Pourquoi et où acheter des vêtements éthiques et éco-responsables

Pourquoi et où acheter des vêtements éthiques et éco-responsables

C’est parti ! Nous sommes à nouveau en pleine période de soldes.

Depuis que je suis ado et que j’ai un peu d’argent de poche, je me suis toujours débrouillée pour faire les soldes d’été et d’hiver. Si je ne suis pas une fashion addict, victime des dernières tendances mode et aimant feuilleter frénétiquement les revues spécialisées, les soldes ont toujours été pour moi l’occasion de partir à la recherche de la nouvelle pièce de ma garde-robe.

Pourtant cette fois, je suis beaucoup moins enthousiaste à cette idée. Ces derniers mois ont été le théâtre d’une envie d’adapter mes habitudes d’achat face à la (sur)consommation environnante pour diverses raisons : un déclic sur l’importance du rangement et du minimalisme dans mon équilibre psychique ; une accélération du nombre d’affaires que je revends ; l’emménagement avec l’Homme (tout aussi concerné par ces réflexions sur la consommation éco-responsable)… Bref, je réfléchis beaucoup à mon rapport aux objets et à la possession, au cumul d’affaires et à ce qui m’est essentiel pour vivre et me sentir bien.

Et les soldes dans le prêt-à-porter « classique » ne coïncident pas avec cette nouvelle envie de consommer. De plus, soyons honnête, je n’ai aucun besoin en vêtement.

Mais oui mais…

La fille qui est en moi a envie trouver un nouveau vêtement ! Et se frustrer en se retenant n’est jamais la solution idéale, que ce soit pour faire les magasins ou manger du chocolat !

Alors comment faire ?

Voici ci-dessous, les résultats de mes recherches. Je ne prétends pas à l’exhaustivité des solutions avec cet article mais il vous permettra, j’espère, de piocher, comme moi, quelques idées à mettre en pratique, ainsi que de partager les vôtres 😉

Un reportage qui a nourri ma prise de conscience

Vous avez déjà entendu parler du Citarum ? C’est un fleuve indonésien, considéré comme le fleuve le plus pollué au monde à cause des rejets toxiques des entreprises textiles qui sont établies sur ses rivages. Il y en a 500 alors que 14 millions d’Indonésiens puisent leur eau dans ce fleuve pour l’agriculture, la pisciculture et leur consommation quotidienne.

Mercredi 5 juin dernier, journée mondiale de l’environnement, France Culture, en partenariat avec France 5, a présenté sur la chaîne « Vert de rage », une série documentaire de Martin Boudot qui enquêtait sur des scandales environnementaux dans le monde, dont la pollution de ce fleuve.

Dans le reportage, il enquêtait notamment sur les usines d’Uniclos et H&M, des marques chez qui l’Homme et moi avons déjà acheté à plusieurs reprises… (je vous invite à lire également l’article : « Pourquoi H&M se moque bien de nous »). Je n’avais pas conscience du nombre de polluants industriels (dont le Chrome, le plomb, les pesticides et tant d’autres) ni de la quantité d’eau faramineuse nécessaires dans la confection des vêtements.

Ce reportage a été une véritable prise de conscience tant sur l’envers de la fast fashion (je ne connaissais d’ailleurs pas l’expression) que sur la nocivité des vêtements que j’ai sur le dos quotidiennement…

Les matières portées : lesquelles privilégier et lesquelles bannir ?

.

Mieux vaut porter :

Fibres d’origine végétale

– Le coton bio : cultivé sans pesticides, OGM ou engrais chimique et moins consommateur d’eau que le coton traditionnel d’environ 60 %. Il est indiqué par le label Global Organic Textile Standard (GOTS).

 – Le lin : matière cultivée sans pesticides, engrais chimiques ou graines génétiquement modifiées. C’est une des fibres les plus écologiques car sa culture nécessite peu d’engrais et a un taux de rendement supérieur au coton. En plus, la France en est le 1er producteur mondial !

– Le Cupro : matière issue de la revalorisation des déchets du coton (fibres du coton trop courtes pour être filées). Les fibres sont transformées dans une usine certifiée ISO 14001 respectant le standard Oeko-Tex. La majeure partie des solvants utilisés lors du processus de transformation est recyclée.

– Le tencel® Lyocell : fibre naturelle des plus durables, fabriquée à partir d’arbres, principalement d’eucalyptus (cellulose).

–Le chanvre : fibre souple qui nécessite peu d’eau pour pousser.

– Le modal : fibre issue du bois de hêtre dans des exploitations forestières gérées de manière durable.

– Le piñatex : cuir végétal issu des fibres de feuille d’ananas.

Fibres d’origine animale

– La soie labellisée : elle provient du commerce équitable ou d’une marque labellisée avec un label environnemental. La soie non labellisée aura sûrement été confectionnée en Chine ou en Inde dans un process de production qui utilise des produits chimiques et avec des ouvriers travaillant dans des conditions de travail non respectueuses.

– La laine non traitée : pas de pesticide. Dans la laine, on trouve :

  • le cachemire : matière première noble, renouvelable et biodégradable, dotée d’une douceur inégalable.
  • l’alpaga : laine haut de gamme 100 % naturelle dotée d’une fibre fine, légère et soyeuse, non irritante, elle ne contient pas de lanoline, substance allergisante présente dans la laine classique. C’est une fibre à fort pouvoir isolant. L’alpaga provient d’un camélidé (proche du lama), originaire d’Amérique du sud.
  • le mohair : matière première noble, renouvelable et biodégradable. Elle est issue du duvet des chèvres angora et offre un écrin de douceur extrême.

– Le cuir naturel :  issu de l’industrie de la nourriture et tanné dans un processus naturel – sans l’utilisation de produits chimiques et nocifs, ce qui permet de le rendre biodégradable, et surtout non polluant au moment du tannage.

Mieux vaut éviter :

.

– Le polyester : émet du phytoeustrogène, qui est similaire à un perturbateur endocrinien et favorise les cancers.

Le polyamide : émet du formaldéhyde ainsi que des gaz à effets de serre.

La viscose : sa fabrication à partir de la pulpe de bois de cellulose se fait avec un processus chimique, notamment le dudisulfure de carbone, dont l’émission a des effets néfastes sur la santé (maux de tête, vomissements, douleurs dans les muscles…).

L’acrylique : dissolution dans un solvant, bain de coagulation, propylène, ammoniaque, etc.

L’acétate : traitement chimique de la cellulose avec de l’acide acétique notamment.

L’élasthanne : sa fabrication se fait avec de nombreux produits chimiques, dont les PFCs, cancérigènes. De plus, ces produits mettent en moyenne 200 à 400 ans à se dégrader. Enfin, une fois dans les décharges, ils rejettent du CO2 et autres gaz dans l’atmosphère.

 .

.

Pour plus de détails, je vous conseille de faire un tour sur le blog de Manon, Happy New Green et de lire, notamment, son article : « Quelles matières textiles choisir ? » dans lequel j’ai trouvé une grande partie de ces informations. C’est une référence sur les thématiques slowfashion, mode éthique et responsable, etc.

La seconde main

1. La seconde main sur internet avec les sites de dépôt-vente

.

Si vinted est devenu le site incontournable quand on veut acheter des vêtements d’occasion en ligne, il n’est pas le seul et chaque site a ses spécificités. Parmi les de dépôt-vente en ligne les connus, en voici quelques uns :

Vinted : application d’origine lituanienne, on y trouve essentiellement du prêt-à-porter à petits prix mais aussi quelques marques comme Sandro, Guess, Ralph Lauren, Tommy Hifilger, Calvin Klein, Michael Kors, en fonction de ce que les « vinties » déposent. On peut acheter des articles en France, en Belgique, en Espagne. Attention, c’est l’acheteur qui s’acquitte de la commission, des frais d’assurance et des frais de port.

Leboncoin : même s’il s’agit d’un site généraliste, Leboncoin est une référence pour l’occasion et il a une très bonne visibilité pour les vêtements, surtout en dehors des 18-25 ans (cœur de cible de vinted). C’est donc une bonne alternative. De plus, le fait de pouvoir géolocaliser les vendeurs permet, si vous n’êtes pas loin, d’aller chercher votre article vous-même plutôt que de devoir payer des frais de port pour un envoi.

Videdressing : fondée en 2009 par une jeune américaine vivant à Paris, le site s’impose très vite comme la première plateforme communautaire mode et luxe d’achat et de vente entre particuliers. Le site a été récemment racheté par Leboncoin. Videdressing propose des vêtements de belles marques milieu de gamme mais aussi quelques marques de luxe. 

Vestiaire collective : start-up parisienne créée en octobre 2009, le site est dédié aux produits d’occasion de luxe. Par rapport aux autres sites de dépôt-vente, le fonctionnement diffère un peu. Chez Vestiaire collective, les produits vendus sont vérifiés physiquement par l’équipe du site avant validation définitive de la vente. Le vendeur envoie donc le produit à la plateforme qui en atteste l’authenticité. C’est la plateforme qui se charge ensuite d’envoyer le produit à l’acheteur. Les frais sont assez élevés mais vous pouvez acheter des articles venant de plus de 50 pays, en Europe, aux États-Unis, en Asie et en Australie.

United Wardrobe : site d’origine néerlandaise. Son point fort et original, c’est la possibilité d’achat/vente aux enchères. Vous pouvez en quelque sorte négocier le prix de certains articles avec les vendeurs. Vous pouvez acheter des vêtements en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Par rapport à d’autres sites, United Wardrobe fait payer les frais de service aux vendeurs et non aux acheteurs.

Once Again : site français d’origine familiale, il se présente comme une friperie en ligne qui fait du bien à la planète en permettant d’acheter/de vendre d’occasion. On y trouve essentiellement du prêt-à-porter et quelques marques plus chères. Le site vérifie la qualité des produits : les vêtements sont certifiés comme neuf et sans contrefaçon.  Il s’engage à revendre toutes les marques à – 80 %. Le fonctionnement du site trouve son originalité du côté des vendeurs/ses. En effet, c’est l’équipe du site qui trie les vêtements, les prend des photos, les met en ligne, rédige les annonces, répond aux questions des acheteurs/ses puis envoie les colis. Le/la vendeur/se n’a qu’à commander une étiquette Mondial Relay gratuitement et à envoyer ses vêtements. Pas besoin d’attendre la vente du vêtement pour être payé et les vêtements reçus non-repris sont donnés à Emmaüs. Concernant les acheteur/se/s, les frais de port sont offerts pour une livraison en relais colis dès 50 € d’achat.

Emmaüs en ligne : c’est la référence pour la seconde main en boutique mais il est aussi possible d’acheter en ligne ! Vous pouvez choisir votre mode de livraison (point relais ou chez vous) ou bien venir récupérer votre produit en magasin (gros avantage pour éviter de payer des frais de port). Acheter chez Emmaüs, c’est soutenir une économie solidaire.

MyKidsFactory : site belge dédié à l’achat et à la vente de vêtements de seconde main haut de gamme et de qualité pour les enfants de 0 à 12 ans. Le plus : à partir de 10 achats, vous obtenez une carte de fidélité qui vous permet de profiter d’une réduction de 5 % sur votre prochain achat.

2. La seconde main avec le troc en ligne

Troc vestiaire : système de troc en ligne dans un esprit écologique. Fondé en 2012, la plateforme propose d’échanger mais aussi de vendre ou de louer des articles pour femme et enfant : des vêtements aux chaussures en passant par la maroquinerie, les cosmétiques (ainsi que les livres ou les objets de décoration). Il suffit de s’inscrire sur le site, de sélectionner le produit qui vous intéresse pour les acheteur/ses/ (ou de proposer les produits dont les vendeur/ses/ souhaitent se débarasser), de contacter la personne qui possède l’article de votre choix via le système de messagerie. Lorsque vous vous mettez d’accord, vous pouvez opter pour une remise en main propre, ou pour un envoi du colis.  On y trouve beaucoup de prêt-à-porter, mais aussi quelques articles provenant de marques de luxe telles qu’Hermès, Burberry, Chloé…

3. La seconde main dans les magasins

Emmaüs : présent dans 119 villes en France, Emmaüs est le lieu de la seconde main engagée. Acheter dans leurs boutiques, c’est consommer de manière éco-responsable et solidaire. Vous êtes respectueux de l’environnement et des personnes accueillies par l’association. Certes, il faut fouiller, chaque vêtement est unique, il n’y a pas toute les tailles mais le geste vaut le coup ! Et vous trouverez des vêtements, chaussures et accessoires pour toute la famille.

Les boutiques Ding Fring : même principe qu’Emmaüs, dans ces boutiques, vous achetez éco-responsable et solidaire car vous contribuez à créer des emplois pour des personnes en situation d’exclusion. Ces 73 boutiques réparties dans toute la France revendent les vêtements, chaussures, linge de maison, maroquinerie collectées par le Relais. Les prix mini sont garantis !

Les friperies : certaines sont tenues par des organismes caritatifs qui proposent des vêtements provenant de dons de particuliers. D’autres fonctionnent sur le principe du dépôt-vente. L’avantage des friperies, outre les prix, c’est le fait qu’on peut tomber sur des perles rares et vintages !

Sinon, vous savez d’où vient le nom ? De l’ancien français frepe « chiffon », issu du latin faluppa, « fibre, petite chose sans valeur ».

Les sites et marques en ligne qui vendent des vêtements éthiques & éco-responsables

 .

.

1. Les sites multimarques en ligne

.

Klow : la philosophie de cette marque est de promouvoir des « produits fabriqués avec engagement et simplicité […] pour l’environnent et pour notre santé ». Avant d’intégrer une nouvelle marque, l’équipe du site procède à un audit complet et détaillé pour vérifier que « chaque certification – des matériaux  utilisés jusqu’à la production – soient alignés avec [leurs] valeurs en termes d’écologie et d’éthique ». Voici les matières mises en avant sur leur site, que leurs marques partenaires doivent utiliser dans leurs vêtements et accessoires :

  • Le tencel® Lyocell,
  • Le coton bio,
  • Le lin bio,
  • Le chanvre,
  • Les vêtements recyclés,
  • Le piñatex,
  • Le cuir naturel avec teinture végétale,
  • L’airbag de voiture recyclé (certaines marques utilisent en effet cette matière pour sa texture solide, robuste, et fiable).
  • Le liège, produit durable issu des arbres de liège qui poussent sans l’utilisation de pesticides, d’irrigation ou d’élagage. Et la matière est résistante à l’eau.
  • Le polyester de bouteilles recyclées, si si ! Les fibres du Polyester peuvent être recyclées grâce aux bouteilles en plastique. Cette méthode réduit considérablement la consommation d’énergie et de CO2 et permet de recréer des matériaux presque indéfiniment.
  • L’aluminium militaire recyclé, aussi oui oui ! Grâce à la maîtrise du processus d’up-cycling, il est possible de redonner un sens aux objets de guerre tels que des bombes de l’ère de la guerre du Vietnam, des pièces d’avions ou autres débris d’aluminium.

Dressing responsable : le site met en avant le fait qu’il « se veut une source d’information fiable et ludique sur la mode responsable ». La fondatrice est partie du constat que l’idée reçue suivante était trop répandue : les vêtements écologiques « ne sont pas très beaux, souvent ringards et chers »Voici leurs critères de sélection des marques vendues :

2. Les marques plébiscitées par les blogs spécialisés

 

Ekyog : née en 2003, de la volonté de créer « une marque de mode respectueuse de la Nature et des Hommes », elle souhaite allier mode, éthique, respect et traçabilité. Cette marque française dispose d’une quarantaine de boutiques en France. Elle vend des vêtements avec les matières suivantes :

  • La soie,
  • La laine dont le Cachemire, l’Alpaga et le Mohair,
  • Le coton biologique certifié GOTS,
  • Le lin,
  • Le polyester recyclé,
  • Le Cupro,
  • Le lyocell et le modal provenant d’exploitations forestières gérées de manière durable,
  • Les fibres recyclées, dont l’intégralité du processus, du recyclage au tissage de la matière, est soumise à des règles strictes : recyclage de l’eau, utilisation de panneaux photovoltaïques, limitation des transports, compensation carbone.
  • Le cuir animal mais tanné avec des produits à base de plantes : écorces d’arbres, extraits de végétaux.

La Révolution Textile : marque toulousaine dont les valeurs fondamentales prônées par la fondatrice sont : la traçabilité, la fabrication locale et l’écologie. Elle privilégie les vêtements en lin. Voici ses engagements :

Shunkfunk : marque mi-espagnole mi-française née en 1996, qui encourage « à consommer d’une manière réfléchie et responsable ». Elle propose des vêtements en coton biologique, en polyester recyclé et en fibres de cellulose, de chanvre ou de rami. Une grande partie de sa production est certifiée GOTS et ses emballages sont biodégradables. Voici les matières privilégiées :

  • Le coton bio et fairtrade®,
  • Le polyester recyclé,
  • Le coton recyclé,
  • Le lyocell,
  • Le fil recyclé,
  • Le lin,
  • Le chanvre.

Elle propose également un programme de fidélité élaboré : une remise de 15 % sur la première commande ainsi que 10 % pour votre anniversaire, un cumul de point (1 € = 1 point) et un bon d’achat de 25 € tous les 250 points.

Leax : marque française née à Lyon en 2015 qui s’engage à minimiser l’impact de la fabrication de ses vêtements sur l’environnement en privilégiant les matières naturelles, bio ou recyclées. De plus, la fabrication est française. La marque s’engage aussi à ramasser 500 grammes de déchets dans la nature pour chaque produit acheté, grâce à un partenariat avec Mountain Riders.

Je vous en parle car j’ai été ravie de découvrir que la marque était lyonnaise mais par contre leur site internet ne fonctionne pas et je n’ai pas réussi à avoir des informations sur le fait qu’elle existe toujours belle et bien… dès que possible, je me déplacerai dans leur boutique.

 

Si vous souhaitez poursuivre la découverte des marques proposant des vêtements issus de la mode écologique et/ou équitable, vous pouvez visiter les sites de : ModeticFilabioNatitikaEthos ParisDare GreenComptoir Bio Sud

 

.Pour trouver encore plus d’adresses, la plateforme SloWeAre, qui se consacre à la slowfashion, met  à disposition un moteur de recherche pour trouver des marques éthiques autour de chez vous. Le blog Éloge de la curiosité propose aussi un annuaire de marques de mode éthiques.

 

.Et si vous voulez l’avis d’une bloggeuse qui a déjà testé et approuvé certaines marques de vêtements éthiques, écologique et abordables, (car comme vous, je découvre !), je vous laisse entre les mains d’Anaelle et de son annuaire de marques dans le paragraphe « Quelques marques éco-responsables et abordables » de son article « Où acheter des vêtements éthiques, écologiques ET abordables ? », sur son blog La révolution des tortues.

 

Et enfin, si vous pensez que les vêtements éthiques et éco-responsables sont trop chers, je vous laisse entre les mains de Coline avec son article « Le prix des choses », qui décrit notamment de manière très précise l’envers du décor derrière le prix d’un t-shirt. 

.

 

.

 

Vous voilà maintenant armées de multiple adresses, bon shopping éthique et éco-responsable !

Un dernier mot : vous avez trouvé cet article utile et intéressant ? Partagez-le sur les réseaux sociaux (les boutons sont juste en-dessous 😉 Et je serai ravie de lire vos commentaires sur le sujet ! Achetez-vous déjà éthique et éco-responsable ?

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Freepik

Photo fleur dans poche de jean : designed by Freepik

Gifs : giphy.com

.

Hashtags-clé :

 #vetements #vetementethique #cotonbio #matieresrecylcees #ecoresponsable #magasinethique #fairelesboutiques #soldes #consommation #changersonmodedeconsommation

Vous voulez connaître une méthode simple et efficace pour ranger sans dépenser ?

 

 

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir l’ebook de Passionnément organisée !

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer