Mes 4 recettes préférées à cuisiner l’hiver

Mes 4 recettes préférées à cuisiner l’hiver

Avec le froid qui s’est installé, parfois le week-end, je n’ai pas envie de sortir me promener. Je préfère prendre le temps de cuisiner, de préparer des plats mijotés, que l’on reçoive des amis ou non. Il y a 4 recettes que j’aime particulièrement préparer (et manger ensuite !).

Ce sont des recettes idéales si vous vous intéressez au batch cooking car une fois les ingrédients préparés et la cuisson lancée, vous avez le temps de préparer autre chose pendant que ça mijote. De plus ce sont des plats qui permettent d’avoir des restes pour plusieurs repas, soit faciles à emporter dans votre lunchbox, soit à mettre au congélateur et à ressortir un soir où vous n’avez pas envie/pas le temps de cuisiner.

Voici ces fameuses 4 recettes, bonne lecture !

.

.

Ma recette de chili con carne

L’avantage d’un chili con carne, c’est qu’il change un peu de l’ordinaire et qu’il est en même temps très complet (et permet de manger des légumineuses !). Pour une version végétarienne, vous pouvez remplacer la viande par du tofu.

L’inconvénient est qu’il faut  faire tremper les haricots rouges pendant 12h dans de l’eau froide au préalable. Il faut donc anticiper et penser à mettre les haricots à tremper bien avant de vous mettre en cuisine !

.

.

Recette

.

Ingrédients 

 250 g de viande hachée

400 g de maïs

1 oignon

1 gousse d’ail

500 g de sauce tomate

1 bouillon de volaille

1 cuillère à café de cumin

1,5 litre d’eau

.

.

Étapes à suivre .

1. Commencez par faire revenir l’ail et l’oignon coupés finement, avec de l’huile, dans une cocotte bien chaude, puis réservez.

2. Dans la même cocotte, faites revenir la viande quelques minutes, jusqu’à obtenir une cuisson saignante. Salez, poivrez à votre goût et réservez.

3. Toujours dans le même cocotte qui a récupéré les odeurs de l’ail, de l’oignon et les sucs de la viande, versez l’eau chauffée avec le bouillon dilué et les haricots rouges pour les cuire. La cuisson dure entre 1h30 et 2h environ, elle dépend entre autre de la durée de trempage des haricots 🙂 Vérifiez régulièrement qu’il reste suffisamment d’eau pour que les haricots n’accrochent pas dans le fond de la cocotte.

4. Quand les haricots sont cuits, retirez l’eau de cuisson restante et ajoutez le mélange viande hachée, ail et oignon ainsi que la sauce tomate, et le cumin. Mélangez et laisser mijoter 5 à 10 minutes. Vérifiez que le mélange reste humide, ajustez en ajoutant de la sauce tomate si besoin. Ajoutez le maïs quelques minutes avant d’éteindre le feu.

 

Ma recette de minestrone revisité

J’aime le minestrone car cela change un peu de la classique soupe de légumes et en même temps, les pâtes empêchent d’avoir faim 3h plus tard !

.

.

Recette

.

Ingrédients

1 oignon

1 gousse d’ail

1 courgette

2 carottes

1 grosse pomme de terre

50 cl de sauce tomate

150 g de lardons

300 g de pâtes conchiglie

1 bouillon cube de volaille

1,5 litre d’eau

.

.

Étapes

.

1. Dans une cocotte bien chaude, colorez les lardons et réservez.

2. Dans la même cocotte, faire revenir l’oignon et l’ail coupés finement, les carottes et la courgette coupées en dés et la pomme de terre coupée grossièrement.

3. Remettez les lardons avec les légumes dans la cocotte et versez l’eau avec le bouillon préalablement dissous, la sauce tomate et les pâtes. Laissez mijoter environ 15/20 minutes.

Ma recette de bœuf bourguignon

Le bœuf bourguignon est un plat emblématique de la cuisine française, il impressionnera toujours vos invités et il n’est vraiment pas compliqué à réaliser ! Le tout est de choisir de la viande de bonne qualité afin qu’elle ne se transforme pas en caoutchouc filandreux. L’avantage des plats en sauce comme celui-ci, c’est qu’ils sont presque meilleurs le lendemain, réchauffés, car la viande s’est davantage imbibée de la sauce.

.

.

Recette 

Ingrédients

1,5 kg de de bœuf à braiser (jumeau, collier, macreuse)

2 carottes

1 oignon jaune

1 gousse d’ail

1 bouquet garni

150 g d’oignons grelot

50 cl de vin rouge de Bourgogne

40 cl de fond de veau

150 g de lardons

30 g de farine de blé

1 cuillère à soupe de sucre en poudre

25 g de beurre

De l’eau

.

Si vous êtes un(e) puriste, vous pouvez faire mariner la viande la veille. Personnellement je n’ai jamais pris le temps de le faire et le plat est très bon quand même ! 

.

.

Étapes

1. Dans une cocotte chaude, faites fondre un peu de beurre et colorez les morceaux de viande environ 1 min de chaque côté. Ajoutez l’oignon et l’ail émincés ainsi que les carottes coupées en morceaux grossiers. Salez et poivrez puis laissez cuire doucement pendant quelques minutes. Ensuite, singez (ça veut dire ajouter la farine 🙂 et cuire à nouveau 1 min tout en mélangeant pour bien incorporer la farine. Ajoutez le bouquet garni et mouillez avec le vin rouge puis avec le fond de veau. Montez à ébullition puis baissez le feu et laissez mijoter pendant 2h30 environ (en fonction de la taille et de la qualité des morceaux de viande).

2. Pendant que la viande mijote, mettez les oignons grelot épluchés mais non coupés, sans les superposer, dans une  casserole avec 20 g de beurre et le sucre pour les glacer à brun. Versez de l’eau à mi-hauteur (les oignons ne doivent pas être entièrement recouverts). Recouvrez d’une feuille de papier sulfurisé en faisant un trou au centre. Après une dizaine de minutes de cuisson, enlevez le papier sulfurisé et poursuivez l’évaporation. Continuez la cuisson en donnant un mouvement circulaire à la casserole en la tenant par le manche pour bien enrober les oignons du caramel qui se forme. Les oignons prennent de la couleur. Attention à ne pas laisser caraméliser trop longtemps pour ne pas donner un goût de brûlé aux oignons ! Quand la couleur brune vous convient, stoppez la cuisson et réservez.

3. Faites colorer les lardons dans une poêle antiadhésive bien chaude.

4. Lorsque la viande est cuite, ajoutez les lardons et les oignons grelots dans la cocotte et laissez mijoter encore quelques minutes. Puis retirez le tout (viande, légumes, lardons), passez la sauce au chinois pour la filtrer, vérifiez sa texture et si elle est encore trop liquide, vous pouvez la réduire pendant quelques minutes. Goûtez et ajustez l’assaisonnenement.

.

Vous pouvez servir le bœuf bourguignon avec des pâtes ou des pommes de terre vapeur.

 

Ma recette de potée de chou

Un plat typique de l’hiver qui fleure bon les froides températures dehors et le repas familial à l’intérieur ! On voit presque le décor : grande table en bois, cheminée qui crépite à côté, vous ne trouvez pas ?

.

.

Recette

Ingrédients

1 palette de porc demi-sel

150 g de lardons

1 chou blanc

2 carottes

4 pommes de terre moyennes

1 oignon piqué de 2 clous de girofle

2 gousses d’ail

1 bouquet garni

1,5 litre d’eau

1 bouillon cube or

.

.

Étapes

1. Dans une cocotte bien chaude, faites revenir l’ail coupé finement et les lardons et réservez. Puis faites revenir la palette pour la colorer et réservez. Faites enfin colorer les carottes et les pommes de terre coupées en morceaux quelques minutes.

2. Remettez le mélange ail/oignon, les lardons et la palette dans la cocotte avec les pommes de terre et les carottes, ajoutez le chou coupé en morceaux et couvrez avec l’eau dans laquelle vous aurez dilué le bouillon au préalable. Laissez cuire environ 1 h 30 à feu doux et à couvert.

Un dernier mot : ces recettes vous ont-elles mis l’eau à la bouche ? Dites-moi tout en commentaire !

Et partagez cet article sur les réseaux sociaux, elles pourront sans doute donner des idées à d’autres personnes. Les boutons de partage sont juste en-dessous 😉 merci merci !

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by azerbaijan_stockers pour Freepik

Gif : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#recette #cuisine #cuisiner #batchcooking #cooking #anticiper #cuisineralavance #platsmijotes #platsdhiver #chiliconcarne #minestrone #boeufbourguignon #poteedechou

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

SOS mites dans la cuisine : comment les éliminer ?

SOS mites dans la cuisine : comment les éliminer ?

Ça fait quelque temps que les feuilles sont tombées des arbres, que les températures froides sont notre quotidien, c’est reparti pour un tour, l’hiver est là ! Et avec lui, le chauffage qui réchauffe nos intérieurs et… les mites qui élisent domicile dans nos cuisines !

Il y a 2 grandes périodes dans l’année où ces dames se (ré)installent : à la fin du printemps quand les températures extérieures augmentent et chauffent nos maisons et à la fin de l’automne quand les chauffages sont mis en route.

Nous entrons donc dans une période où il faut être vigilant(e) car elles se cachent partout ! Et malheureusement, n’en avoir jamais eu ne signifie pas que vous n’en aurez jamais…

Voici donc des conseils pour éviter d’en avoir et pour les éliminer si vous en avez.

.

.

1. Sortez TOUS les aliments des placards pour les inspecter

Il est primordial d’inspecter tous vos aliments car les mites peuvent se loger partout.

Elles ont leur habitude dans :

  • Les céréales : pâtes, riz, quinoa, boulgour, semoule de blé…
  • Les légumineuses : lentilles (vertes et corail), pois chiche, pois cassé…
  • Les indispensables pour la pâtisserie : farine, sucre, chocolat en poudre, chocolat en tablette, poudre d’amande…
  • Les fruits secs oléagineux : noisettes, amandes, noix en tout genre…
  • Les graines oléagineuses : graines de courge, de tournesol, de lin, de sésame, de colza…

Mais j’en ai aussi trouvé dans des endroits non habituels comme :

  • Le thé : à la fois dans du thé en vrac dans une boîte en fer mais aussi dans des sachets de thé, non emballés individuellement dans une protection en plastique.
  • Le nutella : un ver se baladait sur les parois intérieures du pot, bonjour le dégoût ! (ceci dit, cela peut être un bon moyen de vous détourner de cet aliment !)
  • Le gomasio : le pot était neuf… mais après tout, c’est aussi une poudre ! Par conséquent, j’ai vérifié toutes nos épices mais là, ouf, rien.

Attention, ce n’est pas parce que vous ne voyez ni vers ni mites, que le paquet n’est pas infesté… Leur présence est parfois très subtile et ne se remarque que par des filaments ressemblant à de petits fils de soie tissés par les araignées. Si vous en remarquez, jetez !

Et ce n’est pas non plus parce que vous avez déjà pensé à ranger vos aliments secs dans des pots en verre qu’ils ne seront pas mités ! Les vers passent entre les couvercles et les pots, preuve en est mon cher pot de Nutella…

Après avoir acheté de la compote en grande quantité dans des pots en verre pour nous en reservir ensuite pour ranger nos denrées (denrées qui ont donc été mitées dans ces pots en verre à couvercle qui se vissent), nous testons les bocaux avec le caoutchouc qui fait davantage « barrière » et les empêche théoriquement les vers de rentrer.

.

.

2. Inspectez AUSSI les paquets neufs

Pour cet aliment-ci aucun problème, l’emballage est neuf, vous dites-vous.

Grossière erreur ! Si les conditions thermiques et hydrométriques sont idéales dans votre cuisine pour le développement des mites, elles se développeront aussi, malheureusement, dans les paquets neufs. En effet, parfois ce sont des mites adultes qui volettent chez vous et pondent dans les aliments et parfois, ce sont des œufs qui existent dans les aliments depuis leur fabrication. Excusez-moi, c’est un peu écœurant à imaginer mais c’est bien le cas…

Bref, lors de mes 2 grandes inspections, j’ai dû jeter des emballages neufs de pois chiches et de thé, plusieurs tablettes de chocolat non entamées et du gomasio. Ça fait mal au cœur, tout cet argent mis à la poubelle…

.

..

3. Jetez TOUS les aliments mités

Et c’est là que la colère monte, surtout si vous en êtes à votre 2e ou 3e vérification sur plusieurs mois… Parce que même s’il n’y avait qu’un ver ou qu’une mite qui s’est envolée, dans le paquet que vous avez inspecté, ne vous dites surtout pas que vous pouvez le garder ! Ce serait garder un loup dans une bergerie. Il est essentiel de jeter tous les aliments dans lesquels vous trouvez soit des œufs, soit des vers, soit des mites afin d’éviter leur prolifération et la contamination d’autres aliments.

Dans l’absolu, il faudrait jeter TOUS les aliments, mités et non mités, nettoyer et attendre 3 jours avant de réintroduire de la nourriture dans votre maison. Mais vous imaginez la perte d’argent et le gâchis monumentaux ? Ça me fait déjà tellement mal au cœur de jeter quelques aliments, entamés ou neufs… Je ne me suis encore jamais résignée à jeter l’intégralité du contenu de tous mes placards.

4. Soyez radical(e) dans le nettoyage

Une fois les placards vidés et le tri effectué, aspergez l’intégralité des surfaces de vos placards (charnières, interstices, plafond, etc.) au vinaigre blanc et laissez agir avant d’essuyer. C’est la meilleure manière pour vous assurer de tuer les éventuels œufs.

Les mites pondent partout où elles peuvent dissimuler leur œufs. En vérifiant les aliments, vous verrez qu’elles peuvent pondre entre les bocaux et leur couvercle, entre les bouteilles et leur couvercle… Une femelle pond environ 200 œufs minuscules, les larves éclosent au bout de 3 ou 4 jours. Au bout d’un mois environ, la larve devient papillon, est fécondée et se met à pondre à son tour.

N’oubliez pas dans la foulée de sortir la poubelle dans laquelle vous avez jeté les aliments mités. Pour peu qu’elles grignotent le sac pour s’échapper, il n’y a qu’un pas !

Enfin, vérifiez également vaisselles et ustensiles, les vers se baladent… Ils peuvent se déplacer sur 400 mètres pour trouver une cachette idéale où manger et tisser leur cocon.

Je me suis rendu compte, 2 jours après avoir TOUT nettoyé et jeté tous les produits mités, qu’un vers se baladait sur ma balance – vous savez ces balances à l’ancienne non électriques avec un petit bac pour peser les aliments. Je ne nettoie pas systématiquement le support après utilisation et il était en train de grignoter la poussière de farine/sucre accrochée dessus…

*profond soupir de lassitude*

Voyez par vous-même…

5. Changez/adaptez vos habitudes alimentaires

Comme quoi vérifier les aliments ne suffit même pas !

Nous qui adorons les oléagineux et les graines en tout genre, je ne vous raconte pas la frustration. Nous avons essayé d’en acheter en petite quantité mais j’en trouve systématiquement dans les amandes ou les noisettes et les graines de courge ou les graines de tournesol.

Voici un pot en verre rempli de noisettes et surtout de vers et d’œufs

À cause de ça, il faut qu’on revoie nos habitudes alimentaires. Nous qui adorons préparer nous-mêmes nos céréales, là on arrête. Nous aimons bien aussi varier les plaisirs de l’assiette : pâtes et riz blancs et complets, pâtes de riz, quinoa, semoule… Nous aimons aussi remplacer la viande de temps en temps par des légumineuses (lentilles vertes ou corail, pois casses, pois chiche), bref le paradis sur terre pour elles…

.

.

6. Aérez et gardez votre cuisine la plus « froide possible »

Le printemps, l’été et l’automne sont des périodes propices à la prolifération des mites car il fait chaud. Elles se développent dès 25° environ. Mais on peut aussi en avoir l’hiver, si vous aimez mettre votre chauffage assez fort.

Notre cuisine est plein sud, sans volet et au soleil direct entre 10h et 18h l’été… j’ai peur que nous soyons condamnés à en avoir tout le temps…

7. Astuces de grand-mère versus astuces modernes

La première fois que j’ai fait des recherches pour savoir comment nous en débarrasser, j’avais lu qu’elles n’aiment pas les clous de girofles. Nous en avons donc placé dans les placards des coupelles remplies de clous de girofle. Aucun effet.

J’avais lu également qu’elles n’aiment pas la lavande. J’avais donc acheté un brumisateur à la lavande dont j’aspergeais régulièrement la cuisine. Aucun effet non plus.

Il existe aussi les techniques du chaud et du froid, c’est-à-dire placer les aliments au micro-onde, au frigo ou au congélateur pour détruire les œufs éventuels. Je n’ai pas testé ni le micro-onde ni le congélateur mais j’ai placé le riz au frigo. Pour le moment, rien n’est apparu dedans depuis que je l’ai sorti de ses 2 jours de maltraitance thermique.

La seule chose véritablement efficace pour le moment, ce sont les pièges à placer dans les placards alimentaires. Ils sont imbibés de phéromones qui attirent les mâles, les emprisonnent et empêchent ainsi la reproduction. Ils s’y collent si facilement ! Mais ces andouilles doivent s’y coller après avoir rencontré une femelle car les pièges se remplissaient mais il y avait toujours dans œufs dans nos aliments…

 .

.

8. Mites alimentaires versus mites de vêtements

Le seul « soulagement » c’est que ce sont des mites alimentaires. Elles ne grignoteront donc pas nos vêtements. En effet, les mites alimentaires et les mites « vestimentaires » ne sont pas les mêmes insectes. Les mites alimentaires, ou ephestia kuehniella, sont des insectes de la famille des pyrales et les mites de vêtements, ou tineola bisselliella, appartiennent à la famille des teignes.

Par mesure de sécurité, j’ai tout de même mis des boules antimites à vêtements dans les caisses de linge, sait-on jamais. Ça m’embêterait très fortement, pour rester polie, de trouver des trous dans mes chemisiers en soie ou mes manteaux en laine…

Synthèse des actions à mener

.

  • Ne gardez pas les aliments dans leur emballage d’origine : transvasez-les dans des bocaux en verre, si possible avec caoutchouc,
  • Ne laissez traîner aucune miette ni sur votre plan de travail, ni sur vos ustensiles et vaisselles,
  • Stockez les produits les plus sensibles au réfrigérateur,
  • N’achetez pas en trop grande quantité,
  • Ne laissez pas traîner trop longtemps des paquets entamés,
  • Vérifiez régulièrement tous les aliments (secs et humides),
  • Nettoyez régulièrement vos placards au vinaigre blanc.

Un dernier mot : j’espère que toutes ces astuces vous seront utiles, comment faites-vous de votre côté pour lutter contre les mites ? Dites-le moi en commantaire !

Et partagez cet article, les mites sont vraiment un fléau à éradiquer !! Les boutons des réseaux sociaux et l’épingle Pinterest sont juste en dessous 😉

Merci merci !

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Freepik

Gifs : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#mites #sos #cuisine #mitealimentaire #aliment #aliments #jeter #lutter #luttercontrelesmites

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

Plus de 50 idées de cadeaux de Noël pour toute la famille

Plus de 50 idées de cadeaux de Noël pour toute la famille

Aaaaaah Noël et sa féérie, Noël et les moments en famille, Noël et les odeurs de foie gras, de dinde, de cannelle mais surtout Noël et la course aux cadeaux !

Trouver LE cadeau qui fera plaisir : soit la mission promptement remplie car vous connaissez la personne par cœur et ne vous trompez (presque) jamais, soit la mission prise de tête…

Je ne sais pas vous mais moi, plus la date du 24 décembre approche et moins les idées fleurissent dans mon esprit ! C’est inversement proportionnel et c’est chaque année pareil.

Pour éviter de courir dans les magasins le 24 décembre, essoufflé(e) et désesperé(e), slalomant entre les autres personnes qui courent aussi comme vous, le mot d’ordre est l’ANTICIPATION ! Le fait d’anticiper laisse du temps pour réfléchir et flâner dans les magasins.

Cependant, parfois, l’anticipation ne suffit pas. On a beau avoir du temps, on est à la recherche de l’inspiration ! Vous séchez un peu pour votre belle-sœur, votre oncle ou encore votre neveu et sa femme ?

Voici plus de 50 idées cadeau, au budget et à l’inspiration aussi divers que variés !

Mes idées cadeau pour toute la famille

1. Offrez un cadeau consommable

Vous fêtez Noël dans votre belle-famille et vous ne savez pas quoi offrir car vous ne connaissez pas très bien les personnes, offrez un cadeau qui se déguste ! C’est vraiment très rare de ne pas faire plaisir avec des douceurs, des produits régionaux ou du vin, à moins de tomber sur des personnes avec un régime alimentaire très strict (si possible, renseignez-vous avant !).

Les produits régionaux, artisanaux et le « manger local » ont la cote, surtout depuis ces dernières années ! Profitez d’un week-end où vous partez (en France ou à l’étranger) pour glaner quelques spécialités culinaires que vous offrirez à Noël. SI vous n’avez pas l’occasion de partir, prenez le temps de déambuler sur les marchés de Noël, autre source d’inspiration.

Voici quelques idées de cadeau consommable :

  • Boissons : bouteille de vin, de bière, de whisky, d’eau de vie/liqueur, de champagne, de crémants (faites-vous aider si vous n’y connaissez rien !)
  • Chocolat et autres douceurs de chocolatiers/pâtissiers de renom (non je ne parle pas de Jeff de Bruges) mais plutôt de Patrick Roger, Pierre Hermé, de la marque Puyricard…
  • Épicerie fine : huiles originales (huile de noisette, de noix, de cacahuète, d’argan), épices, confitures, miel…
  • Produits locaux emblématiques d’une ville où d’une région : la moutarde de Dijon, le Calvados de Normandie, le Cognac dans la région de Cognac, les calissons d’Aix-en-Provence, les pralines roses de Lyon, les cannelés de Bordeaux etc.

Vous pouvez aussi pencher pour le consommable qui ne se mange pas comme les cosmétiques bio. Elles peuvent constituer un beau cadeau de par leur qualité et leur prix ! Je pense notamment aux cosmétiques à base de lait d’ânesse ou de jument.

 .

.

2. Offrez un cadeau dématérialisé !

Je suis de plus en plus adepte du cadeau dématérialisé à offrir (et à recevoir 😉 car on est dans une dynamique assez minimaliste avec l’Homme. On n’aime ni les placards trop remplis ni les dessus de meubles trop chargés. Le cadeau dématérialisé est l’idéal pour offrir des expériences qui sortent de l’ordinaire et créent de très bons souvenirs. Car finalement un cadeau c’est aussi ça, un souvenir.

Voici donc des idées de cadeau dématérialisé :

  • Des places pour un événement : un spectacle, un concert, une pièce de théâtre, un opéra, un ballet, un match de foot (ou autre sport), un spectale de cirque pour les petits…
  • Un cours : de cuisine, de dégustation de vin/bière/rhum/whisky, de couture, de maquillage, de chant, de danse (exemple salsa/rock), de photo, de travaux manuels, de loisirs créatifs (le DIY est très à la mode), d’affutage de couteau, de massage, de produits faits maison (produits ménagers, cosmétiques)…
  • Une activité détente : un soin, un massage, une séance chez un barbier, un resto gastronomique…
  • Une activité qui sort de l’ordinaire : du karting, un saut en parapente/parachute, un escape Game, une balade à cheval, une séance avec un photographe professionnel, tour de circuit en voiture de course…
  • Une ou plusieurs nuit(s) dans un lieu insolite : une yourte, une roulotte, un igloo, une maison dans les arbres, une maison sur l’eau…

3. Partagez les valeurs qui vous sont chères

Si vous avez dans votre entourage des personnes qui s’intéressent à la mode éthique mais qui n’ont pas encore sauté le pas, c’est le moment ! Offrez-leur un vêtement éthique et/ou éco-responsable ! La qualité du vêtement et les matières « nobles » qui le constituent permettent d’aller au-delà d’un cadeau qui semble banal de prime abord : certaines personnes interprètent le fait de recevoir un vêtement en cadeau comme un manque d’idée. Au contraire, réinventons ce geste et sa portée symbolique !

Pour plus de détails sur les vêtements éthiques et éco-responsables, les matières bio et les différents sites et marques, vous pouvez lire mon article « Pourquoi et où acheter des vêtements éthiques et éco-responsables ».

 .

.

4. Participez à un projet de vie

 

Donner de l’argent peut être délicat, mal vu ou mal interprété dans certaines familles. Et pourtant, parfois, un coût de pouce financier est le bienvenu dans les projets de vie à la place d’un cadeau matériel non personnalisé qu’on n’utilisera pas !

Quelques soient l’âge et le moment de vie, les projets sont nombreux ! En voici des exemples :

  • Adopter un animal
  • Acheter des meubles et/ou des appareils électroménagers après un emménagement
  • Organiser un voyage
  • Refaire une pièce dans sa maison,
  • La naissance d’un enfant
  • Partir travailler à l’étranger
  • Vivre sa/ses passions
  • Acheter une voiture ou changer de voiture

Interrogez vos proches pour savoir s’ils ne préféreraient pas ce genre de cadeau. Ainsi, vous serez sûr(e) de ne pas vous tromper 🙂

.

.

5. Fabriquez vos propres cadeaux !

Et si vous êtes créatif/ve, bricoleur, vous pouvez fabriquer vous-même vos cadeaux ! Le temps passé à la confection du cadeau est un aussi beau geste que le cadeau en lui-même. Quelques idées :

  • si vous êtes doué(e) en photo : offrez un portrait encadré d’un enfant à ses parents ou bien offrez carrément une séance photo à quelqu’un !
  • Si vous tricotez, faites du crochet ou maniez parfaitement une machine à coudre : offrez un vêtement (pull, robe, écharpe, bonnet, gants…) ou du linge de maison (nappe, napperon, couverture…)
  • Si vous êtes amoureux du bois : optez pour la confection d’un cadre, d’un objet de déco, d’un meuble !

.

Ma mère m’a récemment offert des carrés démaquillants qu’elle a cousus elle-même. Je les adore, le tissu est joli et c’est une attention qui m’a touchée :

Les idées, tutos, vidéos de DIY ou do it yourself sont très à la mode en ce moment. Les épingles sur Pinterest se multiplient de jour en jour, notamment à l’approche de Noël !

Comment trouver des idées de cadeaux personnalisés ?

Pour trouver des idées de cadeau personnalisé, voici 3 méthodes :

.

Méthode 1 : elle demande de la mémoire ! Réfléchissez aux centres d’intérêts, aux passions, aux activités (sportive, musicale, artistique, etc.) de la personne et essayez de vous remémorer des phrases comme « j’aimerais bien faire ça un jour » ou « ah oui cette activité a l’air chouette ! » qu’elle aurait pu prononcer une fois en votre présence, au cours de l’année. Méthode parfois un peu difficile à appliquer car quand on est accaparé par ses propres pensées, ses contraintes, on ne fait pas toujours attention à ce que disent les gens…

.

Méthode 2 : elle demande de l’observation ! Durant les mois d’octobre et novembre, si vous voyez votre famille, poussez les discrètement à faire un tour dans les magasins et repérez ce que les personnes regardent. Je rends souvent visite à ma famille aux vacances de la Toussaint et comme ma sœur, ma mère et moi on aime bien flâner dans les magasins, c’est le moment idéal !

.

Méthode 3 : elle demande subtilité et écoute ! Faites parler votre entourage sur ses envies et écoutez-le attentivement. Les gens vous donnent souvent des idées sans s’en rendre compte en évoquant ce qu’ils aimeraient avoir, l’activité qu’ils aimeraient faire. « Tiens, ça serait bien de changer ceci », « si on pouvait faire cela », « j’irai bien voir untel en spectacle mais je n’ai pas le temps d’acheter les places ». Par contre, mieux vaut ne pas utiliser cette méthode après le 20 décembre ou ils se douteront de quelque chose, à moins que vous soyez très subtile dans la manière de poser les questions !

.

Enfin, n’oubliez pas non plus, que le dernier vendredi de novembre c’est le Black Friday. Je ne suis pas forcément pour ce genre d’événement qui pousse à la (sur)consommation mais il reste pratique, en fonction des cadeaux que vous souhaitez offrir ou des promo sur lesquelles vous tombez. Parfois on a des idées géniales qui ne rentrent pas dans notre budget. Là, c’est l’occasion de pouvoir s’accorder un peu plus de folie !

Il constitue aussi une sorte de deadline je trouve pour toutes les personnes qui commandent les cadeaux sur internet : pensez aux délais de livraison ! Tous les sites ne proposent pas forcément une option « livraison express » spéciale Noël, il serait dommage que le cadeau arrive le 26 décembre…

Cadeaux et papier cadeau

Enfin, je ne peux pas parler cadeau de Noël sans parler emballage ! Oubliez le papier cadeau ! Certes, les papiers cadeau sont beaux, certes ils font partie de la féérie de Noël mais quel gâchis d’argent et de ressources d’acheter du papier uniquement pour le déchirer ensuite, vous ne trouvez pas ?

Là encore, les astuces pour ne pas acheter de papier cadeau sont nombreuses. Le but est de réutiliser ce que vous avez déjà certainement chez vous ! Vous pouvez utiliser par exemple :

  • des feuilles de brouillon
  • du linge de maison : torchons, serviettes, taies d’oreiller, etc. (cette astuce est effectivement plus facile à mettre en œuvre si vous fêtez Noël chez vous !)
  • des journaux
  • des magazines
  • des chutes de tissu
  • des cartes/affiches (carte routière, affiche publicitaire…)
  • des boîtes à chaussures
  • cartons d’emballage en tout genre

Si vous en avez l’envie et le temps, vous pouvez décorer les boîtes à chaussure et les cartons en collant des images, des dessins, du papier peint, du tissu… C’est une activité de travaux manuels chouette à réaliser avec vos enfants pour les faire patienter jusqu’à Noël !

Un dernier mot : alors, ces idées vous ont-elles inspiré(e) ? En utiliserez-vous certaines ? Dites-le moi en commentaire !

Et partagez cet article avec votre entourage sur Facebook et Pinterest, on n’a jamais trop d’idées pour faire des cadeaux ! Les boutons ainsi que l’épingle Pinterest sont juste en-dessous 😉 Merci merci !

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Valeria_Aksakova pour Freepik

Photo des cotons démaquillants : photo de Céline

Gifs : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#noel #cadeaudenoel #cadeauxdenoel #cadeau #ideecadeau #ideecadeaupourmafemme #ideecadeaupourmonmari #ideecadeaupourmesenfants #offrir #offriruncadeau #faireuncadeau #sapin #aupieddusapin #cadeaupersonnalise #trouverlecadeau #petitcadeau #groscadeau #budget #petitbudget

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

18 choses indispensables ou obligatoires à avoir dans sa voiture

18 choses indispensables ou obligatoires à avoir dans sa voiture

Bientôt le grand départ en vacance ? Cool !

Mais avez-vous pensé à vérifier votre voiture avant de partir ?

La voiture est un des moyens de transport les plus utilisés pour les grandes vacances. Or, on pense souvent à tout ce qu’on souhaite emporter avec nous et on oublie ce qu’on doit prendre en voiture !

Que vous partiez en balade pour la journée, faire vos courses, ou pour un trajet plus long, il y a des choses obligatoires et/ou indispensables à avoir.

« Une roue de secours ! », vous entends-je dire. Oui, mais pas que !

Aller, on regarde ça ensemble ?

Les indispensables pour votre sécurité

.

.

Dans la voiture, il y a des indispensables à avoir en cas de contrôle par les forces de l’ordre ou en cas de pépin comme une crevaison ou une ampoule qui tombe en rade.

Voici la liste de tout ce qu’il vaut mieux avoir avec vous (caractère indispensable ou caractère obligatoire) :

.

.

Obligatoire :

.

1. Vos papiers : permis de conduire, carte grise, attestations d’assurance et de contrôle technique

Police, vos papiers !

Euh chérie, c’est toi qui a pris le permis ? Et la carte grise ?

Pour que cette situation ne vous arrive pas, mieux vaut avoir toujours dans votre portefeuille permis et carte grise et sur le pare-brise les vignettes contrôle technique et assurance à jour.

Et je parle bien des originaux ! Pas de photocopies. Je ne sais pas pourquoi, c’est le truc de l’Homme en ce moment :

Où sont les papiers ? lui demande-je il y a quelques jours.

Je ne les ai pas mais c’est bon, il y a les photocopies dans la boîte à gant, me répond-il aucunement alarmé.

Eh bien ce n’est pas bon ! Il n’y a que pour une voiture de location que les photocopies des papiers du véhicule sont autorisées. Dans votre voiture, il vous faut présenter l’original et pour votre permis, et pour votre carte grise.

Concernant l’assurance, mieux vaut pouvoir prouver que vous en avez une, au moins au tiers, et que vous êtes à jour car si vous ne pouvez pas prouver que vous êtes couvert, vous pouvez être puni d’une amende de 3750€ et de peines complémentaires (L.211-1 Code des assurances et L.324-2 du Code de la route)*, ça gâche quelque peu la journée…

.

.

2. Un triangle de présignalisation et un gilet de sécurité fluorescent

Le gilet doit avoir le marquage « Communauté européenne CE » et le triangle le marquage « E 27 R ».

Attention, vous risquez une amende pouvant aller jusqu’à 750 €* si vous ne les avez pas avec vous. En général, il s’agit d’une amende forfaitaire de 135 €*.

.

.

3. Un ethylotest

Oui, c’est obligatoire ! Vous saviez ? Parce que moi je l’ai appris en rédigeant cet article ! Je n’en avais aucune idée. Je me demande même si on en a un, il faut que je vérifie avec l’Homme…

On doit donc avoir un éthylotest dans la voiture sauf si la voiture est équipée d’un éthylotest anti-démarrage (EAD). Il peut être chimique ou électronique, peu importe mais il doit être marqué de la norme NF. Par contre, et c’est là l’absurdité de la chose, c’est obligatoire mais ne pas en avoir n’est pas sanctionné

.

.

4. Des ampoules de rechange

La voiture doit être équipée de feux qui fonctionnent. Rouler avec une ampoule défaillante est puni par une amende pouvant aller jusqu’à 450 €*. En général, il s’agit d’une amende forfaitaire de 68 €* sauf qu’on peut vous immobiliser la voiture, ce serait dommage si vous êtes en route vers votre lieu de vacance…

Mieux vaut dont avoir des ampoules de rechange ! Après, encore faut-il savoir qu’une ampoule est grillée parce qu’on ne s’en aperçoit pas forcément quand on est dans la voiture. Le mieux est d’effectuer un tour de votre voiture, moteur allumé, avant de prendre la route.

.

.

.

Indispensables :

.

5. Un constat amiable

Votre assurance a dû vous remettre un exemplaire de constat amiable. Ce n’est pas obligatoire d’en avoir un dans la voiture ni d’en remplir un en cas d’accident mais c’est fortement recommandé. En effet, ce document accélère le traitement de votre dossier d’indemnisation car il contient tous les renseignements nécessaires à l’indemnisation : circonstances de l’accident, responsabilités de chaque conducteur, dégâts apparents, coordonnées des conducteurs et de leur assureur.

Pour qu’il soit complet, vous et l’autre conducteur devez signer la partie constat (recto), si possible sur le lieu de l’accident. La partie déclaration (verso de l’imprimé) est à remplir individuellement.
Vous avez ensuite 5 jours ouvrés à compter de l’accident pour envoyer le constat à votre assureur. Il sert de déclaration d’accident. Pour plus d’informations, je vous laisse consulter le site de la FFA, Fédération Française d’Assurance.

.

.

6. Le mode d’emploi de la voiture

C’est quand un voyant qu’on ne reconnaît pas s’allume qu’on se dit qu’il est loin le temps où on a passé son code de la route… et il y a des voyants qu’il ne vaut mieux pas ignorer !

.

.

7. Une roue de secours, un cric et une manivelle

Il est toujours plus prudent d’avoir dans sa voiture une roue de secours et le matériel pour l’installer. Ceci étant dit, il vaut mieux aussi savoir changer une roue si vous crevez ah ah ! Le moniteur d’auto-école m’avait expliqué la théorie avant que je passe mon permis, au cas où la question me serait posée pendant l’examen. Je n’ai jamais crevé et j’ai passé le permis il y a… 13 ans, ouille ça fait mal de compter ! Bref, j’aurais sûrement l’impression d’être une poule qui a trouvé un couteau.

À défaut de changer la roue, avoir une bombe anti-crevaison qui peut boucher une fuite, vous laissera assez de temps pour rouler jusque chez le prochain garagiste.

Dans tous les cas, faites attention à l’usure des pneus et à leur pression. Rouler avec des pneus en mauvais état ou sous gonflé est interdit. En cas de contrôle, vous risquez une amende pouvant aller jusqu’à 750 €*. En général, il s’agit d’une amende forfaitaire de 135 €* mais là encore, on peut vous immobiliser la voiture…

Et puis, vérifier régulièrement la pression des pneus permet de  faire des économies de carburant, de favoriser la durée de vie de vos pneus et surtout d’éviter des accidents. Mais je vous rassure, si vous pensez que très rarement à la pression de vos pneus, vous n’êtes pas la/le seul(e) (ou non en fait, je ne vous rassure pas du tout, c’est plutôt l’inverse !). En France on est très mauvais là-dessus.

.

.

8. Une raclette anti-givre

On n’y pense pas en ce moment, avec la chaleur de l’été mais si, pendant l’hiver, votre voiture est garée dehors et que vous vous en servez pour aller travailler, dès que le gel pointe le bout de son nez, il vaut mieux l’avoir à portée de main !

Les indispensables pour éviter les prises de tête

Il y a quelques temps, j’ai fait le plein de la voiture de l’Homme. J’étais seule. La voiture a un système de carte à puce pour démarrer/se verrouiller et, quand on sort de la voiture avec la carte dans sa poche, elle se ferme automatiquement.

Jusque-là, aucun problème, je sais comment elle fonctionne. Ce que je ne savais pas en revanche, c’est que lorsque la voiture est verrouillée, la trappe d’essence l’est aussi. Je me suis donc retrouvée avec le pistolet qui gouttait dans une main prête à faire le plein, ne parvenant pas à ouvrir la trappe de l’autre. Le temps que je comprenne que j’étais sortie avec la carte à puce dans la poche et que la voiture s’était verrouillée, toute la manipulation sur l’écran de la pompe (mettre la carte bleue, choisir le type de carburant, taper son code, etc.) s’était annulée. J’avais donc le pistolet dans la main mais je ne pouvais plus remplir le réservoir… Il  a fallu que je repose le pistolet et que je recommence, et ce faisant, du gasoil a coulé sur mes mains…

Une fois le plein terminé, je suis repartie avec des mains à la délicate odeur de gasoil car il n’y avait pas de papier à côté de la pompe et nous n’avions rien dans la voiture pour palier ce genre d’inconvénient. Or, j’avais encore 1h30 de route à faire…

C’est là que je me suis dit qu’une trousse de « premier soin » devait occuper une place permanente dans le coffre. Voici ce que j’y ai mis :

.

9. Une solution hydro alcoolique

Cela évitera que je reste une nouvelle fois avec les mains puant le gasoil et que je salisse le volant.

.

.

10. Sopalin, mouchoirs et rouleau de papier toilette

Le premier est pratique pour essuyer/éponger tout ce qui pourrait être renversé. Le 2e est beaucoup plus agréable pour se moucher que de se moucher dans du sopalin et le 3e s’avère souvent très pratique pour les envies qui n’attendent pas quand on roule ailleurs que sur l’autoroute! Et même principe que les mouchoirs, le papier toilette est plus doux que le sopalin !

.

.

11. Des lingettes pour nettoyer le pare-brise

Je n’aime pas vous conseiller d’acheter des lingettes car c’est anti-écologique, sauf que, maintenant, il est devenu quasiment impossible de pouvoir nettoyer son pare-brise dans une station service. Impossible de trouver une raclette et un saut d’eau, à chaque fois qu’on s’arrête. Or, lorsqu’on fait de la route, on se prend des moucherons en tout genre qui gênent la visibilité. Dans ces moments-là, une lingette est fort utile. Il faut garder en tête qu’il s’agit d’un usage ponctuel et que dès que vous avez de l’eau à disposition, un bon coup d’éponge dégoulinante est l’idéal.

.

.

12. Des pansements

Ça fait 2 fois en un mois que je me fais des plaies qui saignent, la première sur le genou (vive les sandales avec des semelles en plastiques glissantes) et la seconde sur le coude (note à moi-même : ne pas monter les escaliers en tongue et en courant…)

Or, – excusez-moi pour les détails mais ils ont leur importance dans l’argumentation – ce sont des plaies qui ont rempli plusieurs pansements en une journée et avant que je me rende compte, j’en avais mis partout… d’où l’utilité d’avoir une boîte de pansements sous la main. Cela évite de semer des gouttes voire des marres !

Et puis, en fait, je trouve qu’on devrait en avoir dans tous nos sacs, valises, véhicules, ne serait-ce que pour couvrir une ampoule qui frotte avec la chaussure. Rien ne remplace vraiment un pansement.

.

.

Et en plus de cette trousse de « premier soin », on a toujours dans la voiture :

.

13. Un parapluie et des lunettes de soleil à l’année

C’est toujours au moment où on en a vraiment besoin qu’on a oublié de les prendre… Soit parce que la météo n’avait pas prévu de pluie/de soleil, soit parce qu’on n’a pas regardé la météo…

Or, que ce soit se faire tremper en sortant de la voiture ou bien conduire en étant ébloui, c’est loin d’être agréable, voire ça peut être dangereux (l’éblouissement). C’est pourquoi, on a toujours un parapluie qui traîne dans le coffre et l’Homme et moi avons chacun une vieille paire de lunettes de soleil dans les accoudoirs.

.

.

14. Un chargeur multi-embouts qui se branche sur l’allume-cigare

L’Homme et moi n’ayant pas la même marque de téléphone, ça évite d’avoir 2 chargeurs et en plus on peut brancher nos téléphones en même temps !

.

.

15. Un câble pour brancher le mp3 sur l’auto-radio

L’Homme et moi, on adore écouter de la musique en voiture, surtout quand on fait de longs trajets. Or, suivant les régions dans lesquelles on passe, on ne capte pas toujours la radio. Ou parfois, on en a simplement marre de « zapper » pour éviter les publicités. Alors on branche le mp3 sur lequel je change régulièrement la playlist. Dans notre voiture, on le branche dans l’entrée auxiliaire via un câble audio muni d’une prise stéréo mini jack d’un côté et de 2 prises RCA de l’autre. Sur les voitures plus récentes, un câble USB suffit en général.

.

.

.

.

Les indispensables pour faire les courses

Si vous allez faire les courses en voiture, il est toujours bon d’avoir dans sa voiture :

.

16. Des sacs réutilisables

Les sacs réutilisables sont votre meilleur ami quand vous faites des courses et le coffre de la voiture est l’endroit idéal pour les ranger et éviter d’oublier de les prendre !

De notre côté, on fait toujours les grosses courses en voiture, alors une fois qu’on les a vidés, on les remet dans le coffre.

.

.

17. Une glacière souple

La glacière souple est le pendant des sacs réutilisables mais pour le frais et les congelés. On la range aussi dans le coffre car on s’en sert quasi uniquement pour les courses.

Et si on souhaite partir en pic-nic, on va la chercher la veille pour mettre notre repas et les blocs de froid dedans juste avant de partir.

.

.

18. Un jeton de charriot

Vous connaissez cette histoire où vous arrivez sur le parking du supermarché, vous vous rendez compte que le jeton est resté dans votre autre sac à main et en plus vous n’avez pas de monnaie ? Avec un jeton dans un des accoudoirs avant, vous ne serez plus pris(e) au dépourvu !

 .

.

 

 

Vous voilà à présent informé(e), il ne reste plus qu’à compléter votre équipement pour voyager ou rouler en toute sécurité et en toute sérénité !

.

.

Un dernier mot : avez-vous trouvé ces conseils utiles ? Dites-le moi en commentaire ! Je serai ravie d’avoir votre avis. Et n’hésitez pas à partager cet article avec votre entourage sur les réseaux sociaux (les boutons sont juste en-dessous 😉 Merci !

.

.

.

 

Lectures complémentaires si vous vous posez des questions :

* « Équipements obligatoires pour une voiture », Direction de l’information légale et administrative, juin 2019 

« Documents administratifs », FAQ sécurité routière, Gendarmerie nationale

Crédits photos :

Photo de couverture : Steinar Engeland sur Unsplash

Homme avec ses courses en voiture : designed by Freepik

Gifs : giphy

.

Hshtags-clé :

#voiture #vehicule #auto #automobiliste #assuranceauto #contratdassurance  #accident #accidentdelaroute #responsabilitecivile #equipementvoiture #partirenvoiture #roadtrip #chosesindispensables #courses #fairesescourses #securite #securiteroutiere #permisdeconduire #ethylotest #vignette #triangle #giletjaune

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

12 astuces pour gagner de la place chez soi

12 astuces pour gagner de la place chez soi

Gagner de la place chez soi, l’éternel combat contre nos habitudes de consommation ! Difficile de résister, quand on passe à côté d’un magasin, au doux chant des produits dans les rayons, à la merveilleuse mélodie des vêtements sur les cintres et au tentant appel des chaussures sur les étagères…

Et pourtant…

Vous souhaitez gagner de la place chez vous ? Arrêtez d’acheter !

Ah ah, plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? 😉 C’est un état d’esprit que l’on doit progressivement apprivoiser et faire nôtre.

Alors, concrètement, comment on gagne de la place ?

1. Ayez un minimum de meubles et d’objets de déco

L’Homme et moi sommes d’accord sur ce point (heureusement car il est déterminant quand on vit ensemble !). Nous préférons avoir des pièces désencombrées du superflu : seuls quelques meubles, objets et tableaux pour personnaliser l’endroit et nous sentir chez nous. Nous avons besoin de respirer et de circuler facilement. C’est primordial dans notre équilibre. Avoir vécu dans de petites surfaces parisiennes a dû nous traumatiser un peu !

Faites l’expérience chez vous et dites moi.

C’est toujours plus agréable de vivre dans une pièce rangée et avec de l’espace que dans un désordre et un amas d’affaires permanent, qu’en dites-vous ?

En photo, notre entrée et le début de notre pièce à vivre :

2. Vendez/donnez les affaires que vous n’utilisez pas 

Garder des affaires qu’on n’utilise pas prend TELLEMENT de place ! En fait, quand on y pense, on ne manque pas forcément de place, on a simplement trop d’affaires !

Si vous avez lu La Magie du rangement de Marie Kondo, vous avez vu que son premier conseil, avant même d’entamer la partie rangement, c’est : « commencer par jeter ». De mon point de vue, jeter, si l’objet n’est pas cassé, est un peu fort mais donner et/ou revendre sont de bonnes alternatives. Je ne m’attarderai pas sur ce sujet ici, je vous invite plutôt à lire mon article détaillé : Revendre ses affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi.

.

3. Repassez le linge de maison

Drap, drap housse, taie d’oreiller, nappe. C’est fastidieux, pensez-vous. Oui, c’est vrai (surtout quand il commence à faire 25-30° à l’intérieur). Mais voyons le côté positif : repasser, c’est gagner des centimètres d’épaisseur et ça, ça n’a pas de prix ! De plus, je peux vous assurer que se coucher dans un lit aux draps propres et repassés, c’est un plaisir incommensurable ! Et puis la séance de repassage, surtout avec une centrale vapeur, c’est un peu comme une séance de hammam gratuite 😉

Tout est toujours une question de temps et de priorité. Pour moi, ce temps de repassage est précieux quand je pense à la douceur de me glisser dans les draps non froissés.

Nota bene : avec ma famille, on a visité l’Atelier de soierie de Lyon il y a quelques temps et le gérant nous a dit que c’était très mauvais de repasser avec la vapeur car elle brûle les fibres textiles et le tissu s’abîme beaucoup plus vite. Je partage cela avec vous mais pour le moment, je trouve qu’il n’y a rien de telle que la centrale vapeur pour ne pas passer trop de temps à repasser ses draps !

.

4. Rangez les valises cabine dans les grandes valises

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai 3 valises à la maison : une valise cabine, une valise pour les longs séjours et une 3e valise encore plus grande, reliquat de ma vie d’étudiante quand je descendais en vacance chez mes parents en emportant mes bouquins de classe prépa et mon gros Gaffiot (dictionnaire français/latin) en plus de mes fringues. Si si, je vous assure, ça faisait une valise qui pesait environ 25 à 30 kg, je ne vous raconte pas la galère dans le métro et le train… le poids de la valise excluant automatiquement le voyage en avion… Bon soyons honnêtes, cette 3e valise est un exemple typique du au cas où, que je pourrais revendre mais finalement notre déménagement récent a prouvé qu’elle était encore fort utile ! Bref. En plus de mes 3 valises, l’Homme en a au moins 2. Inévitablement, ça prend de la place.

***Là, je m’arrête de taper sur mon ordinateur et je réfléchis quelques secondes***

Bon, ok, soyons très honnêtes, j’ai 4 valises. Dans mon décompte, j’ai oublié une 2e valise cabine, illustrant elle aussi le au cas où car la valise cabine achetée en remplacement de la première a des dimensions qui ne correspondent pas tout à fait à certaines compagnies aériennes. On parle de quelques centimètres (peut-être 1 cm de haut, 2 cm de large, je ne me souviens plus exactement) mais on n’est jamais trop prudent et quand on voyage à l’économique (ce qui est le principe du bagage cabine !), on n’a pas envie de devoir payer au dernier moment les frais majorés d’une valise en soute. Oui bon, l’Homme dit que je chipote et que les compagnies n’iront pas vérifier quelques centimètres mais, pour le moment, je préfère garder cette valise !

Bref je m’égare à nouveau, revenons au propos.

Mes 4 valises prennent la place de 2. Chaque valise cabine est rangée dans une valise grand-format. Et j’ai rangé les grandes valises de telle sorte à pouvoir récupérer facilement les valises cabine sans devoir retirer les grandes de l’étagère sur laquelle elles sont :

5. Rangez des affaires dans les petites valises

Mieux vaut que ce soit des affaires que vous n’utilisez pas souvent et surtout assez légères, afin de ne pas vous compliquer la vie si, comme moi, vous rangez vos valises en hauteur dans une penderie. Moi j’y range des peluches, souvenirs auxquels je tiens. À une époque, j’ai essayé de m’en séparer et puis maintenant je me dis qu’elles iront très bien, un jour, dans une chambre d’enfant.

Vous pouvez très bien y mettre des sacs à dos, pochette d’ordinateur, trousse de toilette ou autre sac que vous utilisez lorsque vous partez.

 .

6. Organisez vos réserves

Que ce soit des réserves de chocolat (toujours utiles pour un petit plaisir ou pour faire de la pâtisserie), de produits ménagers ou de papier toilette, elles évitent d’être pris(e) au dépourvu. Quelle situation lassante quand il ne reste d’un fond de produit dans une bouteille au moment où on en a besoin… Ou lorsqu’il nous manque un seul ingrédient une fois qu’on est lancé(e) dans la préparation d’un gâteau (pour cette situation, mieux vaut d’ailleurs vérifier avec la recette si on a tous les ingrédients avant de se lancer^^).

Toutefois, les réserves prennent de la place, surtout si, comme nous, pour des raisons économique et écologique, vous achetez des packs famille. Je pense typiquement au papier toilette et à la lessive. Le jour où on achète un lot de « 24 + 6 gratuits » rouleaux de papier toilette, il faut vraiment réfléchir à comment les stocker !

Par conséquent, chez nous, dans le placard de la pièce à vivre, assez petit, il n’y a que de petits contenants. Comme nous n’avons ni buanderie, ni loggia, ni cave, ni grenier, les réserves sont stockées à l’étage dans un placard exprès. Pas l’idéal mais on fait comme on peut ! Et c’est là qu’on voit que nos préoccupations évoluent considérablement entre 25 et 35 ans, quand on rêve d’avoir chez soi, en plus d’un dressing (aaaah le dressing !) une buanderie…

Je tiens tout de même à préciser qu’il faut bien sûr limiter les réserves pour ne pas se laisser envahir ! Le tout est d’avoir sous la main un nouveau rouleau de papier d’alu le jour où on termine le précédent, pas d’avoir une réserve de 10 rouleaux pour 6 mois 😉

.

7. Utilisez peu de produits ménagers 

Dans le même esprit que l’organisation des réserves, on gagne de la place en restreignant le nombre de produits ménagers et en privilégiant les produits naturels. Cette restriction a plusieurs avantages :

  • On fait des économies non négligeables. Quand on compare les prix des produits ménagers, on sait que pour certains, on paie davantage la marque et la publicité…
  • Les produits naturels sont souvent plus efficaces que les produits de marques marketés
  • Les produits naturels lavent tout aussi bien une cuisine qu’une salle de bain que des taches sur un tissu. Pas besoin d’avoir un produit par pièce ou par utilisation !
  • Comme leur nom l’indique les produits naturels sont… naturels ! Oust les produits soit disant miracle mais surtout très toxiques !

.

8. Utilisez tout l’espace disponible chez vous

Mais de quel espace parle-je ? Eh bien de l’espace auquel on ne pense pas nécessairement ! Voici une série d’exemples :

  • L’espace au-dessus d’une porte. Avec une planche, des tasseaux ou des équerres, on fait vraiment des miracles 😉
  • l’espace sous les meuble, au-dessus des meubles ou entre les meubles et le mur :
  • l’espace sous les lits :

Sous le canapé, nous stockons le plan de travail initial de la cuisine, trop petit et que nous avons préféré remplacer pendant que nous occupons cet appartement. Mais comme il fait partie des meubles de l’appartement, nous ne pouvons pas nous en débarasser.

Sous notre lit (photo de gauche), ce sont des cartons de déménagement. Je sais que ça semble étrange et surprenant ! Pour comprendre, je vous invite à lire mon article à venir à ce sujet lorsqu’il sera en ligne : Pourquoi garder ses cartons après un déménagement et comment les ranger ?

Sous le lit de la chambre d’amis, c’est un matelas une place très utile quand il y a du monde à la maison !

Bref, il y a de l’espace exploitable partout, il suffit de le chercher !

 

9. Résistez au gratuit

Le gratuit, c’est la tentation. On assiste à une conférence, on se rend dans un Salon et hop on récupère un stylo et/ou des goodies. Un commercial vous démarche pour vous proposer de signer un contrat avec sa boîte, hop encore des goodies. On achète du parfum dans un magasin de cosmétiques et hop des échantillons.

Stop !

Certes, le « gratuit » est attirant. Posséder un objet sans l’avoir payé a un petit côté satisfaisant et irréfléchi qu’on aime. Et finalement cette satisfaction dure les quelques secondes qu’on met à attraper l’objet.

Ensuite, on se retrouve avec une énième chose dans notre sac à main, dans le tiroir du bureau au travail, sur la table basse du salon ou dans le fameux plat à l’entrée, vous savez ce plat où il y a aussi souvent un stylo qui ne fonctionne plus et une pièce d’un meuble Ikéa dont on ne sait quoi faire ? (spéciale dédicace à un humoriste que j’apprécie beaucoup)

Bref, résister au gratuit vous fera gagner de la place ou en tout cas vous évitera d’en perdre ! Le seul gratuit que je m’autorise, c’est le consommable 😉 Toujours agréable une tranche de saucisson ou un morceau de fromage en faisant le marché !

.

10. Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place

Cet adage vous semble anodin ? Il est pourtant porteur de vérité. Attribuer une place précise à chaque objet, déterminer l’utilisation de chaque placard, de chaque tiroir facilite grandement le rangement quotidien ! Et quand une pièce est rangée, la sensation d’espace est beaucoup plus grande 😉 Pour compléter ce conseil, je vous renvoie une nouvelle fois vers La Magie du rangement. En effet, le fondement de la méthode Marie Kondo est de faire un tri exhaustif (le fameux « commencer par jeter » dont je parlais au début de cet article) et de ranger efficacement ce qui reste, en trouvant une place pour chaque chose.

.

11. Déterminez l’emplacement des choses ensemble

Trouver une place pour chaque chose c’est bien ; si vous vivez en couple, le faire à 2, c’est mieux ! Il est primordial de choisir l’emplacement de chaque chose et la logique d’utilisation des différents placards ensemble. Je vous parle en connaissance de cause^^ Après le déménagement, c’est moi qui ai vidé les cartons et rangé les affaires car j’avais plus de temps que l’Homme. Or :

1. Nous n’avons pas nécessairement la même logique de rangement et il vaut mieux chercher une logique commune (si la situation vous le permet).

2. Il ne retient pas encore toujours où sont rangées les choses qu’il cherche. Chaque fois que j’ai rangé ou optimisé un placard, je lui ai montré fièrement (oui oui, je suis fière de ce genre d’action !) et expliqué la logique mais il finit par oublier. Oubli à cause du lot d’informations qu’il a dû digérer et/ou oubli car, comme il n’a pas lui-même pensé le rangement, il n’est pas forcément naturel et logique pour lui.

Bref, déterminer l’emplacement des objets ensemble vous évite une grande source de disputes ou d’objets mal rangés !

.

12. Remettez en place au fur et à mesure

Ce dernier conseil est peut-être le plus anodin mais dans une pièce en désordre, on manque inévitablement d’espace, d’autant plus si la pièce est petite. On peut même se sentir oppressé(e).

Et le désordre arrive si vite !

Dans une même journée, on est amené à utiliser de nombreux objets (vêtement, chaussure, sac, livre, vaisselle, étendage, aspirateur, tournevis, etc.) et dans différentes pièces ! Remettre en place au fur et à mesure chaque objet permet de garder une pièce rangée. C’est une habitude à prendre. Il s’agit d’une question de régularité 😉 Et vous verrez que plus vous serez régulier et moins vous aurez besoin de passer 2h (ou plus !) de votre week-end à ranger votre chez vous.

Si vous prenez la résolution de le faire, donnez-vous du temps, ne vous découragez pas ! Un geste met environ 3 semaines à devenir une habitude.

Un dernier mot :  alors, convaincu(e) de vous y mettre ? Dites-moi en commentaire quelles sont vos méthodes pour gagner de la place ! Et n’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux (les boutons sont juste en-dessous 😉 Merci !

.

.

.

.Suggestions de lecture et d’écoute :

La Magie du rangement, Marie Kondo

Ca peut toujours servir, Guillemette Faure

Jeter, désencombrer, ranger pour se sentir mieux, Ali Rebeihi sur France Inter

Crédits photos :

Photo de couverture : Boulotmetrodeco

Autres photos : photos de notre appartement à l’Homme et moi

.

Hashtags-clé :

#petitespace #place #gagnerdelaplace #gaindeplace #placards #tiroirs #armoire #meubledappoint #empiler #espacederangement #optimiserlespace #agencement #amenager #suspendre #interieur

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer