et d’abonnement internet, faire le changement d’adresse auprès de votre banque, du centre des impôts, des organismes dont vous recevez des allocations, rerouter votre courrier…

Certaines démarches sont spécifiques si vous changez de région :

  • Prévenez bien vos assureurs (habitation, auto, mutuelle privée, protection juridique, etc.). Le fait de changer de région peut avoir un impact (à la hausse ou à la baisse) sur la cotisation de vos contrats d’assurance quel qu’il soit.
  • Faites le changement d’adresse sur votre carte grise

 .

4. Faites vos cartons

Comme pour le préavis, j’avais du mal à démarrer les cartons avant d’avoir trouvé un logement. Difficile de me projeter dans une nouvelle ville, une nouvelle région, bref une nouvelle vie quand rien n’est concret. J’ai donc attendu que nous rentrions de Lyon pour commencer les cartons.

Il restait pile 3 semaines avant le déménagement. En réalité comme on était pris les week-ends (c’était le marathon des visites amicales et familiales avant de partir !), il restait de fait 3 x 5 jours soit 15 jours ! C’était vraiment nécessaire pour tout emballer et démonter tous les meubles !

 .

5. Louez un camion de déménagement + un emplacement pour stationner

En parallèle des cartons, il faut savoir quel camion de déménagement vous allez louer ou à quelle société de déménagement vous souhaitez vous adresser.

Si vous optez pour le camion que vous conduisiez vous-même, vous pouvez le louer 3 à 2 semaines avant si vous n’êtes pas dans une période de déménagement chargée (typiquement l’été). Autre conseil, je vous recommande vivement de ne pas louer chez Rentacar !! Si vous voulez savoir pourquoi, c’est par ici !

Si vous faites appel à des déménageurs, vous aurez besoin de donner les caractéristiques de votre nouveau logement (étage, localisation, etc.) pour pouvoir signer votre contrat donc de l’avoir trouvé.

Enfin, si vous déménagez en ville, renseignez-vous auprès de votre mairie de quartier pour savoir s’il est possible de louer un stationnement. Ainsi aucune inquiétude pour trouver où garer le camion quand vous arrivez !

Le jour J : fixez l’heure du chargement du camion en fonction de votre temps de route

De Paris à Lyon, il faut environ 5 heures de route. Afin de ne pas arriver trop tard sur Lyon (n’oubliez pas qu’après avoir chargé le camion, il faut le décharger !), nous avons commencé à vider l’appartement avec nos amis à 9h.

À 11h30, le camion était rempli, les portes fermées.

À 12h : nous étions en route !

Le timing était parfait, aucun bouchon pour sortir de Paris, superbe soleil, personne sur l’autoroute. On allait mettre tout juste 5h pour arriver s’il ne nous était pas arrivé une histoire de dingue que je vous raconte dans mon article : « Comment éviter de payer 180 € d’amende en louant votre camion de déménagement ? »

Conclusion

Quand on est arrivé sur Lyon et qu’on a réalisé tout ce qu’on avait fait en 27 jours seulement, on ne réalisait pas ! Tout comme on ne réalisait pas non plus qu’on avait enfin quitté Paris ! Un rétroplanning chargé a cet avantage qu’au moins on ne réfléchit pas (on n’a pas le temps !), on agit pour respecter les échéances – et on prie pour ne rien oublier. Si vous avez l’habitude de gérer des projets au boulot, voyez votre déménagement comme tel 😉

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by rawpixel.com pour Freepik

.

Hashtags-clé :

#déménager #demenager  #déménagement #demenagement #preparersondemenagement #changerderegion #région#préparer #preparer #planifier #anticiper #organiser #camiondedemenagement #locationdecamion #loueruncamiondedemenagement #rentacar

Céline

Blogueuse et Home organiser certifiée

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. En 2019, je me suis lancée dans le blogging tout en me formant au métier de Home organiser.

Je vous partage mes conseils pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

5 conseils pour prendre soin de votre santé

5 conseils pour prendre soin de votre santé

À quoi pensez-vous quand on parle d’organisation ? Plutôt à la conciliation des contraintes vie pro/vie perso, n’est- pas ? Ou bien aussi à la liste de tâches ménagères à accomplir ou encore à la gestion de votre emploi du temps et de celui votre famille, non ?

C’est effectivement une grande part de l’organisation familiale. Mais vous oubliez quelque chose ! Quelque chose d’essentiel pourtant !

Vous oubliez votre santé ! On a souvent tendance à la mettre de côté au détriment de son travail ou de la santé de ses enfants. On prend rendez-vous pour eux mais pas pour nous. On se dit qu’on le fera plus tard. Vous reconnaissez-vous ?

Quand je parle de santé, je pense aux rhumes et autres maladies hivernales mais aussi et surtout à la santé en tant qu’équilibre entre votre corps et votre esprit. Écoutez-vous votre corps ? Savez-vous reconnaître les signaux d’alerte ? Devinez-quoi. Eh oui votre corps vous parle !

Dans cet article, vous allez découvrir 5 conseils pour que votre santé soit une priorité dans votre to do list !

1. Écoutez votre corps pour faire connaissance avec lui

J’ai écouté il y a peu le témoignage d’une cadre sup’ d’un grand groupe de presse qui parlait de son burn out. Son témoignage a fait écho en moi à une expérience que j’ai vécu en entreprise, lorsqu’elle a parlé de maladie et soulignait la construction du mot : la maladie = l[e] mal a dit.

Notre corps est très loquace lorsqu’on sait l’écouter, il est le premier à dire quand ça ne va pas, avant que la tête conscientise les choses. En plus il a une mémoire et vous le fait savoir.

La connaissance de soi passe aussi par la connaissance de son corps. Il est votre premier outil dans la vie. Il faut donc vraiment l’écouter, faire attention à l’apparition de symptômes, à leur fréquence, à leur intensité, à la cause qui les déclenche

Comment prendre soin des autres si vous ne prenez pas soin de vous ? L’organisation de votre vie de famille passe par votre santé !

equilibre corps et esprit

Laissez-moi vous raconter mon histoire :

Il y a 2 ans, j’ai fait une dépression liée à une situation très difficile au travail. J’ai mis 5 mois à poser des mots sur  ce que je vivais. Le corps, lui n’a pas attendu longtemps. Au bout d’un mois à peine, j’étais victime de bruxisme nocturne. Pour faire simple, je serrais tellement les dents en dormant que je m’étais fait une contracture musculaire dans les joues. Impossible de rire, d’éternuer, de manger certains aliments (pain, cacahuètes, céréales, biscuits, légumes crus etc.) sans ressentir une douleur musculaire fulgurante.

Le bruxisme est une manifestation psychosomatique classique de l’anxiété.

En mai, nous sommes partis en vacances 15 jours avec l’Homme. Trois jours avant la reprise, alors que je fêtais mes 30 ans en famille, j’ai eu les symptômes d’une gastro. De quoi vous pourrir votre anniversaire ! Personne n’était malade autour de moi. La simple idée de reprendre m’avait rendu malade.

 En juin, alors que je venais de voir le médecin du travail qui m’avait permis de mettre un mot sur ce que je vivais, j’ai été victime d’un accident de vélo contre une voiture. Rien de grave sur le coup, surtout des bleus apparents. Sauf que j’ai gardé une séquelle au niveau des cervicales qui, depuis, bloquent mon dos chaque fois que je suis stressée…

Et je ne vous parle pas des insomnies matutinales que j’ai vécues pendant 8 mois, en parallèle de tout ça. Les insomnies sont un signe classique de dépression.

Après 5 mois d’arrêt et de lutte, j’ai obtenu une rupture conventionnelle, nous avons déménagé. Lorsque j’ai cherché du travail et obtenu un poste, je me suis fracturée le petit orteil une semaine avant de commencer. La blessure bête par excellence : j’ai tapé l’orteil contre le pied du canapé. Retravailler après ce que j’avais vécu m’angoissait tellement que cette blessure n’est pas une coïncidence. J’ai donc fait ma prise de poste en béquille. L’interprétation n’est pas difficile à trouver : j’avais besoin de soutien dans ce cap à franchir.

2. Pratiquez-vous les médecines douces ?

L’OMS recense plus de 400 pratiques dont les plus reconnues sont l’ostéopathie, l’acupuncture, l’hypnose, la sophrologie, la naturopathie, l’aromathérapie, le reiki, etc.

Contrairement à la médecine occidentale qui a une approche curative et « mécanique » du corps, elles s’inscrivent dans une approche holistique. Elles s’occupent de vous en tant que tout : une personne formée d’un corps et d’un esprit.

S’en tenir à des symptômes physiques permet certes de les soigner mais est réducteur. Nous sommes bien plus qu’une somme d’organes ! C’est pourquoi les médecines douces, quelle que soit la pratique, s’intéressent autant aux symptômes qu’aux émotions ou à l’environnement. Souvent jugées comme incertaines ou inefficaces car elles sont très empiriques, elles sont pourtant très utiles ! L’approche préventive les inscrit dans la durée et en fait une réponse idéale pour votre qualité de vie : douleurs chroniques, maux de dos, migraines, stress, anxiété, dépression… Elles détoxifient  corps et le mental. Retrouver un équilibre entre le physique et le psychique permet de rendre à votre corps sa pleine capacité à se régénérer naturellement, à se soigner lui-même.

Si vous souhaitez en savoir plus ou trouver un praticien sérieux et qualifié, je vous conseille d’utiliser la plateforme de médoucine. C’est à la fois un réseau de thérapeutes et une plateforme de prise de rendez-vous. Elle recense actuellement 1 000 thérapeutes en France métropolitaine. Médoucine est vigilant sur les avis des patients, leur sécurité,  la qualité de formation des praticiens et le fait que chacun corresponde à la charte déontologique définie.

3. Ne négligez pas les visites chez le podologue !

J’ai appris à mes dépens qu’il ne faut pas non plus négliger le podologue ! En plus d’une approche corps et esprit pour garder la forme, une analyse biomécanique régulière est indispensable. En effet, une blessure peut parfois en déclencher une autre de fatigue ou de compensation. Pour la petite histoire, une entorse au pied droit m’a déclenché une tendinite au pied gauche par pure compensation ! Sans m’en rendre compte, j’avais modifié ma démarche pour protéger mon pied droit… Résultat, lors d’une visite chez le podologue, j’ai appris que je boitais et que ça avait déstructuré mon corps : pieds, genou, bassin, cervicales… et hop c’était partie pour des semelles et des séances d’ostéopathie…

4. Prenez le temps de prendre rendez-vous et de vous y rendre !

Nombreux sont les médecins de toute spécialité à être présents sur doctolib, cela facilite grandement la prise de rendez-vous comparé à ce temps perdu à attendre qu’une secrétaire médicale décroche le téléphone ! La prise de rendez-vous est devenue une formalité ! Profitez de ce temps gagné 😉 et si votre médecin est un(e) irréductible du secrétariat, faites de la prise de rendez-vous une priorité. Si nécessaire, faite une pause sur votre temps de travail pour vous isoler pendant que vous attendez qu’on vous réponde.

Et une fois que vous avez pensé à prendre rendez-vous, surtout ne ratez pas votre créneau ! S’il le faut, partez un peu plus tôt du travail ou arrivez plus tard le matin si cela vous permet d’avoir un créneau plus rapidement. Le management par la culpabilité, surtout sur les horaires, fonctionne du tonnerre sur bon nombre d’entre nous (j’ai souvent eu l’occasion de remarquer que cela fonctionnait beaucoup sur les femmes). Ne laissez pas votre responsable ou des collègues vous faire culpabiliser parce que vous allez vous occuper de votre santé !

5. Ne mettez pas le sport de côté, adaptez votre activité

femme qui fait du yoga

Une blessure n’est pas une excuse pour ne pas/plus faire de sport. Ce n’est pas parce que vous vous êtes foulé une cheville au badminton, fait les croisés au ski, une entorse du poignet au volley ou bien fracturé l’avant-bras à cheval qu’il faut revendre vos équipements !

Le sport est bon pour votre santé. Ne pas pratiquer d’activité physique est pire que de se blesser en en faisant ! Tous les sports ne sont pas forcément adaptés, bien sûr, mais c’est en habituant votre corps à être sollicité, qu’il va se muscler, se renforcer. C’est de la prévention. Avec mes entorses de cheville à répétition, je suis très contente de faire du body balance car ce sport fait travailler l’équilibre et la proprioception. La piscine et le vélo sont souvent conseillés car ce sont des sports durant lesquels on ne porte pas son propre poids.

Saviez-vous qu’il est fortement recommandé aux personnes qui souffrent de maux de dos de faire de la randonnée ?

Parlez-en avec votre médecin traitant ou votre ostéo. Le sport est indispensable pour un corps en forme, je vous assure ! Pour rien au monde je ne me passerai de ses bienfaits 😉

En conclusion

Pour prendre soin de votre famille, il faut avant tout prendre soin de vous. Faire du sport pour vous détendre, vous relaxer et vous renforcer, tout en faisant attention aux signaux que votre corps vous lance sont la meilleure manière de rester en forme et serein(e) face aux obstacles vous rencontrerez.

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

organiser sa santé

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Pressfoto pour Freepik

Photo de la jeune femme s’étirant : designed by Racool_studio pour Freepik

Gif : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#sante #soccuperdesasante #bienetre #equilibre #equilibrecorpsesprit #prendresoindesoncorps #prendresoindesoi #soccuperdesoi #etreenforme #forme #fairedusport #organisation #organisationsante #prendresoindesafamille

Céline

Blogueuse et Home organiser certifiée

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. En 2019, je me suis lancée dans le blogging tout en me formant au métier de Home organiser.

Je vous partage mes conseils pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

Désencombrer : que faire des collections ?

Désencombrer : que faire des collections ?

Avez-vous déjà collectionné des objets ? Avez-vous déjà arpenté les brocantes, les vides-greniers, à la recherche de LA nouvelle pépite de votre collection ? Celle à mettre en évidence sur l’étagère ou dans la vitrine qui expose cette fameuse collection ?

Collectionner est un phénomène très répandu : des objets d’art aux timbres en passant par les boîtes de camembert, les couteaux suisses, les pièces de monnaie, ou les conquêtes amoureuses, il existe autant de collections que de collectionneurs !

Mais que faire de ces collections quand vous désencombrez votre logement ? Vous avez remarqué que ce sont les objets pour lesquels il y a de l’affect que vous avez le plus de mal à faire sortir de chez vous ?

Aller, penchons-nous sur le sujet ensemble, pour voir ce qui se cache là-dessous !

Notre rapport aux objets

1. Quand désencombrer se transforme en chemin de vie

Désencombrer votre maison ou votre appartement va au-delà du simple fait de vous débarrasser de certaines affaires. S’il s’agit de jeter des appareils usagés non réparables ou des vêtements trop abîmés, c’est facile. Mais comment faire lorsqu’il s’agit d’objets à valeur sentimentale ? Les souvenirs de vacances, les photos, les dessins de vos enfants, les collections… Désencombrer n’est que la partie émergée de l’iceberg ! Au-delà de l’aspect pragmatique, cette action vous interroge sur votre rapport aux objets. Que vous soyez accompagné(e) par un home organiser ou que vous accomplissiez la démarche seul(e), les mêmes questions reviennent : est-ce que je garde cet objet ? Est-ce que je le jette ? Pourquoi n’arrive-je pas à me séparer de tel objet ?

Pourquoi est-ce si difficile de faire sortir de chez vous certains objets qui n’ont aucune valeur intrinsèque, pas d’usage, parfois rangés dans des boîtes que vous n’ouvrez jamais ? Tout simplement parce qu’« en prenant dans vos mains chaque objet ayant une valeur sentimentale et en décidant lesquels jeter, vous faites l’examen de votre passé »(1). C’est pourquoi les home organiser vous conseillent de ne jamais commencer votre tri par les objets sentimentaux. Il vous semblerait alors interminable !

.

2. Comment différencier les objets utiles des objets sentimentaux ?

Vous pouvez analyser un objet sur 3 plans :

  • Sa fonction: exemple un stylo sert à écrire. Il n’a aucune valeur intrinsèque, à part si c’est un stylo Mont-Blanc qui a une valeur financière. Son usage c’est de vous permettre d’écrire.
  • Sa symbolique : il s’agit d’une projection culturelle ou sociétale. Le stylo sert à s’exprimer, s’épancher, confier ses secrets…
  • Votre projection personnelle: ce que l’objet représente pour vous. C’est le stylo avec lequel votre écrivain préféré vous a dédicacé son livre. Vous avez cristallisé une émotion sur cet objet. Il vous faut donc vous détacher de l’émotionnel.
infographie objet utile versus sentimental

Votre rapport aux collections

1. Pourquoi créer une collection ?

En février dernier, j’ai assisté à une conférence de Bénédicte Régimont sur l’interprétation de l’accumulation des objets qui m’a secouée. Littéralement. J’ai eu une sorte de révélation pendant la conférence et je tremblais.

Collectionner des objets, quels qu’ils soient – vieux t-shirt, magazines, pots de yaourt, figurines, photos, galets, etc. –, reviendrait à combler un manque.

Or, j’ai eu des collections quand j’étais jeune : les timbres et les figurines de chevaux. J’ai commencé par les timbres, vers 7 ans et on a dû m’offrir mes dernières figurines de chevaux vers 18 ans. Je n’avais jamais vu ces 2 collections comme une manière de combler un manque… Le discours de la conférencière m’a dérangée.

.

2. Retour en enfance

Saviez-vous que 50 % des collectionneurs ont commencé leur collection entre 4 et 15 ans ? La majorité des collectionneurs commencent donc leur collection au moment où ils se construisent, pendant l’enfance et de l’adolescence. Deux périodes pendant lesquelles les traumas vécus nous façonnent pour le reste de notre vie. Ce n’est donc pas un hasard si on commence nos collections à ce moment-là… Mon père collectionnait les timbres quand il était jeune. De là à voir un complexe d’Œdipe pas terminé qui prend de la force au moment où ma mère le quitte ou un trauma lié à la séparation de mes parents, il n’y a qu’un pas. Quant aux figurines de chevaux, depuis toute petite je suis fascinée par ces animaux et ai toujours rêvé de faire de l’équitation. À 8 ans, quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais « professeur d’équitation ». Malheureusement pour la fillette que j’étais, l’équitation était une activité jugée trop chère par mes parents et je n’ai jamais été inscrite en club.

.

3. Une collection est une accumulation pour combler un vide, un manque

Constituer une collection, c’est donc compenser un manque, combler un vide en accumulant des objets. Selon Joéline Andriana, Docteur en psychologie, collectionner c’est « s’arranger avec la réalité, c’est montrer que l’on ‘‘a’’ en pensant à ce que l’on veut ‘‘être’’ ». Typiquement mes figurines de chevaux…

Il n’y a pas de collection d’un d’objet que l’on trouve simplement beau. Il y a toujours une signification derrière. Il faut détricoter la collection. À partir de quand vous êtes-vous mis(e) à collectionner ? Qu’est-ce qui a été l’élément déclencheur ? En réfléchissant là-dessus, vous aurez un déclic. Pour le psychiatre Francis Hofstein, la collection protège. Elle est comme un doudou. « C’est une passerelle entre le chaos du monde et vous. Elle donne un sens à la vie(2). »

Toutefois, il y a aussi les collections subies. Par exemple, vous avez une figurine de tortue que vous aimez bien. Un ami vous en offre une 2e. L’entourage interprète ça comme « elle collectionne les figurines de tortue » et on vous en offre d’autres. Est-ce que ça comble un manque réel ? Est-ce que ça ne serait pas plutôt les autres qui vous imposent une chose que vous laissez faire ? Dans ce cas, pourquoi laissez-vous ?…

.

4. Le cas extrême : la syllogomanie

Ce sentiment de manque et ce besoin de compensation peuvent dériver : l’obsession prend le pas sur le plaisir de collectionner. C’est ce que l’on appelle syllogomanie. Il s’agit d’une accumulation compulsive considérée comme une pathologie psychiatrique. Le syllogomaniaque accumule des objets sans pour autant les utiliser et ne peut s’en séparer. À l’origine, il y a souvent un traumatisme affectif (divorce dans la petite enfance, perte d’un être cher, déception amoureuse, etc.) qui crée une carence affective importante. Le syllogomaniaque tente de la combler par l’accumulation car avoir tous ces objets autour de soi a un côté rassurant. Voici vers quoi cela peut déboucher :

syllogomanie, accumuler des objets

Toutefois, rassurez-vous, ce n’est pas parce que vous avez plusieurs collections que vous êtes concerné(e) ! La syllogomanie ne représente qu’une part infime de la population !

En conclusion

J’espère que cet article vous aidera sans vous déranger, comme je l’ai été. L’introspection n’est jamais évidente mais elle vous aide à poursuivre votre chemin, à vous construire. Si, lorsque vous triez et désencombrez, il est facile de vous détacher d’une ou plusieurs collections, c’est que la/les problématique(s) a/ont été résolue(s). La collection n’a plus lieu d’être. C’est la raison pour laquelle Marie Kondo écrit dans La Magie du rangement :

Quand vous tomberez sur un objet dont vous ne parvenez pas à vous séparer, réfléchissez sérieusement à son véritable rôle dans votre vie. Vous serez surpris du nombre de choses vous appartenant à avoir déjà joué pleinement leur rôle.

Alors, vous voyez quand je vous disais que désencombrer n’était que la partie émergée de l’iceberg ? 😉

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

désencombrer les collections

Sources

* Marie Kondo, La Magie du rangement

Blog Côté Maison,  « Collectionner est-il une maladie ? Réponse d’un psy », Laurence Mouillefarine, 30 août 2013

 

Crédits photos :

Photo de couverture : Mariia Demchenko pour iSotck

Infographie ;: création de Céline via Canva

Photo de syllogomaniac : https://www.syndrome-diogene.fr/syllogomanie/

Gif : giphy.com

.

Hashtag-clé :

#désencombrer #desencombrer #désencombrement #desencombrement #trier #collections #collectionner #collectionneur #collectiondenfance #collectionnerlestimbres #syllogomanie #syllogomaniac

Céline

Blogueuse et Home organiser certifiée

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. En 2019, je me suis lancée dans le blogging tout en me formant au métier de Home organiser.

Je vous partage mes conseils pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !