12 astuces pour gagner de la place chez soi

12 astuces pour gagner de la place chez soi

Gagner de la place chez soi, l’éternel combat contre nos habitudes de consommation ! Difficile de résister, quand on passe à côté d’un magasin, au doux chant des produits dans les rayons, à la merveilleuse mélodie des vêtements sur les cintres et au tentant appel des chaussures sur les étagères…

Et pourtant…

Vous souhaitez gagner de la place chez vous ? Arrêtez d’acheter !

Ah ah, plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? 😉 C’est un état d’esprit que l’on doit progressivement apprivoiser et faire nôtre.

Alors, concrètement, comment on gagne de la place ?

1. Ayez un minimum de meubles et d’objets de déco

L’Homme et moi sommes d’accord sur ce point (heureusement car il est déterminant quand on vit ensemble !). Nous préférons avoir des pièces désencombrées du superflu : seuls quelques meubles, objets et tableaux pour personnaliser l’endroit et nous sentir chez nous. Nous avons besoin de respirer et de circuler facilement. C’est primordial dans notre équilibre. Avoir vécu dans de petites surfaces parisiennes a dû nous traumatiser un peu !

Faites l’expérience chez vous et dites moi.

C’est toujours plus agréable de vivre dans une pièce rangée et avec de l’espace que dans un désordre et un amas d’affaires permanent, qu’en dites-vous ?

En photo, notre entrée et le début de notre pièce à vivre :

2. Vendez/donnez les affaires que vous n’utilisez pas 

Garder des affaires qu’on n’utilise pas prend TELLEMENT de place ! En fait, quand on y pense, on ne manque pas forcément de place, on a simplement trop d’affaires !

Si vous avez lu La Magie du rangement de Marie Kondo, vous avez vu que son premier conseil, avant même d’entamer la partie rangement, c’est : « commencer par jeter ». De mon point de vue, jeter, si l’objet n’est pas cassé, est un peu fort mais donner et/ou revendre sont de bonnes alternatives. Je ne m’attarderai pas sur ce sujet ici, je vous invite plutôt à lire mon article détaillé : Revendre ses affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi.

.

3. Repassez le linge de maison

Drap, drap housse, taie d’oreiller, nappe. C’est fastidieux, pensez-vous. Oui, c’est vrai (surtout quand il commence à faire 25-30° à l’intérieur). Mais voyons le côté positif : repasser, c’est gagner des centimètres d’épaisseur et ça, ça n’a pas de prix ! De plus, je peux vous assurer que se coucher dans un lit aux draps propres et repassés, c’est un plaisir incommensurable ! Et puis la séance de repassage, surtout avec une centrale vapeur, c’est un peu comme une séance de hammam gratuite 😉

Tout est toujours une question de temps et de priorité. Pour moi, ce temps de repassage est précieux quand je pense à la douceur de me glisser dans les draps non froissés.

Nota bene : avec ma famille, on a visité l’Atelier de soierie de Lyon il y a quelques temps et le gérant nous a dit que c’était très mauvais de repasser avec la vapeur car elle brûle les fibres textiles et le tissu s’abîme beaucoup plus vite. Je partage cela avec vous mais pour le moment, je trouve qu’il n’y a rien de telle que la centrale vapeur pour ne pas passer trop de temps à repasser ses draps !

.

4. Rangez les valises cabine dans les grandes valises

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai 3 valises à la maison : une valise cabine, une valise pour les longs séjours et une 3e valise encore plus grande, reliquat de ma vie d’étudiante quand je descendais en vacance chez mes parents en emportant mes bouquins de classe prépa et mon gros Gaffiot (dictionnaire français/latin) en plus de mes fringues. Si si, je vous assure, ça faisait une valise qui pesait environ 25 à 30 kg, je ne vous raconte pas la galère dans le métro et le train… le poids de la valise excluant automatiquement le voyage en avion… Bon soyons honnêtes, cette 3e valise est un exemple typique du au cas où, que je pourrais revendre mais finalement notre déménagement récent a prouvé qu’elle était encore fort utile ! Bref. En plus de mes 3 valises, l’Homme en a au moins 2. Inévitablement, ça prend de la place.

***Là, je m’arrête de taper sur mon ordinateur et je réfléchis quelques secondes***

Bon, ok, soyons très honnêtes, j’ai 4 valises. Dans mon décompte, j’ai oublié une 2e valise cabine, illustrant elle aussi le au cas où car la valise cabine achetée en remplacement de la première a des dimensions qui ne correspondent pas tout à fait à certaines compagnies aériennes. On parle de quelques centimètres (peut-être 1 cm de haut, 2 cm de large, je ne me souviens plus exactement) mais on n’est jamais trop prudent et quand on voyage à l’économique (ce qui est le principe du bagage cabine !), on n’a pas envie de devoir payer au dernier moment les frais majorés d’une valise en soute. Oui bon, l’Homme dit que je chipote et que les compagnies n’iront pas vérifier quelques centimètres mais, pour le moment, je préfère garder cette valise !

Bref je m’égare à nouveau, revenons au propos.

Mes 4 valises prennent la place de 2. Chaque valise cabine est rangée dans une valise grand-format. Et j’ai rangé les grandes valises de telle sorte à pouvoir récupérer facilement les valises cabine sans devoir retirer les grandes de l’étagère sur laquelle elles sont :

5. Rangez des affaires dans les petites valises

Mieux vaut que ce soit des affaires que vous n’utilisez pas souvent et surtout assez légères, afin de ne pas vous compliquer la vie si, comme moi, vous rangez vos valises en hauteur dans une penderie. Moi j’y range des peluches, souvenirs auxquels je tiens. À une époque, j’ai essayé de m’en séparer et puis maintenant je me dis qu’elles iront très bien, un jour, dans une chambre d’enfant.

Vous pouvez très bien y mettre des sacs à dos, pochette d’ordinateur, trousse de toilette ou autre sac que vous utilisez lorsque vous partez.

 .

6. Organisez vos réserves

Que ce soit des réserves de chocolat (toujours utiles pour un petit plaisir ou pour faire de la pâtisserie), de produits ménagers ou de papier toilette, elles évitent d’être pris(e) au dépourvu. Quelle situation lassante quand il ne reste d’un fond de produit dans une bouteille au moment où on en a besoin… Ou lorsqu’il nous manque un seul ingrédient une fois qu’on est lancé(e) dans la préparation d’un gâteau (pour cette situation, mieux vaut d’ailleurs vérifier avec la recette si on a tous les ingrédients avant de se lancer^^).

Toutefois, les réserves prennent de la place, surtout si, comme nous, pour des raisons économique et écologique, vous achetez des packs famille. Je pense typiquement au papier toilette et à la lessive. Le jour où on achète un lot de « 24 + 6 gratuits » rouleaux de papier toilette, il faut vraiment réfléchir à comment les stocker !

Par conséquent, chez nous, dans le placard de la pièce à vivre, assez petit, il n’y a que de petits contenants. Comme nous n’avons ni buanderie, ni loggia, ni cave, ni grenier, les réserves sont stockées à l’étage dans un placard exprès. Pas l’idéal mais on fait comme on peut ! Et c’est là qu’on voit que nos préoccupations évoluent considérablement entre 25 et 35 ans, quand on rêve d’avoir chez soi, en plus d’un dressing (aaaah le dressing !) une buanderie…

Je tiens tout de même à préciser qu’il faut bien sûr limiter les réserves pour ne pas se laisser envahir ! Le tout est d’avoir sous la main un nouveau rouleau de papier d’alu le jour où on termine le précédent, pas d’avoir une réserve de 10 rouleaux pour 6 mois 😉

.

7. Utilisez peu de produits ménagers 

Dans le même esprit que l’organisation des réserves, on gagne de la place en restreignant le nombre de produits ménagers et en privilégiant les produits naturels. Cette restriction a plusieurs avantages :

  • On fait des économies non négligeables. Quand on compare les prix des produits ménagers, on sait que pour certains, on paie davantage la marque et la publicité…
  • Les produits naturels sont souvent plus efficaces que les produits de marques marketés
  • Les produits naturels lavent tout aussi bien une cuisine qu’une salle de bain que des taches sur un tissu. Pas besoin d’avoir un produit par pièce ou par utilisation !
  • Comme leur nom l’indique les produits naturels sont… naturels ! Oust les produits soit disant miracle mais surtout très toxiques !

.

8. Utilisez tout l’espace disponible chez vous

Mais de quel espace parle-je ? Eh bien de l’espace auquel on ne pense pas nécessairement ! Voici une série d’exemples :

  • L’espace au-dessus d’une porte. Avec une planche, des tasseaux ou des équerres, on fait vraiment des miracles 😉
  • l’espace sous les meuble, au-dessus des meubles ou entre les meubles et le mur :
  • l’espace sous les lits :

Sous le canapé, nous stockons le plan de travail initial de la cuisine, trop petit et que nous avons préféré remplacer pendant que nous occupons cet appartement. Mais comme il fait partie des meubles de l’appartement, nous ne pouvons pas nous en débarasser.

Sous notre lit (photo de gauche), ce sont des cartons de déménagement. Je sais que ça semble étrange et surprenant ! Pour comprendre, je vous invite à lire mon article à venir à ce sujet lorsqu’il sera en ligne : Pourquoi garder ses cartons après un déménagement et comment les ranger ?

Sous le lit de la chambre d’amis, c’est un matelas une place très utile quand il y a du monde à la maison !

Bref, il y a de l’espace exploitable partout, il suffit de le chercher !

 

9. Résistez au gratuit

Le gratuit, c’est la tentation. On assiste à une conférence, on se rend dans un Salon et hop on récupère un stylo et/ou des goodies. Un commercial vous démarche pour vous proposer de signer un contrat avec sa boîte, hop encore des goodies. On achète du parfum dans un magasin de cosmétiques et hop des échantillons.

Stop !

Certes, le « gratuit » est attirant. Posséder un objet sans l’avoir payé a un petit côté satisfaisant et irréfléchi qu’on aime. Et finalement cette satisfaction dure les quelques secondes qu’on met à attraper l’objet.

Ensuite, on se retrouve avec une énième chose dans notre sac à main, dans le tiroir du bureau au travail, sur la table basse du salon ou dans le fameux plat à l’entrée, vous savez ce plat où il y a aussi souvent un stylo qui ne fonctionne plus et une pièce d’un meuble Ikéa dont on ne sait quoi faire ? (spéciale dédicace à un humoriste que j’apprécie beaucoup)

Bref, résister au gratuit vous fera gagner de la place ou en tout cas vous évitera d’en perdre ! Le seul gratuit que je m’autorise, c’est le consommable 😉 Toujours agréable une tranche de saucisson ou un morceau de fromage en faisant le marché !

.

10. Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place

Cet adage vous semble anodin ? Il est pourtant porteur de vérité. Attribuer une place précise à chaque objet, déterminer l’utilisation de chaque placard, de chaque tiroir facilite grandement le rangement quotidien ! Et quand une pièce est rangée, la sensation d’espace est beaucoup plus grande 😉 Pour compléter ce conseil, je vous renvoie une nouvelle fois vers La Magie du rangement. En effet, le fondement de la méthode Marie Kondo est de faire un tri exhaustif (le fameux « commencer par jeter » dont je parlais au début de cet article) et de ranger efficacement ce qui reste, en trouvant une place pour chaque chose.

.

11. Déterminez l’emplacement des choses ensemble

Trouver une place pour chaque chose c’est bien ; si vous vivez en couple, le faire à 2, c’est mieux ! Il est primordial de choisir l’emplacement de chaque chose et la logique d’utilisation des différents placards ensemble. Je vous parle en connaissance de cause^^ Après le déménagement, c’est moi qui ai vidé les cartons et rangé les affaires car j’avais plus de temps que l’Homme. Or :

1. Nous n’avons pas nécessairement la même logique de rangement et il vaut mieux chercher une logique commune (si la situation vous le permet).

2. Il ne retient pas encore toujours où sont rangées les choses qu’il cherche. Chaque fois que j’ai rangé ou optimisé un placard, je lui ai montré fièrement (oui oui, je suis fière de ce genre d’action !) et expliqué la logique mais il finit par oublier. Oubli à cause du lot d’informations qu’il a dû digérer et/ou oubli car, comme il n’a pas lui-même pensé le rangement, il n’est pas forcément naturel et logique pour lui.

Bref, déterminer l’emplacement des objets ensemble vous évite une grande source de disputes ou d’objets mal rangés !

.

12. Remettez en place au fur et à mesure

Ce dernier conseil est peut-être le plus anodin mais dans une pièce en désordre, on manque inévitablement d’espace, d’autant plus si la pièce est petite. On peut même se sentir oppressé(e).

Et le désordre arrive si vite !

Dans une même journée, on est amené à utiliser de nombreux objets (vêtement, chaussure, sac, livre, vaisselle, étendage, aspirateur, tournevis, etc.) et dans différentes pièces ! Remettre en place au fur et à mesure chaque objet permet de garder une pièce rangée. C’est une habitude à prendre. Il s’agit d’une question de régularité 😉 Et vous verrez que plus vous serez régulier et moins vous aurez besoin de passer 2h (ou plus !) de votre week-end à ranger votre chez vous.

Si vous prenez la résolution de le faire, donnez-vous du temps, ne vous découragez pas ! Un geste met environ 3 semaines à devenir une habitude.

Alors, convaincu(e) de vous y mettre ? Et vous, quelles sont vos méthodes pour gagner de la place ?

.

.

.

.

Suggestions de lecture et d’écoute :

La Magie du rangement, Marie Kondo

Ca peut toujours servir, Guillemette Faure

Jeter, désencombrer, ranger pour se sentir mieux, Ali Rebeihi sur France Inter

Crédits photos :

Photo de couverture : Boulotmetrodeco

Autres photos : photos de notre appartement à l’Homme et moi

Rendez-vous sur Hellocoton !
Organiser vos boîtes mails pro et perso : c’est bon pour le moral et la planète

Organiser vos boîtes mails pro et perso : c’est bon pour le moral et la planète

Avoir aucun mail « non lu ».

Vous en rêvez ?

C’est possible ! Et c’est la base d’une boîte mail efficace !  Promis, ce qui vous semble peut-être une montagne à gravir, n’est pas si difficile, il suffit de s’y mettre 😉

Mais c’est vrai qu’on n’est pas aidé ! Rien qu’en 2019 (et l’année n’est pas terminée^^), en France, c’est 1,4 milliards de mails* qui sont envoyés tous les jours (hors spams). Dans le monde, ça représente 293 milliards de mails* (hors spams). Eh bien vous savez quoi ? À la fin de la journée, lorsque je quitte le bureau, je n’ai plus aucun mail non lu. Et c’est pareil pour ma boîte mail personnelle.

Mon règle d’or ? Ne jamais me laisser débordée !

Le résultat ? Je gagne en productivité et en sérénité.

.

Aller, on s’y met ?

Comment organiser sa boîte mail pro ?

La boîte mail professionnelle est sûrement la pire car c’est devenu inconcevable de travailler sans ! Or, les chiffres font peur et obligent à être réacti/f/ve. Les cadres estiment passer + de 5h/jour en moyenne à consulter des mails. Ce sont environ 88 mails reçus et 34 envoyés* par collaborateur/ jour ! 

.

Voici des idées pour sortir de la spirale infernale ! N’hésitez pas à partager les vôtres en commentaire si vous en avez d’autres 😉

.

.

1. Créez des répertoires pour classer vos mails

  • Par nom de projet : Parcours client, Nouvelle offre, Processus de gestion, etc.
  • Par type d’activité : Création d’offre, Campagne de prévention, Mise à jour du site internet, etc.
  • Par nature : Revue de presse, Mes formations, Mes échanges RH, etc.

Petite astuce qui fait du bien :

  • Le répertoire « Mails de remerciement » : qu’il soit d’un collègue pour l’avoir dépanné, du directeur projet à tout le groupe une fois que le projet est achevé, de votre responsable pour une mission qu’il vous avait confiée, gardez-les tous et quand vous avez un manque de motivation, jetez-y un œil, ça fait toujours du bien !

              .

2. Hiérarchisez vos répertoires

Vous pouvez par exemple créer une hiérarchie comme telle :

  • Classement : année
  • Sous-classement : type d’activité
  • Sous-sous-classement : projet

.

3. Organisez vos tâches selon un code couleur

  • Rouge = urgent
  • Orange = à traiter dans les 2 jours
  • Jaune = à traiter dans la semaine
  • Vert = mail informatif pour un projet auquel vous participez mais dont vous n’êtes pas l’interlocuteur principal
  • Bleu = mail informatif de votre stagiaire/alternant/collaborateur qui vous met en copie
  • Violet = mail avec pièce jointe informative qui pourra vous resservir

.

Mon 1er conseil : coder vos mails peut prendre du temps. À vous de décider quel niveau de détails vous choisissez. Cette codification n’est qu’une proposition. De mon côté, je n’utilise vraiment que 3 couleurs : le rouge et le orange pour constituer ma to do quotidienne par ordre de priorité et le violet pour retrouver plus facilement dans les répertoires, une fois les mails triés, ceux qui ont une pièce jointe qui peut être utile.

Mon 2e conseil : si une pièce jointe peut vous resservir plus tard (exemple : les caractéristiques de la nouvelle charte graphique de votre entreprise, les coordonnées d’un interlocuteur, les conditions particulières d’un contrat…), mieux vaut l’enregistrer tout de suite dans le dossier adéquat sur votre bureau ou votre serveur.

Cela vous évitera de devoir chercher le mail dans le répertoire où il est rangé avec un certain nombre d’autres mails, en vous soumettant à la gymnastique fastidieuse : « Qui l’a envoyé ? J’étais en copie ou en destinataire ? À quelle date ? Avec quel(s) mot(s) je peux le retrouver ? »

.

4. Classez les mails traités

Une fois que vous avez lu et traité un mail sur lequel vous aviez mis un drapeau de couleur (ne fonction de la codification choisie), supprimez le drapeau et classez le mail dans le répertoire approprié.

 

5. Archivez vos répertoires

Une fois que le projet ou l’année sont terminés, archivez vos répertoires. Non pas dans la boîte mail mais sur un Cloud. Cela videra votre boîte mail et la rendra plus rapide.

6. Prenez le temps et soyez régulier !

Optimiser sa boîte mail ne se fait pas une fois par an mais un peu toutes les semaines, voire un peu tous les jours. Le temps que vous pensez perdre en organisant vos mails et vos tâches quotidiennes sera récupéré en productivité et en sérénité. Et on sait combien le 1er est important pour les entreprises et le 2e pour vous !

Avoir des dizaines, voire des centaines de mails non ouverts qui apparaissent en gras dans votre boîte principale ou dans vos répertoires – même si vous savez ce que c’est et que vous jugez qu’ils ne sont pas importants – épuise votre esprit. Il se dit  « Encore tout ça ! » et cela demande un effort rationnel pour se rappeler « Non, ils ne sont pas importants. »

Prenez le temps de vous désabonner des newsletters et campagnes publicitaires qui ne vous intéressent pas. Il suffit d’avoir assisté à une formation pour recevoir ensuite toutes les informations de l’organisme alors que certaines ne concernent pas du tout votre activité !

.

Mon conseil : profitez des moments calmes – après la fin d’un projet, quand vous gardez le fort pendant un pont ou au mois d’août. Triez les mails que vous n’avez pas eu le temps de trier avant, supprimez ceux qui ont été traités et ne sont pas importants à garder. Personnellement, je trouve que ça fait toujours du bien de voir redescendre le volume de mails !

Comment organiser sa boite mail perso ?

1. Désabonnez-vous de tout ce qui ne vous intéresse pas !

Le conseil est le même que pour la boîte mail pro, il est même primordial pour la boîte mail perso ! Les magasins (vêtements, chaussures, maroquinerie, électroménager, hifi) sont très forts à ce jeu. Il suffit d’avoir passé une commande sur leur site pour être automatiquement inscrit(e) – même parfois en ayant cliqué sur la fameuse case « je ne veux pas recevoir… » ! –, à leur newsletter ou à leurs campagnes de pub. Désabonnez-vous ! Certes, cela prend un peu de temps mais c’est un temps précieux, pour ne pas être débordé ensuite.

2. Désabonnez-vous de tout ce que vous ne lisez pas !

Désabonnez-vous AUSSI des newsletters auxquelles vous vous êtes volontairement inscrit(e)s en vous disant « ça m’intéresse, je vais la lire » si vous ne prenez pas le temps de la lire. Ça restreindra le nombre de mails reçus et vous évitera de culpabiliser en voyant le mail en gras parce que vous n’avez pas le temps de cliquer dessus.

.

3. Créez des répertoires et rangez vos mails

Même principe que pour la boîte mail pro, l’organisation des mails passe par des répertoires. Si vous n’êtes pas inspiré(e) pour créer vos répertoires, voici les miens :

  • Agence appartement : correspondance avec l’agence qui loue et gère notre appartement
  • Box internet : factures de la Box
  • Club de sport : information sur les compétitions, les événements du club
  • Commande en ligne : factures des achats faits sur internet
  • Santé : mails de la Sécu ou de la mutuelle
  • Rendez-vous médicaux : mails de confirmation des rendez-vous médicaux que je prends via Doctolib
  • Train : mails de confirmation de la SNCF pour me rappeler l’horaire et le numéro de train des billets
  • Voyages : mails de confirmation de réservation quand on part en week-end ou en vacances

.

Mon conseil : si vous gardez des mails seulement pour garder une info sous la main (adresse de votre tante, numéro de téléphone de votre banquier, mot de passe de votre compte Amazon) : stop ! Notez tout dans un petit carnet pense-bête que vous avez toujours sur vous et supprimez les mails ! Ou bien créez un fichier Word si vous avez peur de perdre le carnet. Pourquoi ? D’abord, parce que le nombre de mails stockés diminuera et ensuite, parce que personne n’est jamais à l’abri du piratage ! Plus vous laisserez d’informations sensibles dans votre boîte mail, plus cela pourra vous être préjudiciable

.

4. Répondez, triez, supprimez et videz !

C’est le quatuor gagnant. Pensez à vider une fois par semaine la Corbeille et le dossier de spams (après l’avoir vérifié, sait-on jamais !). Pensez également à vider une fois par mois les mails « périmés » dans vos répertoires.

Par exemple : une fois que le voyage en train est passé, je supprime le mail de confirmation dans mon répertoire « Train ». Pareil pour les rendez-vous médicaux.

Résumons

.

Pourquoi organiser ses boîtes mail pro et perso ?

1. parce que vous y verrez plus clair et gagnerez en efficacité, en productivité

2. parce que vous vous sentirez plus léger et gagnerez en sérénité

3. parce que 80 % des mails* que vous gardez ne vous serviront jamais

4. parce que c’est un geste écologique !

Un dernier argument pour vous convaincre ?

Pour stocker un mail, il faut de l’énergie ! Pour chaque e-mail stocké, dix grammes de CO2 sont générés par an selon les calculs de la start-up française Cleanfox.

Et saviez-vous que l’Ademe, l’Agence  de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, estime que pour une entreprise de 100 personnes, les mails envoyés chaque année polluent autant que 14 vols aller-retour entre Paris et New-York ? Le coût écologique d’Internet est phénoménal. Mais il est invisible.

Je vous invite vraiment à lire l’article 939 mails non lus ? Pour sauver la planète, commencez par nettoyer vos boîtes (voir revue de presse ci-dessous).

Conclusion

Le principal mot d’ordre sera de répondre, trier, supprimer et vider dans la boîte mail pro comme dans la boîte mail perso.

Essayez au maximum d’appliquer les conseils ci-dessus, dans la mesure que vous trouverez juste. Pour cela, il n’y a pas de secret, le mot d’ordre est la régularité. Et si en plus vous faites un geste pour l’environnement, pourquoi s’en priver ?

.

Et vous, vous vous organisez comment ?

*Source et revue de presse :

Les Chiffres 2019 de l’email, Arobase.org, février 2019

Nettoyer (efficacement) votre boîte de réception e-mail, Arobase.org, 25 septembre 2018

Le Coût écologique d’Internet est astronomique et personne ne le voit, Mr Mondialisation, 30 avril 2017

939 mails non lus ? Pour sauver la planète, commencez par nettoyer vos boîtes, 20minutes.fr, 3 novembre 2016

 

Crédits photos :

Photo couverture : designed by Creativeart pou Freepik

Photo Femme sur ordinateur : designed by Freepik

Gifs : giphy.com

Rendez-vous sur Hellocoton !
À quel prix revendre vos vêtements, affaires, meubles et autres ?

À quel prix revendre vos vêtements, affaires, meubles et autres ?

Aaaaah, le prix de vente dans l’occasion…

C’est le nerf de la guerre !

Comment savoir à quel prix proposer votre produit pour être sûr qu’il soit acheté sans pour autant le dévaloriser ?

.

Le prix à déterminer dépend de plusieurs paramètres :

1. le prix réel, à neuf : à quel prix votre produit neuf se vend-il en magasin et sur internet ?

2. le nombre de personnes qui revendent le même produit : est-ce que d’autres personnes vendent le même produit sur le(s) site(s) où vous souhaitez poster votre annonce ? Dans quel état ? Habitent-elles dans votre quartier, votre arrondissement, votre ville, votre département ? Plus la personne sera proche, plus il faudra vous démarquer.

3. l’état de votre produit : neuf encore dans son emballage, bon état, état correct, abîmé par endroit…

4. votre envie (très) pressante de le vendre :

– Vous n’êtes pas pressé(e) et souhaitez qu’il parte au prix fixé initialement (disons une fourchette de 2 mois).

– Le produit vous encombre et vous aimeriez libérer de la place assez rapidement (disons 1 mois).

– Vous déménagez dans 15 jours et il est urgent de le vendre ! (disons 1 semaine).

Revendre un objet utilisé : l’exemple du fer à repasser

Prenons un cas concret : vous voulez revendre votre fer à repasser Philips « classique » parce qu’on vient de vous offrir une centrale à vapeur.

Voici les étapes à respecter pour déterminer le bon prix de vente, en fonction des paramètres cités ci-dessus.

Étape 1 = l’étude de marché :

Lorsque vous cherchez le prix neuf de votre fer, vous vous rendez compte que votre modèle n’est plus commercialisé. En même temps, normal, vous l’avez depuis 6 ans. Mais qu’il correspond à peu près (de par ses fonctionnalités et son prix d’achat neuf) au modèle « moyenne gamme » actuelle : le Philips Azur Performer Plus à 68,76 €.           .

Ok, nous avons le prix de départ.

Attention toutefois ! Détail important dans votre étude de marché : les prix des articles « entrée de gamme ». Le 1er fer Philips est à 28 €. Certes, c’est une entrée de gamme mais il est neuf. Je vous déconseille de fixer le prix de votre fer au-dessus du 1er prix neuf.

Étape 2 = étude de la concurrence

Vous avez décidé de vendre votre fer sur Leboncoin, marketplace et Vinted car il entre dans la charte des 3 sites. Regardez alors à quel prix sont vendus les fers à repasser autour de vous sur les sites ciblés. En l’occurrence, ils oscillent entre 5 et 30 € (avec différents modèles et marques) environ avec la majorité des propositions entre 10 et 15 €.

              .

Étape 3 = l’état de votre fer

Vous estimez que votre fer est en très bon état même si vous l’avez depuis 6 ans. En effet, vous vivez seul(e) et l’utilisez assez peu : seulement pour vos chemises, vos t-shirts et les draps (si si pour le gain de place dans les placards ! Pour plus de détails, voir mon article 12 astuces pour gagner de la place chez soi), aller disons 30 minutes tous les 15 jours. Pour vous donner un ordre d’idée, ma mère m’a récemment confié faire 3h de repassage/semaine pour une famille de 3 personnes.

En plus vous nettoyez régulièrement votre fer avec un produit spécialisé. Et vous ne l’avez jamais fait tomber donc pas de choc, pas de défaut particulier. Disons donc que sur la fourchette de la concurrence entre 5 et 30 €, vous l’estimez à 20 €.

.

Étape 4 = votre patience

 Votre fer ne prend pas trop de place dans votre placard, vous êtes prêt(e) à patienter. Vous gardez donc votre prix à 20 € avec une marge de négociation 5 € si nécessaire s’il met vraiment du temps à se vendre.

Mon conseil : si vous ne souhaitez pas négocier, indiquez prix ferme dans votre annonce pour couper court à toute tentative..

Récapitulons :

.

Votre fer = peu utilisé

+ Équivalent d’une moyenne gamme à 70 € environ mais entrée de gamme à moins de 30 €

+ Concurrence sur le marché de l’occasion entre 10-15 €

= prix de vente initial 20 € avec marge de négociation de 5 €

La même logique s’applique pour tout type de produit : vêtement, chaussures, parfum, maroquinerie, livres, etc.

Revendre un article neuf, jamais utilisé

Prenons un cas concret : après 8 ans dans la même entreprise, vous démissionnez pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Vous avez de très bonnes relations avec tous vos collègues et votre hiérarchie. À votre pot de départ, ce beau monde décide de vous offrir l’appareil photo hybride dont vous ne cessiez de venter les mérites. Vous les remerciez chaleureusement, touché(e) par ce geste. Manque de pot, vous veniez juste de l’acheter…

Cet appareil fera donc partie des cadeaux revendus (pour plus de détails, voir mon article à venir Revendre ses cadeaux d’anniversaire et de Noël : déculpabilisez, dédramatisez, désencombrez !).

L’appareil photo est donc neuf, encore dans son emballage non ouvert et fraîchement acheté. Le modèle n’est donc pas encore (trop) dépassé. Pour fixer un juste prix, regardez le prix neuf en magasin et sur internet, prenez le prix le moins cher que vous trouvez et ajoutez-lui une décote de 20 à 30 %.

Pensez également à regarder s’il n’existe pas déjà des annonces d’appareil photo hybride neuf : la même logique que pour le fer à repasser s’applique ! Et ne tardez pas à poster votre annonce car la cote des appareils électroniques baisse très vite !

Revendre un produit dont le modèle ou la marque n’existent plus sur le marché neuf

Si votre produit n’est plus vendu neuf, il existera sûrement des produits similaires d’occasion. Il suffit de chercher celui dont les caractéristiques ressemblent le plus au vôtre.

Prenons un cas concret : j’ai récemment vendu mon piano électronique GEM GK310 de la marque Generalmusic. C’était le clavier numérique de mes débuts ! Impossible de retrouver des informations sur le modèle ni même la marque… Aïe aïe aïe, ça ne démarrait pas très bien.

 J’ai donc comparé mon piano à ceux que je voyais en vente sur internet, sur la base de ses fonctionnalités, de son design, de son prix neuf et  j’ai pu le rapprocher de modèles existants chez Yamaha et Roland. Bien sûr, il a fallu que je tienne compte de l’absence d’informations sur la marque dans mon prix afin de ne pas dissuader les acheteurs avec une marque méconnue et un prix trop élevé. Je ne sais pas vous, mais moi, quand je souhaite acheter de l’électronique, neuf ou d’occasion, mon premier réflexe est de trouver des informations sur la marque et de comparer les modèles sur internet !

J’ai bien précisé dans mon annonce que toutes les fonctionnalités fonctionnaient parfaitement (désolée pour cette tautologie) et j’ai laissé la personne qui l’a acheté, l’essayer chez moi. En 5 jours, le piano était vendu. J’ai accepté la négociation à 20 € sur un prix initial de 90 € car je redoutais l’absence de visibilité de la marque. Et le piano prenait de la place dans mon couloir d’entrée, emballé dans son carton d’origine.

Revendre un vieux meuble dont le magasin d’origine n’existe plus

Concernant les vieux meubles en bois, comme ceux que nos grands-parents possédaient (buffet, vaisselier, commode, etc.), il est difficile d’estimer un bon prix de revente car il y en a beaucoup sur le marché. Et les vieux meubles « dans leur jus » n’intéressent pas trop – sauf s’il s’agit de meubles de collection recherchés par les antiquaires ! –, il suffit de faire un tour chez Emmaüs… Trop « marqués » par leur époque, trop volumineux, souvent en un seul bloc non démontable, ils ne font pas vraiment le poids contre les géants du mobilier pratique et pas cher !

La meilleure solution pour revendre ce type de meubles est de les retaper avant. Retapés, repeints, poncés, poignées changées etc., ils sont très tendance ! On sous-estime le pouvoir d’un coup de pinceau ou de ponçage dans la vente d’occasion. Je dois reconnaître qu’il faut, par contre, un peu de temps, de matériel et de créativité.

Une fois qu’ils sont retapés, regardez à quel prix se vendent les meubles similaires chez Ikéa, Conforama etc.  Insistez bien dans votre annonce sur le temps que vous avez passé pour leur donner une seconde vie et sur la qualité du bois et la durabilité de l’ancien, ce sont vos meilleurs arguments de vente! Fixez un prix en conséquence.

Et si votre article ne se vend pas ?

Par expérience, je dirais qu’il peut y avoir 3 raisons à cela :

1. Il est trop cher par rapport à la concurrence : vous êtes sur un marché où il y a du choix, beaucoup de monde revend le même type de produit (une machine à laver, une table basse, des vêtements pour enfant…), il faut donc vous démarquer. Se démarquer par le prix est une bonne stratégie. Attention tout de même à ne pas trop déprécier votre article ou vous pourrez faire peur sur son état. Parfois, un prix bradé effraie les gens !

2. Votre annonce manque peut-être simplement de visibilité : avez-vous déjà jeté un œil aux heures de publication des annonces sur la page d’accueil de Leboncoin ? Il y en a plusieurs dizaines par minute !

Le point commun des annonces ci-dessous ? 16 h 13 ! Et elles ne rentrent pas toutes dans ma capture d’écran ! Alors certes, je suis sur la page d’accueil, donc il y a un peu moins d’annonces quand on choisit une catégorie, mais bon, je ne suis que sur la région Rhône-Alpes là !

Mon conseil : quand je trouve qu’un article ne se vend pas assez vite, je supprime l’annonce et je la republie tout de suite après. Ainsi, elle reparaît quelque temps dans les premiers choix ! Sachez qu’une annonce reste en ligne 2 mois sur Leboncoin mais il me semble qu’il n’y a pas de limite à publier/supprimer/republier. La limite sera plutôt constituée par le temps que vous accorderez à ce petit jeu !

.

3. Ce n’est pas la saison : si si je vous assure qu’il y a des moments privilégiés où poster votre annonce ! Un manteau de ski partira difficilement au mois d’août. C’est une question de bon sens mais il faut l’anticiper quand on décide de vendre (pour plus de détails, voir mon article à venir Quel est le meilleur moment pour revendre ses affaires sur internet ?)

En conclusion, que le produit soit neuf, encore emballé, utilisé, en bon état, avec des défauts, en tissu, high-tech ou vintage, pour fixer un juste prix de vente d’occasion, la clé est de réaliser une rapide étude de marché et de la concurrence puis de trouver le juste équilibre entre le montant que vous souhaiteriez gagner et la réalité de l’objet !

Crédits photos :

Photo de covuerture : designed by Freepick

Appareil photo : ShareGrid sur Unsplash

Vieux buffet : Jqd2cV sur Flickr

Meuble retapé « Buffet de mamie customisé devant une fresque » : boulotmetrodeco.com

Homme confus : designed by Asierromero pour Freepick

Les autres photos : photos personnelles

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Revendre vos affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi

Revendre vos affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi

L’occasion (vente ou achat) est devenu pour moi une véritable philosophie de vie. Et je ne suis pas la seule puisque rien qu’en 2016, 18,5 millions de personnes ont acheté et/ou vendu un bien sur Leboncoin* !

Vous avez envie de vous y mettre mais ne savez pas vraiment comment vous y prendre, quoi vendre ? Vous vous demandez si ce n’est pas une simple perte de temps ?

Alors c’est parti pour la lecture de cet article !

Pourquoi revendre ?

  • Argument financier : vous arrondissez vos fins de mois et ça, ça n’a pas de prix !
  • Argument financier bis : vous amortissez davantage vos dépenses en revendant un article que vous avez aimé et dont vous ne voulez plus. Exemple : vous avez adoré porter ce sac à main pendant 2 ans mais à présent, il vous lasse. Le revendre vous permet d’amortir l’investissement de départ ou constitue un apport pour en acheter un nouveau.
  • Argument commercial : vous vous constituez un budget pour partir ensuite à la recherche de LA bonne affaire (d’occasion bien sûr !).
  • Argument écologique : vous consommez responsable, c’est bon pour l’environnement et ça non plus, ça n’a pas de prix !

Quoi vendre ?

C’est simple, tout se vend – dans la mesure où l’objet est légal, non contrefait et autorisé par le site sur lequel vous créez l’annonce.

  • Les vêtements
  • L’électroménager
  • Les appareils numérique et hifi
  • Les meubles
  • Les jouets
  • Les livres
  • La cosmétique
  • La maroquinerie
  • Le linge de maison
  • Les affaires de sport
  • Les affaires pour bébé…

… la liste est longue et non exhaustive !

Inutile que l’objet soit neuf pour le revendre, il suffit d’être transparent sur son degré d’utilisation, son état ou ses défauts potentiels. Vous trouverez toujours une personne intéressée (petit budget, bricoleur, collectionneur, etc.).

Je me souviens avoir vendu une plaque de cuisson électrique avec 2 feux dont l’un ne fonctionnait plus (il faisait sauter les plombs chaque fois que je l’allumais). Je ne bidouille pas avec l’électricité mais la personne qui l’a récupérée oui !

Par contre, parlons peu parlons bien : revendre suppose de prendre le temps et d’avoir de la patience. Une annonce de qualité ne se crée pas en 2 minutes. Si vous souhaitez avoir de la visibilité et trouver facilement votre acheteur, quelques principes de marketing s’imposent !

Comment vendre ?

1. Photographiez votre produit sous toutes les coutures !

Il faut que votre produit fasse « l’amour à la caméra » et que les photos soient nettes. Plus vous serez précis(e) dans la description visuelle de votre produit, plus les acheteurs se projetteront sur l’achat et concrétiseront l’acte ! (pour plus de détails, voir mon article à venir Comment réussir ses photos pour bien vendre sur internet ?)

              .

2. Choisissez le(s) site(s) de revente en fonction de votre clientèle cible et de votre produit

Cette règle, c’est la base ! Qui pourrait être intéressé par votre produit ? Une femme, un homme ? Quelle tranche d’âge ? 18-25 ans ? Trentenaire ? Une maman ? Un retraité ? Ces questions vous aident à choisir sur quel(s) site(s) vous allez publier votre annonce (pour plus de détails, voir mon article à venir Sur quel(s) site(s) revendre mes affaires, mes vêtements, mes meubles ?)

Voici le trio gagnant que j’utilise constamment : Leboncoin, Vinted et la Marketplace de Facebook. J’ai également testé pour plus de Vestiaire collective et Videdressing. Il en existe bien d’autres mais je préfère vous parler de ceux que j’ai testés et approuvés 😉

3. Espionnez la concurrence !

Faites une recherche sur le/les site(s) que vous visez, pour savoir si des produits similaires au vôtre sont en vente, à quel prix et dans quel état. Cela vous aidera dans l’estimation du prix de vente de votre produit (voir mon article à venir Comment fixer un prix de vente d’occasion ?).

.

4. Rédigez une annonce au top

Soyez précis(e) dans votre texte de présentation :

  • Caractéristiques de l’objet
  • Dimension/poids/taille
  • Date d’achat
  • Prix neuf
  • Défauts/endroits abîmés potentiels
  • Raison pour laquelle vous vendez (déménagement, achat d’un objet plus récent, cadeau non utilisé, vêtement trop petit, etc.)

Plus vous serez précis(e) dans la description, plus les acheteurs se projetteront !

 En revanche, précis ne signifie pas écrire un roman ! La concision est également de rigueur afin de ne pas décourager l’acheteur potentiel à la lecture de votre annonce.

N’oubliez pas de mentionner si vous proposez l’envoi postal : si oui, par quel(s) moyen(s) – La Poste, Mondial Relay, etc. – et si les frais de port sont inclus dans le prix de vente ou non (pour plus de détails, voir mon article à venir Envoi postal : comment s’y prendre ?).

Vous pouvez préciser comment vous souhaitez être contacté(e) : mail, appel ou SMS.

 5. Si on ne vous voit pas, vous ne vendrez pas : augmentez votre visibilité !

Si votre objet peut être vendu sur plusieurs sites, publiez votre annonce sur chacun ! Cela augmentera votre visibilité. Quand on sait que Leboncoin recense 25 millions de visiteurs par mois* et que Vinted compte 23 000 nouveaux inscrits par jour*, pourquoi s’en priver ?!

Bon à savoir :

  • Leboncoin n’accepte pas les cosmétiques (parfum, maquillage etc.) mais Vinted oui.
  • Vestiaire collective et Videdressing sont plutôt spécialisés dans les marques de luxe.
  • Je trouve que la Marketplace de Facebook est en train de détrôner Leboncoin sur le nombre de visites. Certains de mes produits se sont vendus en moins d’une semaine sur Marketplace alors que j’avais peu ou pas de message via Leboncoin. Il s’agissait pourtant exactement de la même annonce ! Par contre sur Marketplace, vous vous coupez de toutes les personnes qui n’ont pas de compte (attention donc à la génération que vous visez avec votre produ

6. Dernière étape : patience et diplomatie !

Parfois, les personnes qui vous contactent sont sûres de leur achat et la vente est rapidement conclue. Parfois les questions sont nombreuses, le marchandage s’invite dans la discussion et les échanges traînent en longueur…

Mon conseil : gardez patience, répondez toujours aux questions, restez poli(e) et, si vous ne souhaitez pas baisser le prix, précisez à l’acheteur qu’il est non négociable. Comme le disait La Fontaine :

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

Vous tomberez parfois sur des personnes très sympathiques, compréhensives et parfois vous auriez préféré ne pas leur répondre ou ne pas les croiser… l’important, c’est que l’objet soit vendu non ?

Ne négligez aucune prise de contact ! Sur certains sites, l’acheteur peut faire un retour d’expérience (commentaire) et noter le vendeur. Votre notation augmente votre visibilité et votre taux de vente : meilleure elle sera, plus nombreuses seront vos ventes car les gens auront confiance en vous.

.

Bon à savoir : lorsque vous prenez l’habitude de revendre, notamment l’électroménager et l’électronique, prenez également l’habitude de garder l’emballage d’origine, les factures et les modes d’emploi. Cela rassure sur le soin que vous avez apporté au produit (si vous l’avez rangé après chaque utilisation dans son carton, il s’est abîmé moins vite que s’il reste à l’air libre), sur sa provenance, sur son âge.

Si l’appareil est encore sous garantie, fournir la facture permet à l’acheteur d’en bénéficier et grâce à cet argument, vous vous démarquerez de la concurrence. En fournissant l’emballage, la facture et le mode d’emploi avec le produit, vous donnez l’impression d’acheter un produit proche du neuf. C’est donc un avantage non négligeable que vous pourrez photographier et mettre en avant dans le descriptif de votre annonce.

De plus, dans certains cas, l’emballage d’origine/la facture sont demandés comme preuve d’authenticité (les articles de luxe vendus sur Vestiairecollective ou Videdressing, par exemple).

Enfin, suivant ce que vous vendez, l’objet sera plus facile à transporter et il sera protégé : une console de jeu, une télé, un piano électronique seront mieux protégés s’ils sont transportés dans leur emballage d’origine avec leurs blocs en polystyrène.

Un dernier argument pour vous convaincre ?

Sur l’année 2018, petite année, j’ai gagné 388 € pour 27 produits vendus. Mon produit le plus cher était à 40 € (une paire de boucles d’oreille en perle nacrée d’Histoire d’or offerte par un ex, il y a quelques années et que je ne portais plus parce que je n’avais plus envie de penser à cette histoire). Les autres ventes oscillaient entre 5 et 25 € (pour plus de détails, voir mon article à venir Comment fixer un prix de vente d’occasion ?).

Cette année, j’en suis à 473 € en 5 mois pour 29 produits vendus. On va dire que le déménagement a boosté ma motivation à voir partir beaucoup de choses :

1. parce qu’en emménagement avec l’Homme, on allait se retrouver avec pas mal d’objets en double

2. parce que ça fait toujours ça à ne pas déménager !

Oui, ça prend du temps, j’en suis consciente. Ça m’est arrivé de passer des dimanches après-midi entiers à photographier, faire ma petite étude de marché puis poster les annonces. Et non, on ne devient pas richissime mais le coup de pouce global de ces ventes n’est pas négligeable !

Alors, à quand votre 1re annonce ?!

.

.

.

Sources et revue de presse :

La France, meilleure cliente de Vinted, site de vente en ligne de vêtements d’occasion, Le Monde.fr,  12 février 2019

Vinted, la friperie géante qui veut renverser nos habitudes, L’Express.fr, 01 février 2019

Comment Leboncoin s’est imposé dans nos vies quotidiennes, Le Monde.fr, 25 mars 2017

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by creativeart pour Freepick

Photos livres, homme derrière les cartons et pièces dans le bocal : designed by Freepick

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Comment éviter de payer 180 € d’amende en louant votre camion de déménagement ?

Comment éviter de payer 180 € d’amende en louant votre camion de déménagement ?

Le déménagement approche à grand pas et vous avez fait le choix économique de déménager vous-même. Vous attaquez donc la recherche de l’utilitaire à louer.

Angoisse !

L’éternelle question : dans quoi rentrerait le contenu de mon studio de 20 m2, de mon appartement de 35 m2, de ma maison de 90 m2 ? Plutôt un utilitaire de 12 m3, 14 m3, 20 m3, 22 m3 ? Penser volume, c’est bien, mais avez-vous pensé poids ?!

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je préfère préciser que je ne travaille pas dans la location de véhicules utilitaires. Je n’ai donc pas réponse à tout sur ce sujet. Par contre, je souhaite partager avec vous la TRÈS MAUVAISE expérience client que nous avons eue, l’Homme et moi, il y a 2 mois, avec Rentacar.fr ! Si ça peut vous éviter de vivre la même, ce sera déjà ça !

Location d’un Renault Master  de 22 m3 en « aller simple »

Via le site internet rentacar.fr, on a loué le fameux Renault Master de 22 m3 « aller simple » pour notre déménagement de Paris à Lyon.

Le jour J, tout se déroulait à merveille !

  • Aucun problème pour récupérer le camion réservé,
  • Nos amis ont été au top pour vider l’appartement et la cave (en 1 h 30, la centaine de cartons, toutes les valises, l’électroménager et l’ensemble des meubles démontés se trouvaient rangés en un parfait Tetris dans le camion),
  • Aucun bouchon pour sortir de Paris ce samedi-là (jour de manif des Gilets jaunes),
  • Autoroute A6 vide,
  • Superbe temps,
  • Attitude géniale du chat qui a à peine miaulé !

Et là, c’est le drame.

À moins de 30 km de notre destination, au péage de Limas Ouest, les gendarmes nous arrêtent pour peser le véhicule. Ils nous apprennent qu’il pèse 4 500 kg – c’est-à-dire 1 000 kg de plus que le poids maximal autorisé par le permis B – et nous verbalisent à hauteur de 180 € (90 € d’amende par tranche de 500 kg dépassés).

Comme si ce n’était pas suffisant, ils nous obligent à décharger 1 000 kg d’affaires sur l’aire d’autoroute jouxtant le péage et à trouver une solution – autre que le camion de location – si nous souhaitons les emporter. Ils précisent que si nous ne trouvons pas de solution, il y a une benne sur l’aire… Mais c’est bien sûr ! Jeter une tonne d’affaires (au sens litéral), la voilà la solution au minimalisme !

Je peux vous assurer que lorsque vous êtes en train de décharger le contenu de votre camion sur une aire d’autoroute (alors que vous l’avez rempli le matin et que vous allez le vider en arrivant) après avoir perdu 180 € (qui s’ajoutent à la facture déjà longue du déménagement) pendant que vous réfléchissez à une solution en urgence pour ne pas abandonner vos affaires, vous maudissez votre loueur.

Heureusement pour nous, on avait 3 amis sur Lyon qui nous attendaient pour décharger le camion et les 3 avaient une grosse voiture. Ils sont venus jusqu’à l’aire d’autoroute et ont pu emporter les 1 000 kg.

En tant que clients novices, louant un camion de déménagement pour la première fois, on a entièrement fait confiance aux informations lues sur le site Rentacar.fr pour choisir l’utilitaire le mieux adapté au déménagement de notre 34 m2. Sur le moment, on y a vu que du feu et on a loué comme beaucoup, en pensant volume ! Jamais au grand jamais, nous n’avons pensé charge utile

Analyse du site

Après coup, en relisant les informations fournies sur leur site pour préparer mon courrier de réclamation (je n’allais pas en rester là !), je me rends compte à quel point leur défaut de conseil est criant…

1. Rentacar.fr explique que les utilitaires de 12 m3 sont idéals pour les déménagements « de studios ou de 2 pièces soit 40 m2  ». Et là, je tique : le contenu d’un studio (environ 20/25 m2) et le contenu d’un 40 m2 sont complètement différents, on passe quand même du simple au double !

Par mesure de sécurité, on avait préféré louer un 22 m3 en se disant qu’un utilitaire pas complètement rempli valait mieux qu’un utilitaire trop petit. Effectivement, notre camion était plein au 2 tiers.

2. Rentacar.fr recommande le Renault Master de 22 m3 pour « les déménagements de maisons, de pavillons ou d’appartements plus imposants ».

Comment dès lors imaginer qu’avec le contenu d’un 34 m2, dans un utilitaire pas totalement rempli, on aurait un problème de poids ?! Il est évident que le contenu d’une maison dépasse largement 1 000 kg !

3. Rentacar.fr donne des indications sur les surfaces à déménager mais n’attire jamais l’attention des clients sur la charge utile à ne pas dépasser. Aucune définition, aucune question sur ce sujet dans leur FAQ et sur ce que cela représente en termes de meubles/nombre de cartons.

Franchement, vous y pensez, vous ? Vous savez combien de cartons de fringue/de livres, de meubles, ça représente 1 000 kg ? Parce que moi, je ne savais pas !

Récapitulons !

Ce qui n’est pas explicite dans le descriptif ci-dessus, c’est que votre utilitaire de 22 m3 pèse déjà, vide, 2 500 kg. Avec votre permis B, vous pouvez conduire un véhicule pesant 3 500 kg maximum. Cela vous donne donc une liberté de transporter 1 000 kg.

Nous transportions 2 000 kg. Donc, en plus de faire de la publicité mensongère sur le site (souvenez-vous, un camion de 22 m3  pour déménager un pavillon ah ah ah, sans préciser qu’on dépasserait LARGEMENT la charge utile !), Rentacar.fr nous a fait rouler en toute illégalité, ce qui a eu pour conséquence notre verbalisation et les profonds désagréments causés par notre immobilisation forcée.

 

Voici les photos du camion avant/après notre immobilisation :

 

Pour vous repérer sur ce qui a été déchargé, vous pouvez prendre la petite caisse blanche tout en haut au milieu comme point de comparaison. Ainsi, pour respecter la charge utile de 1 000 kg, un camion de 22 m3 n’est rempli qu’à un tiers.

C’est parti pour une réclamation

Une fois le déménagement réalisé, Internet installé, le bureau remonté, l’imprimante branchée, j’ai donc rédigé une lettre de réclamation dans laquelle je démontre le défaut total de conseil sur le site ainsi que le fait qu’il ne respecte ni l’article L111-1 du Code de la consommation, ni l’article 1112-1 du Code civil (voir ci-dessous) et que par conséquent, nous demandons à être indemnisés pour les préjudices subis (financier et moral) à hauteur de l’amende payée.

  • 1re réponse du service client de Rentacar (sachant que, comme Rentacar a mis 3 semaines à aller chercher le recommandé, entre temps il a fallu que je cherche une adresse mail pour renvoyer mon courrier de réclamation):

    J’ai bien lu votre courrier et suis désolé que votre chargement ait dépassé la capacité du véhicule. Cependant, nous ne pouvons pas vérifier nous même le poids des matériaux que nos clients embarquent à bord. De plus nous indiquons la charge utile de nos véhicules sur le site internet.

Le poids des matériaux ! C’est sûr que lorsqu’on déménage, on transporte des tonnes de plomb, de fer, d’acier ! En bons jeunes actifs trentenaires, il y avait des meubles en kit Ikea et un canapé Conforama, faut pas exagérer ! Il n’y avait même pas de machine à laver !

Et j’ai bien aimé leur 2e phrase : oui, effectivement, ils écrivent une fois le nombre, comme ça, sans attirer l’attention sur cette réalité, hop, pour se dédouaner.

Je leur réponds gentiment, mais sèchement, qu’on transportait seulement des cartons et des meubles en placo, et que c’est une obligation précontractuelle d’informer de « manière lisible et compréhensible » (article L111-1 du Code de la consommation) sur tous les éléments « dont l’importance est déterminante pour le consentement de la partie » et qui ont « un lien direct et nécessaire avec le contenu du contrat » (article L1112-1 du Code civil). Enfin, je les informe que sans indemnisation de leur part, je serai dans l’obligation de partager cette très mauvaise expérience client avec les associations de consommateurs et sur les réseaux sociaux.

  • 2e réponse du service client :

Je ne peux donner une suite favorable à votre requête compte tenu des éléments de votre dossier. Cependant, je suis sensible à votre expérience et vous propose une remise exceptionnelle de 10% sur le montant total de votre réservation. Ce sera mon unique proposition.

Bon, eh bien, j’ai saisi le médiateur, on verra ce que ça donnera.

Conclusion de cette histoire

J’espère que ce partage d’expérience vous aura été utile !

Si on avait su, on aurait loué 2 camions de 12 m3 ! Les gendarmes nous ont dit qu’ils arrêtaient systématiquement le modèle de véhicule qu’on avait parce que chaque fois, le poids autorisé est dépassé. On n’a vraiment pas eu de chance parce que toutes les personnes à qui on a raconté notre mésaventure et qui ont déménagé, ne se sont jamais fait contrôlés et n’auraient jamais imaginé un tel désagrément !

Je vous invite donc à vous méfier des loueurs d’utilitaire (voir à boycotter Rentacar vu leur mauvais service client) et surtout, surtout, à partager cette histoire !!

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by zirconicusso pour Freepick

Femme en colère 1 : designed by Asier_Relampagoestudio pour Freepick

Femme en colère 2  : designed by Freepick

Sablier : designed by Freepick

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer