Organiser un road trip dans l’ouest canadien

Organiser un road trip dans l’ouest canadien

Aujourd’hui, je vous embarque dans l’organisation de notre road trip dans l’ouest canadien, avec l’Homme. Mon plus beau voyage !

Je me revois il y a 3 ans, exactement à la même époque, à passer des heures à fouiller les sites internet à la recherche d’informations et à lire, relire et corner les pages de mon guide du Routard pour connaître les lieux à voir. Nous sommes partis 17 jours (du 2 au 19 septembre 2017) et en avons pris plein les yeux !

L’idée de ce voyage était de découvrir les parcs nationaux de l’ouest Canadien, notamment ceux de Jasper et de Banff, en empruntant la icefield parkway ou route des Glaciers (une des plus belles au monde !), puis de rouler tout droit jusqu’à Vancouver et son île.

Nous avons pris une vraie claque lors de ce voyage. Entre vallées glacières, lacs aux couleurs émeraude ou turquoise, proportions démesurées et faune sauvage, on se sent portés par la magie de la nature ! Aller, je vous emmène ?

Un voyage à l’étranger, ça se planifie quand ?

.

J’ai envie de répondre : ça dépend de l’étranger ! S’il s’agit d’une semaine en Espagne, vous n’aurez pas besoin de vous y prendre autant en avance que pour partir hors d’Europe. Un voyage hors Europe, quant à lui, se programme sans exagérer au moins 6 mois à l’avance. C’est la raison pour laquelle je publie cet article sur notre voyage d’été au Canada en plein mois de février, alors que certain(e)s sont en partance pour la montagne. Certaines destinations sont très prisées sur la période estivale (juin-septembre). Le Canada en fait partie et il se prépare maintenant !

Les 2 raisons principales à la planification 6 mois à l’avance sont le budget et la disponibilité des logements. Et en premier lieu dans le budget : les billets d’avion. Plus vous attendrez, plus leur prix grimpera. Ensuite, en fonction de la destination que vous choisissez, la disponibilité des logements est également liée à votre budget ! Là encore, plus vous attendrez, plus vous prendrez le risque que les meilleurs logements (rapport qualité/prix/localisation) soient complets en haute saison.

Construire le voyage

.

1. Questionnez-vous sur ce que vous voulez absolument voir/faire

J’ai passé un mois à construire le programme de notre voyage. J’ai mis du temps pour 2 raisons. Ayant vécu à Montréal après mes études, j’avais très envie d’y repasser quelques jours. Par conséquent, pour rejoindre les Rocheuses ensuite, nous avions envie de prendre le transcanadien. C’est un train qui fait Ottawa – Vancouver en passant par les Rocheuses. Le trajet est simplement grandiose et fortement conseillé sur les blogs de voyage. Souci : ce train est très cher et surtout très lent ! Le billet coûte environ 300 €/personne si vous voyagez assis(e) sur un siège et 800 €/personne si vous prenez une cabine avec lit.

Nous avons sérieusement envisagé ce voyage en train. Finalement, c’est le timing qui nous a fait abandonner l’option. D’abord car le trajet dure environ 2 à 3 jours – le train ne roule qu’à 60 km d’où le fait qu’on a le temps d’admirer la beauté des paysages ! Et ensuite parce que le train n’est pas prioritaire sur les trains de marchandises et qu’il peut attendre en gare, qu’un train de marchandise passe. Vous pouvez donc soit devoir l’attendre jusqu’à 12h à la gare de départ, soit arriver avec 12h de retard à la gare d’arrivée… et malheureusement sur 13 jours à passer dans l’ouest, nous ne voulions pas courir le risque de prendre du retard sur le programme !

Et de fait, notre programme était bien chargé : 2200 km de voiture en 13 jours décomposés en 6 jours dans les Rocheuses, 3 jours sur la route, 2 jours sur l’île de Vancouver et 2 jours à Vancouver, c’était sport !

.

.

2. Les étapes de notre road trip

Après 4 jours à Montréal, nous avons donc finalement repris l’avion direction les Rocheuses. Il y a 2 « points d’entrée » pour démarrer un road trip dans cette région : Calgary et Edmonton. Tout dépend du sens dans lequel vous souhaitez visiter les parcs nationaux et de votre budget pour les billets d’avion.

Nous avons choisi Edmonton pour faire les parcs du Nord vers le Sud et partir ensuite vers Vancouver. Calgary est plus proche des Rocheuses en nombre de kilomètres (c’est LE spot d’entrée) et par conséquent le prix des vols et de la location de voiture sont souvent plus élevés.

 

Si vous souhaitez récupérer le fichier des étapes, cliquez sur le lien : Etapes road trip Ouest canadien

3. Retour d’expérience sur ce périple

1er REX : nous avons été gourmands en lieux à voir et avons avalé les kilomètres (environ 2 200 km !). Ce n’était pas été une si bonne idée. Sauf si vous voyagez au moins 3 semaines, ne faites pas comme nous. Choisissez de profiter des parcs nationaux ou bien de Vancouver et son île. Nous avons regretté de « brûler » 3 jours pour traverser la Colombie-Britanique ! De plus, avec leurs routes droites, limitées à 100 km/h, il y a de quoi s’ennuyer en conduisant ! Si l’île de Vancouver a du charme, nous sommes davantage friands de randonnées en montagnes et avons un peu regretté ce détour. Mais on ne peut jamais savoir avant d’y être allé !

2e REX : si la icefield parkway se fait en 3h30 (288 km), prévoyez une journée entière avec le nombre d’arrêts photo à faire ! Cette route est réputée comme une des plus belles du monde et elle mérite véritablement sa réputation. En chemin, vous croiserez des glaciers, des lacs aux eaux cristallines et des montagnes à la taille démesurée. De quoi vous en souvenir toute votre vie !

3REX : prenez le temps de découvrir Revelstoke et ses alentours. Personnellement j’ai adoré le musée du train, l’ambiance qui s’en dégage, le fait d’imaginer ce voyage en train à travers les Rocheuses, à la fin du XIXe, quand la ligne a été construite. Ci-dessous, vous avez la photo d’une locomotive faite pour briser la neige et la glace sur son chemin, impressionnante non ?

Et si l’endroit est davantage vu comme un point-étape, il y a de très belles randonnées à faire notamment vers le sentier 1885 avec les ruines de la Glacier House.

Les à voir/à faire incontournables

.

1. Parc national de Jasper

J’ai adoré l’atmosphère qui se dégage de ce village-étape. Jasper est à taille humaine, sans prétention, avec une architecture montagnarde qui ne cherche pas l’attrait touristique. Malheureusement nous n’avons pas pu bien profiter du potentiel que nous avons ressenti. Lors de notre voyage, des feux de forêt faisaient rage à plus de 1000 km, dans le sud de la Colombie-Britannique (aux alentours de Kelowna) et la fumée, très présente à Jasper, réduisait la visibilité. Les photos de Maligne lake  – lac très connu du coin – ne rendent rien du tout ! En y allant, vous croiserez sur votre route Medicine Lake qui a lui-même subi un incendie en 2015. Le paysage est triste. Il va falloir de nombreuses années avant que les à-côtés du lac soient reboisés.

Ci-dessous, à gauche le lac avec une jolie lumière et avant les feux et à droite, ce qu’on a vu avec la fumée environnante :

Enfin, dernière déception, il paraît que dans le parc national de Jasper, il faut absoluement faire le Mount Edith Cavell. Or, nous ne savions pas qu’en haute saison, il faut aller chercher une autorisation de circulation au centre d’information de Jasper le matin entre 8h et 9h et n’avons donc pas pu nous y rendre.

2. Parc national de Banff

J’ai adoré Banff pour sa rue principale si typique des petites villes de montagne qu’on voit dans les séries et films américains !  C’est plus grand et plus fréquenté que Jasper, l’ambiance rappelle nos villages alpins touristiques mais cela ne retire rien à son charme !

Voici les 3 randonnées que nous avons faites et adorées :

La plaine des Six-Glaciers : attention lieu très touristique ! Beaucoup de mondese déplace pour se promener aux abords de Louise lake, réputé pour ces eaux turquoise et son château Fairmont, hôtel de luxe de la fin XIXe (photo ci-contre). L’intérêt de ce coin est la randonnée de la plaine des Six-Glaciers. Elle permet de prendre de la hauteur dans cette vallée glaciaire impressionnante (2e photo ci-dessous) et de profiter d’une vue plongeante sur Louise lake et l’hôtel, c’est superbe !

Les Twin lakes : avantage de cette rando : elle est moins connue, on croise donc peu de monde. Par contre, elle est sportive. Tout dépend de votre rythme de marche et de vos envies mais il faut compter environ 7h30 aller-retour (sans pause) pour vous rendre jusqu’au lac inférieur (boucle d’environ 17 km avec 900 m de dénivelé positif sur 5 km soit 1800 m de dénivelé en tout). Le dénivelé a bien martyrisé mon souffle à la montée et mes genoux à la descente ! C’est dans ce genre de rando qu’on comprend la nécessité de marcher avec des bâtons ! Mais cette rando reste un de nos plus beaux souvenirs de voyage à la fois pour la beauté des paysages, la tranquillité des lieux et la fierté pour les efforts fournis !

Moraine lake et boucle vers Consolation lake : si vous vous intéressez aux Rocheuses canadiennes, vous avez forcément vu la photo de ce lac, sans savoir peut-être qu’il s’agit de Moraine lake. C’est LA photo typique de cette région. Et c’est la raison pour laquelle, l’affluence est telle qu’il faut arriver avant 7h30 le matin en pleine saison ! Après, la route est fermée et l’accès au parking – assez petit – filtré : n’entre une voiture que si une autre sort !

Nous étions arrivés vers 7h20 et il restait moins d’une dizaine de place. Cependant, je vous recommande vivement de vous lever aux aurores pour ne pas rater ce lieu !

3. La faune

Pour voir des ours, le meilleur spot est l’île de Vancouver qui recense la plus grande communauté du Canada (15 000 individus). Vous pouvez facilement les voir en faisant une balade en bateau sur les côtes. Ce qui est plutôt conseillé car vous êtes à l’abri ! Nous n’en avons pas vu en randonnant mais nous en avons entendu un qui n’était pas très loin et je peux vous assurer qu’en l’entendant seulement, vous faites moins les malins !

Il est facile de voir des wapitis, surtout si vous êtes matinal(e). On nous avait conseillé d’aller nous promener vers 7h/7h30, au moment où il n’y a pas encore trop de monde dehors et on n’a pas regretté ! À peine sortis du parking de notre hébergement, à l’entrée de Jasper, nous avons croisé la route d’une bande de wapitis qui ne s’inquiétaient pas de la présence de voiture pour traverser !

Notre choix de passer par une agence de voyage

.

Si nous avons pris le temps de construire les étapes de notre voyage, nous avons choisi de confier la réservation des logements et de la location de voiture à une agence de voyage, Macadam Spirit.

Au moment où nous élaborions notre voyage, nous en parlions pas mal autour de nous. Il s’est avéré que la copine d’un de nos potes de badminton travaillait dans cette agence qui s’occupe justement de voyages en Amérique du Nord. Nous avons opté pour cette solution afin de ne pas passer du temps à comparer les logements.

Pour contrebalancer cette décision, nous avons choisi de limiter les dépenses sur place liées aux repas et aux activités. Concernant les repas, nous avons fait de grosses courses à Edmonton de produits secs que nous mangions dans les chambres d’hôtel. Les repas étaient froids et composés de conserves, de nouilles chinoises, de légumes crus et de fruits. Et les rares fois où il y avait un micro-onde dans la chambre, nous allions acheter un plat préparé pour manger chaud.

C’est un mode alimentaire que nous reproduisons souvent en voyage, j’avais déjà eu l’occasion de vous en parler dans l’article « Organiser un voyage pas cher en Croatie ». Il ne convient pas forcément à tout le monde mais pour nous il fait partie du folklore de nos vacances et nous nous le remémorons avec humour et autodérision !

En conclusion

.

Prendre le temps de construire votre voyage vous assure de voir tout ce que vous avez prévu de voir ! Ce temps-là se retrouvera dans votre organisation aux petits oignons !

Alors, est-ce cet article vous a donné envie de découvrir l’ouest canadien ?

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

Crédit photos :

Photo de couverture : Marc Koch on Unsplash

Toutes les autres photos sont la propriété de Céline, l’auteur de ce blog

Gif : giphy.com

.

Hashtag-clé :

#roadtrip #roadtripcanada #rocheuses #rocheusescanadiennes #roadtrip #voyage #vacances

Céline

Home organiser & Blogueuse

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. Home organiser, j’ai démarré ce blog pour partager mes conseils avec vous.

Le but : pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

Organiser un voyage pas cher en Croatie

Organiser un voyage pas cher en Croatie

Vous avez déjà envie (besoin !) de partir en vacances ?La meilleure manière pour me motiver quand j’ai une baisse de régime au boulot, c’est de me plonger dans l’organisation de notre prochain voyage.

Ca occupe bien l’esprit car il ne faut pas croire mais organiser un voyage, c’est du boulot ! Ce n’est pas pour rien d’ailleurs qu’il existe des agences de voyage ah ah ! Sauf qu’organiser soi-même, c’est beaucoup plus économique ! En effet, en organisant à l’avance, on cadre les dépenses au maximum. Et comme avec l’Homme, on aime être régulièrement en vadrouille, on surveille attentivement notre budget voyage.

Dans cet article, vous allez découvrir notre méthode passionnément organisée pour préparer nos voyages avec pour exemple nos 8 jours de road trip en Croatie.

Allez, on s’y met ?

Étape 1 : les billets d’avion

1. Comment acheter des billets moin chers ?

Avant de réserver quoi que ce soit, nous nous concentrons sur les billets d’avionpoint de départ de toute l’organisation.

  • 1re astuce pour acheter des billets pas chers : regarder les vols sur les sites de comparateur de vols et acheter directement les billets sur le site de la compagnie aérienne. Souvent, le tarif est légèrement moins élevé car on ne paie pas la commission du comparateur.
  • 2e astuce pour acheter des billets pas chers : ne pas forcément prendre l’aller et le retour avec la même compagnie ! Il est souvent plus intéressant d’acheter les vols de manière séparée. Un aller simple d’un côté, le retour de l’autre.
  • 3e astuce pour acheter des billets pas chers : partir en décalé. Nous sommes partis du mercredi au mercredi. Pas toujours évident quand on n’est pas très libre de la manière dont on pose ses congés. Mais si votre responsable et votre boulot vous permettent d’être flexible, oubliez les vacances du samedi au samedi!
  • 4e manière pour acheter des billets pas chers : partir en septembre. Tant que nous n’avons pas d’enfant et que nos emplois nous le permettent, nous privilégions les vacances à cette période : moins de monde, tarifs moins exorbitants et meilleur temps (belles journées avec une chaleur moins étouffante) !

Ainsi, avec l’Homme, nous avons fait Lyon-Dubrovnik mercredi 11/09 avec Volotea (départ à 11h10 – arrivée à 13h) pour 53,44 € puis Dubrovnik-Lyon mercredi 18/09 avec Easyjet (départ à 21h45 – arrivée à 23h45) pour  93,88 €, à 2, soit 73,66 €/personne AR.

.

.

2. Attention aux petites subtilités des compagnies aériennes !

Avec Volotea, surtout n’oubliez pas de vous enregistrer en ligne chez vous avant le départ, l’enregistrement au comptoir, à l’aéroport, est facturé 30 €/personne !

Avec Easyjet, seul UN bagage cabine est accepté. Si vous avez une valise, aucun sac à main ou à dos ne sera autorisé. Si vous voulez emporter un sac, pensez à garder une place dans votre valise pour le vol.

Étape 2 : choisir les étapes

1. Lindispensable Guide du Routard !

Nous nous plongeons ensuite dans l’itinéraire ! Nous ne sommes pas du genre à rester une semaine au même endroit. Parfois on regrette un peu car on a envie de voir tellement de choses que nos programmes sont très chargés en nombre de kilomètres ! Ça a été le cas pour nos vacances dans les Rocheuses canadiennes,.

[Pour plus de détails, je vous invite à lire mon article « Organiser un road trip dans l’Ouest canadien ».]

Et pour savoir ce qu’on souhaite visiter, notre rituel est de lire Le guide du Routard du pays.

guide du routard Croatie

Pour moi, il n’y a pas photo, après en avoir testé plusieurs, c’est ce guide-là qui remporte la palme d’or ! En voici les raisons :

  • son côté pratique : c’est du papier sur lequel on peut écrire.
  • son petit format : il se glisse dans n’importe quel sac à dos.
  • Son contenu :

– à la fois des informations pratico-pratiques sur les logements, les restaurants, les transports, la monnaie, les us et coutumes, les musées, les monuments à voir, tout ceci avec une classification par ordre de priorité ;

– une explication des faits historiques marquants pour chaque ville intéressante, ainsi que toute une partie découverte du pays au début du guide ;

– les descriptions justes, le sens de l’à-propos et le ton humoristique des auteurs.

Exit les guides « Beaux livres » aux informations brèves, aux jolies photographies et au papier glacé qui empêche toute prise de note. Un guide est un livre qui vit !

2. Les différentes étapes en nombre de kilomètres

Une fois qu’on a lu et relu le guide, crayonné les phrases, corné les pages et manipulé les cartes, nous faisons une liste des sites à visiter par jour et calculons les distances pour créer des étapes.

3. Les différentes étapes en détails

Si vous souhaitez récupérer cet itinéraire, il vous suffit de cliquer sur le lien : Passionnément organisée_Itinéraire Croatie

Étape 3 : la location de voiture

C’est à présent le moment de louer une voiture. Nous sommes passés par BSP auto, site recommandé par Le guide du Routard.

Le prix de la location de voiture est un des gros avantages de la Croatie. Pour 8 jours avec une Peugeot 2008 (sans conducteur additionnel ni ajout d’assurances quelconques), nous en avons eu pour 80 €.

L’essence est aussi légèrement moins chère qu’en France, même à l’aéroport. Nous avons fait un 1er plein à 49 € (litre à 9,67 kn c’est-à-dire 1,305 €) puis nous avons complété le réservoir dans une station essence juste à côté de l’aéroport avant de rendre la voiture et en avons eu pour 21 € (litre à 9,93 kn soit 1,34 €).

Étape 4 : la réservation des logements

Mon instinct organisé refuse le voyage improvisé, en mode lâcher prise « on dormira où on pourra ».  D’abord parce qu’effectivement, je ne serais pas tranquille de ne pas savoir où je vais dormir le soir mais aussi et surtout parce ce qu’à part toquer à n’importe quelle porte et dormir chez l’habitant, réserver en avance le logement permet de comparer les possibilités et de réserver la plus avantageuse (en termes de prix, localisation, services, etc.)

Pour nous, un réflexe : Airbnb.

C’est de loin la plateforme qui recense le plus grand choix sur la diversité des prix et des logements. Rien de tel pour maîtriser son budget.

Quand nous sommes en déplacement pour une nuit (week-end de mariage ou autre), nous prenons souvent une chambre chez l’habitant. Mais pour une semaine de vacances, nous préférons les logements entiers, pour être tranquilles et avoir une cuisine, idéale pour maîtriser son budget repas !

Résultat : 344 € pour 2 pour 7 nuits soit 172 €/personne, ce qui revient à 24,5 €/personne/nuit dont 2 nuits avec petit-déjeuner inclus.

Nous avons choisi la fourchette basse des logements entiers mais il est possible de faire encore plus économique si vous prenez une chambre chez l’habitant. Il faut tout de même souligner que, comparativement au niveau de vie local, en tant que touristes, on pâtit du succès de la Croatie. Le tarif de la nuitée n’est pas donné dans les grandes villes côtières (notamment Dubrovnik et Split). L’avantage par contre, c’est que les logements à louer sont nombreux, ça vaut donc le coup de passer un peu de temps à les comparer.

Étape 5 : les dépenses sur place

1. Les repas

1re astuce pour maîtriser au maximum ce poste de dépenses : faire des courses sur place. Ainsi vous pouvez vous préparer vos repas. Pendant ce voyage, le soir, nous cuisinions des repas chauds et le midi, nous préparions des salades.

2e astuce : apporter des Tupperware ! J’en avais pris 2 pour que chacun transporte facilement sa salade dans son sac à dos. Sur les 8 déjeuners sur place, nous avons acheté des sandwichs seulement 2 fois (par choix) afin de goûter la nourriture locale.

Comme nous sommes en itinérance, quand nous faisons les courses, nous privilégions les aliments secs ou en conserve : pâtes, riz, maïs, pois chiche, petits pois, flageolets, sardines, thon et les légumes qui se conservent facilement 2 jours sans être au frais : tomates, carottes, concombre. Certes, les repas ne sont pas gastronomiques mais ils nourrissent ! Pour le petit-déjeuner, nous avons acheté des muffins et de la brioche et j’avais emporté du café soluble pour l’Homme et des sachets de thé pour moi.

Et nous nous déplaçons avec votre garde-manger dans le coffre.

2. Récapitulatif des dépenses

*il y avait 21 repas en tout mais 2 petits-déj inclus dans un airbnb, 2 déj avec sandwich + un sandwich à l’aéroport avant de prendre l’avion et un repas au resto un soir.

3. Les activités 

Certaines activités nécessitent parfois une réservation à l’avance, mieux vaut donc savoir avant d’arriver ce que vous visiterez.

En Croatie, c’est le cas pour le parc national des lacs de Plitvice. Si vous voulez être libre de choisir le créneau horaire et l’entrée que vous voulez (il y a 2 entrées), il est fortement recommandé de payer ses billets 2 jours avant votre visite. Le nombre de visiteurs/heure/entrée est limité.

Autre cas de figure : les villes ont parfois des pass touristiques incluant la visite de plusieurs sites et/ou musées. Le savoir à l’avance permet de ne pas acheter chaque entrée indépendamment. Dubrovnik propose ainsi une city card de 24h (250 kn soit 33,77 €), 72h (300 kn soit 40,5 €),  ou 7 jours (350 kn soit 47,3 €). Et parfois, anticiper en payant sur internet vous permet d’avoir des réductions.

city card Dubrovnik de face
city card Dubrovnik de dos

Attention aux activités en Croatie !

C’est là que le bas blesse… Proportionnellement au reste, les activités sont très chères ! On a l’impression que les touristes sont des portefeuilles ambulants.

Entrée pour les lacs de Plitvice : 200 kn/personne (30 €) et cela n’inclut pas le prix du parking… (10 kn/heure).

Sachant que si vous aimez marcher, en 6h vous avez fait les 18 km du plus long parcours – avec pause déjeuner incluse !

Visite des remparts de Dubrovnik : 200 kn/personne (30 €).

Sachant que la city card inclut les bus de la ville et 6 des principaux sites de la ville, vous comprenez pourquoi elle vaut largement le coup !

Pour comparer, l’entrée du parc national de Banff dans les Rocheuses canadiennes coûte 9,80 $ canadiens/personne (6,72 €) et sa superficie est quoi, 100 fois, 500 fois supérieure ! Et l’entrée du Château de Versailles (l’ensemble du domaine c’est-à-dire Château + jardins + Trianon) coûte 20 €/personne

.

Comme il n’y a aucun panneau informatif sur la culture, l’histoire, l’architecture des monuments qu’on voit dans les villes, on a été frustrés de ne pas apprendre plus que ce qui était écrit dans Le guide du Routard.

On a donc choisi de faire une visite guidée de 2h dans Dubrovnik (coût : 40 €/personne) et on ne l’a absolument pas regretté car notre guide était géniale et parlait un français impeccable ! Si vous visitez la ville, je vous conseille vivement de la contacter (Marijana au 09 15 13 90 47 en ajoutant l’indicatif + 385).

Conclusion sur ce voyage 

Mon avis est mitigé. Certes la Croatie possède des monuments et des ruines magnifiques grâce à l’influence de plusieurs grandes civilisations au cours des siècles (empire romain, empire austro-hongrois, empire ottoman, République de Venise, etc.) mais la majorité des habitants n’est pas accueillante (ni bonjour, ni merci, ni au revoir dans les commerces) et les touristes ont l’impression d’être là pour payer.

chemin autour du lac de Plitvice
lac de Plitvice

Concernant les lacs de Plitvice, les couleurs et les paysages sont beaux, l’aspect géologique est unique mais il y a tellement de monde qu’on se croirait à Disneyland, la comparaison est appropriée ! On a fait la queue (20 minutes) pour voir une cascade ! Ça gâche vraiment le lieu et le moment (surtout quand on se rappelle le tarif de l’entrée et le nombre de kilomètres parcourus exprès…)

Vue de Dubrovnik

Par contre, Dubrovnik est une perle rare, à visiter absolument ! Quand on sait qu’en plus, la ville a subi 3 tremblements de terre (1667, 1850, 1979) et qu’elle a été bombardée et assiégée pendant 3 mois lors de la guerre contre la Serbie dans les années 1990, on en a que plus de respect pour elle et pour ses habitants. La vieille ville est magnifique, on ne trouve vraiment pas ce charme et cet état de conservation ailleurs !

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

organiser un voyage pas cher en Croatie

Crédits photos :

Toutes les photos de cet article, y compris la photo de couverture sont la propriété de Céline, l’auteur de ce blog.

Gif : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#voyage #voyagepascher #bonsplans #volpascher #billetdavion #compagnieaerienne #comparateurdevol  #astucesvoyage #vacances #partirenvacances #croatie #dubrovnik #gameofthrones  #organisersesvacances #roadtrip #petitbudget #vacancespascheres

Céline

Home organiser & Blogueuse

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. Home organiser, j’ai démarré ce blog pour partager mes conseils avec vous.

Le but : pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !

20 astuces pour préparer votre valise et voyager l’esprit tranquille

20 astuces pour préparer votre valise et voyager l’esprit tranquille

Les vacances approchent !

Vous avez réservé le transport, le logement, jeté un œil aux activités…

Mais avant de partir, il faut préparer votre valise ! Êtes-vous du genre à partir avec un sac à dos ? Ou plutôt à prendre beaucoup beaucoup trop d’affaires ?

Chacun a sa méthode pour organiser ses vacances mais avez-vous une méthode pour organiser votre valise ? Pour ne pas être trop chargé(e) ? Pour ne rien oublier ? Pour anticiper les pépins et faire en sorte que les vacances se passent au mieux ?

Voici 20 astuces pour remplir facilement votre valise sans l’alourdir !

Les astuces pour préparer votre valise 

Astuce 1 : anticipez, ne faites pas votre valise juste avant de vous coucher la veille de partir !

C’est le meilleur moyen d’oublier l’essentiel ! Les rares fois où j’ai procédé de la sorte, j’ai eu du mal à m’endormir, cogitant sur ce que j’avais mis dans la valise pour être sûre de n’avoir rien oublié. Et en arrivant sur le lieu de vacance, je me rendais compte qu’il manquait le dentifrice, ou le chargeur du téléphone, ou mes boules quies (voir plus loin dans l’article) ou mon livre, etc.

J’ai pris l’habitude de déposer sur la commode dans ma chambre les affaires que je souhaite emporter, au fur et à mesure, environ une semaine avant la date de départ. C’est ma manière de profiter de cette période « pré-vacances » en me projetant sur les bons moments en perspective. J’aime voir la pile d’affaires qui grossit, chaque fois que je pense à quelque chose. C’est mon rituel ! Quand l’Homme et moi avons fait notre gros voyage au Canada (Montréal, puis les Rocheuses puis Vancouver et l’île de Vancouver en 20 jours), je crois que j’avais commencé 15 jours avant à regrouper des affaires tellement j’avais hâte de partir !

.

Astuce 2 : regardez la météo prévue sur le lieu de vacances

Que vous alliez dans une ville/région de France que vous connaissez ou dans un pays étranger, pour moi c’est un b.a.-ba de la préparation de valise !

Comment savoir quoi prendre comme vêtements/chaussures sinon ? Prends-je le parapluie, la crème solaire ? Dois-je prévoir une veste ? Des gants ? Certes la météo peut changer, je vous l’accorde mais c’est quand même une bonne base pour ne pas être pris au dépourvu une fois sur place ! Vous pouvez très bien regarder la météo une première fois quelques jours avant pour commencer à préparer votre valise puis la vérifier la veille du départ et ajuster le contenu de votre valise en fonction.

.

Astuce 3 : prévoyez vos tenues à l’avance & en fonction de vos activités

Prévoir vos tenues à l’avance vous permet, une fois sur place, de ne pas vous dire : « Ce short ne va avec aucun des t-shirts que j’ai pris » ou « Je n’ai pas les bonnes chaussures » ou «Je n’aime pas du tout cette veste avec ce jeans »…

En général, je prévoie toujours un bas pour 2 jours (short, pantalon ou jupe) et un haut par jour. Concernant les sous-vêtements, en-dessous de 6 jours, je prends autant de culotte et chaussettes que nécessaire. Au-delà, je lave mes sous-vêtements sur place, à la machine ou à la main, en fonction de l’endroit où je loge. C’est un très bon fonctionnement.

Une fois seulement, ça a été un peu galère. Lorsqu’on a dormi à Tofino, sur l’île de Vancouver, avec l’Homme, notre chambre était littéralement au bord de la plage et le taux d’humidité dans la chambre était si élevé qu’on a eu du mal à faire sécher les sous-vêtements lavés à la main ! Mais c’est aussi comme ça qu’on se crée des souvenirs 🙂

.

Vue de la fameuse chambre :

Vue de la chambre d'hôtel

Autre conseil : essayez d’accorder les tonalités des hauts et des bas pour ne pas vous retrouver par exemple avec un short rouge qui ne s’accord qu’avec un seul des 5 hauts que vous avez pris.

Prévoir ses tenues évite également de vous demander le matin en vous levant « mais qu’est-ce que je vais mettre ? ». La question essentielle en vacances, c’est plutôt « mais qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui » si on aime être actif/ve ou « mais où est-ce que je vais bien pouvoir faire la sieste » si on préfère la jouer farniente !

En outre, prévoir vos tenues, vous permet d’être bien « équipé(e) » en fonction de vos activités. Si vous savez déjà que vous allez randonner, faire du cheval, vous baigner ou encore faire du parapente, il est important de prévoir les vêtements adaptés !

Enfin, c’est un gain de place évident car vous évitez de prendre plus de vêtements que nécessaire ! Le poids de la valise est un détail à ne pas négliger pour la tranquillité d’esprit pendant la partie transport !

.

Astuce 4 : prévoyez des chaussures adaptées à toutes vos tenues & à toute situation

Une fois les tenues prévues, il vous reste à penser chaussures afin de ne pas transporter des paires que vous ne porterez pas !

L’idéal est d’avoir une seule paire qui va avec toutes les tenues, et s’il peut pleuvoir, une 2e qui prendrait le relais sur la 1re mouillée. En fonction de la saison et du lieu de vacances, voici des exemples de ce que j’emporte :

  • à la plage : une paire de sandales et une paire de tongue (la paire de tongue me servant à la fois pour la plage et comme chaussures d’intérieur).
  • au Canada (programme : visite de villes et randonnées dans les Rocheuses) et en Irlande (visite de ville et randonnées dans les landes) : mes chaussures de randonnée, une paire de basket pour être bien chaussée quand on marchait tout la journée en ville, une paire de sandales parce que quand même c’était l’été (et au Canada notamment il fait chaud !) et mes tongues (pour ne pas marcher nu pieds à l’intérieur).
  • dans la famille ou en week-end à l’étranger l’hiver : une paire de bottines plates (confortable pour marcher toute la journée et pour ne pas avoir les pieds mouillés par la pluie !), une paire de talon si je sais qu’il va y avoir un événement particulier (exemple Noël) et une paire de chaussons en tissu.

L’inconvénient des chaussures de rando, c’est qu’elles prennent beaucoup de place ! Il faut donc réfléchir à la véritable utilité des autres chaussures ! J’en prends toujours au moins une 2e paire car je n’aime pas marcher en ville avec des chaussures de rando, je ne trouve pas ça très sexy et en plus elles sont lourdes et tiennent chaud !

 .

Astuce 5 : mettez vos chaussures dans un sac pour ne pas salir vos vêtements

J’ai toujours quelques sacs en plastique de taille différente que je garde dans mon placard à chaussures pour pouvoir les emballer quand je les range dans ma valise. J’évite ainsi de salir mes vêtements.

Dans l’absolu, je préférerais des sacs en tissu, que je laverais en rentrant de voyage mais j’ai tellement de sacs en plastique, stcokés depuis des années, que je préfère les utiliser plutôt que de les jeter. Au moins chez moi, ils ne polluent pas et comme ils sont résistants, ils ne risquent pas de se trouer à cause d’un talon par exemple.

.

Astuce 6 : adoptez des chaussons tricotés ou en tissu 

Quand j’étais petite, mes parents me courraient après pour que je porte mes chaussons. J’adorais être pieds nus. Aujourd’hui, c’est le contraire et je trouve qu’il n’y a rien de plus confortable que de pouvoir emporter ses chaussons partout avec soi.

Certes, suivant ceux qu’on porte à la maison, je ne vous raconte pas la perte de place dans la valise (je pense aux ugg notamment) ! Rien ne vaut une paire de « chausson/chaussette » ou une paire de chaussons tricotés. J’ai découvert ça grâce à ma maman qui m’en a tricoté plusieurs paires, c’est génial car ils tiennent bien chaud, se lavent facilement quand on rentre et ne prennent pas de place ! Je les emporte partout. Et en prime, à la maison, je peux les proposer à mes invité(e)s !

chaussons tricotés pour voyager

Astuce 7 : utilisez les petits contenants même quand vous ne prenez pas l’avion

Dans ma trousse de toilette, je privilégie toujours les contenants de 100 ml même quand je ne prends pas l’avion avec un bagage cabine. En effet, quand on part moins de 15 jours, on n’arrive jamais au bout et ils prennent moins de place.

De même, je ne pars qu’avec les produits que je suis sûre d’utiliser quotidiennement. Et suivant les voyages (s’il n’y a pas d’événement particulier ou si on part randonner), je ne prends pas de maquillage. La peau aussi a besoin de vacances !

 .

.

Astuce 8 : optez pour les disques/carrés démaquillants réutilisables

coton en tissu pour voyager

Promis, je ne m’égare pas, bien au contraire ! Utiliser des carrés réutilisables chez moi a facilité le nettoyage de mon visage en vacance !

[Et en plus ça entre dans une démarche #ZéroDéchêt, que demander de plus !]

Avant, soit je pensais à prendre des disques de cotons jetables quand je préparais ma trousse de toilette – et souvent, je n’en prenais pas suffisamment –, soit j’oubliais et je me retrouvais à me démaquiller avec un mouchoir… Celles qui en ont déjà fait l’expérience savent qu’un mouchoir n’est absolument pas efficace pour ça car il absorbe le produit et on a l’impression de se démaquiller avec un tissu sec

Bref, je pars en général avec 2 ou 3 carrés que je glisse dans ma pochette à maquillage afin qu’ils soient facilement accessible dans la trousse de toilette. Je compte environ 4 utilisations/carré (2 par face) puis je les lave à la main. En l’occurence, j’écris cet article en déplacement, et j’ai pris 3 carré pour 13 jours.

Grâce à ces cotons réutilisables, je ne ressemble plus à un panda qui salit sa taie d’oreiller car il a essayé de retirer son rimel avec un mouchoir !

.

Astuce 9 : placez vos chargeurs dans une pochette en tissu

chargeur de téléphone et pochette en tissu

C’est une de mes astuces préférées en voyage. Téléphone d’une marque, tablette d’une autre et mp3 avec un 3e type d’embout, j’ai toujours 3 chargeurs avec moi. Je les range dans une petite pochette en tissu, comme ça, je les retrouve facilement et ils ne s’emmêlent pas avec le reste des affaires.

Astuce 10 : posez toutes vos affaires sur votre lit pour faire votre valise

1 ou 2 jours avant le départ, je complète la pile d’affaires que j’ai préparées au fur et à mesure pendant la semaine et je pose absolument tout sur le lit. Que je parte en week-end, une semaine ou plus, c’est ma technique pour avoir une vision d’ensemble sur ce que j’emporte : je vérifie que je n’ai rien oublié et j’évalue le volume.

Vêtements, sous-vêtements, chaussures, trousse de toilette avec les produits, chargeur, livre, casque audio/tablette, parapluie/lunettes de soleil, en fonction du lieu et de la raison du voyage : vouchers ou ordinateur, tout est étalé !

En général, je retire toujours 1 ou 2 hauts (en me disant que j’ai trop prévu), voire une tenue complète ou j’échange 2 paires de chaussures contre une qui sert de « tout-en-un ».

contenu de la valise sur le lit
contenu de la valise sur le lit vue du dessus

J’utilise la même technique le dernier jour des vacances quand il faut refaire la valise pour rentrer.

Au retour, cette technique répond à un autre objectif : faire en sorte que tout rentre ! En vacance, on se laisse souvent tenter par quelques achats souvenir et/ou quelques achats plaisir. Tout mettre sur le lit et réfléchir à l’agencement plutôt que de tout remettre au fur et à mesure que les affaires nous tombent sous la main, fait gagner de la place.

.

Astuce 11 : compartimentez vos affaires dans la valise

Une fois que tout est étalé sur le lit, il faut tout organiser dans la valise !

Sur ce point, je n’ai pas de méthode magique et je pense qu’il vaut mieux créer sa propre méthode qu’utiliser celle de quelqu’un d’autre. Un exemple concret : j’apprécie énormément le travail de Marie Kondo mais je trouve que sa méthode de pliage n’est pas du tout adaptée dans une valise.

Mon astuce ici est de compartimenter. Votre valise possède 1 ou 2 poches extérieures ? Utilisez-les. Un soufflet à l’intérieur ou un compartiment fermant avec une fermeture éclaire ? Utilisez-les aussi. Et compartimentez également dans l’espace principal. Le but est de vous créer des habitudes de rangement pour ne pas mettre votre valise sens dessus dessous lorsque vous cherchez une paire de chaussette ou votre brosse à dent.

Pour vous donner des idées, voici schématiquement la manière dont je compartimente mes affaires :

  • dans l’angle en à droite, je mets la pile de hauts et vestes/pull si besoin,
  • dans l’angle en bas à droite, je mets la pile de bas et la serviette de toilette/plage si besoin,
  • dans l’angle en haut à gauche, je mets la trousse de toilette,
  • dans l’angle en bas à gauche, je mets les sous-vêtements, chaussures et accessoires.
Valise pleine ouverture vue du dessus

Le compartimentage est également une astuce à appliquer par catégorie d’objets. Par exemple, dans ma trousse de toilette, j’ai une petite pochette exprès pour le maquillage et mes boules quies sont dans une petite boite.

compartimenter ses affaires pour voyager

Mes chaussures sont toutes dans le même sac en plastique. Et comme je l’expliquais juste au-dessus, les piles de vêtements sont organisées par catégorie.

Ainsi, en compartimentant l’espace dans la valise en 4 carrés puis en compartimentant par catégorie, vous retrouverez plus facilement ce que vous cherchez 😉

Les astuces pour se faciliter la vie pendant le transport

Astuce 12 : munissez-vous d’une paire de boules quies

J’ai une dépendance dans la vie. Je suis complètement accro

…à mes boules quies !

Cela fait des années que je dors avec et je ne parviens plus m’endormir sans. Par conséquent, j’en ai toujours avec moi. Et les rares fois où je les ai oubliées, j’en ai racheté avant même d’être arrivée sur place. Mais je me rends compte qu’elles peuvent aussi être fort utiles quand on veut se couper un peu du bruit pendant le voyage mais qu’on n’a pas forcément envie d’écouter de la musique ou tout simplement qu’on n’a pas de casque audio/qu’on a oublié ses écouteurs.

.

.

Astuce 13 : optez pour le couple casque audio/tablette pour une sérénité sans pareille

Mon casque et ma tablette me sont devenus indispensables pour chaque voyage, que je parte en train ou en avion, seule ou avec l’Homme, 2 jours ou plus, pour le boulot ou les vacances. Je remercie d’ailleurs mon papa pour le casque et ma maman pour la tablette, 2 cadeaux de Noël inattendus mais formidables !

Terminés les voyages pendant lesquels on subit un groupe qui parle très fort. Terminés les voyages pendant lesquels on est assis juste devant ou juste derrière un bébé qui n’est pas bien dans les transports. Et terminés les voyages pendant lesquels on s’ennuie à mourir car l’avion/le train a des heures de retard !

L’Homme a également un casque, d’ailleurs c’est en essayant le sien un jour où on rentrait de Strasbourg en train dans le même wagon qu’une famille de russe qui ne connaissait pas la discrétion, que je me suis dit que c’était génial ! S’il a envie de regarder un film avec moi, nous branchons un « T » (ou plug à double prise Jack) sur la tablette. Mais comme il dort presque systématiquement ou lit la presse sur son téléphone, on se met chacun dans sa bulle pendant le voyage. Ca fait du bien aussi parfois 🙂

.

.

Astuce 14 : emportez un livre pour les cas de retard

J’emporte toujours un livre avec moi, par plaisir de la lecture mais aussi pour avoir une activité alternative aux films sur la tablette en cas de retard du moyen de transport (train/avion).

Quand on attend plusieurs heures dans une gare/un aéroport, c’est toujours bien de pouvoir s’occuper ! Parfois le livre de plage se transforme en livre d’attente…

 .

.

Astuce 15 : privilégiez les petits bagages

Que vous ayez la contrainte du bagage cabine comme unique bagage pour prendre l’avion ou pas, privilégiez les petits bagages si vous le pouvez en fonction de nombre de jours où vous partez. Cela facilite grandement la vie, notamment dans les transports !

Avant, dès que je partais 5 jours minimum (et qu’en plus j’emportais mon ordinateur), je prenais systématiquement la grande valise, en me disant qu’au pire elle ne serait pas remplie. Sauf qu’en fait, vide, la grande valise pèse déjà plus que la petite. Logique.

Par conséquent, maintenant, je préfère prendre le strict minimum d’affaire (d’où l’importance de connaître la météo et de prévoir à l’avance ses tenues !) pour que tout rentre dans la valise cabine, quitte à prendre un sac à dos à côté. C’est quand même beaucoup moins contraignant quelque(s) soi(en)t le(s) moyen(s) de transport utilisé(s) (voiture, métro/bus, train/avion).

Terminé mes années d’étudiante pendant lesquelles je rentrais avec une valise qui pesait 30 kilos car je transportais mes cours, mes livres, mon ordinateur et mes vêtements ! Mon mot d’ordre maintenant, c’est la légèreté ! Et pour ça, je remercie la valise en soute payante versus la valise cabine gratuite dans les compagnies aériennes car ça m’a poussée à réfléchir autrement pour changer certaines habitudes de vie !

.

.

Astuce 16 : choisissez une valise de couleur

2 valises de couleur

Si vous devez changer votre valise, je vous conseille d’en choisir une de couleur. Elle se démarquera parmi toutes les valises noires et vous permettra de la repérer plus facilement sur le tapis de récupération des bagages à l’aéroport.

Cela vous permettra également de la surveiller plus facilement et de vous rendre compte si quelqu’un part avec votre valise (par mauvaise intention ou par mégarde).

Lorsque j’ai dû changer ma grande valise, puis ma valise cabine, j’ai arrêté le noir et opté pour des couleurs : bordeaux pour l’une, violette pour l’autre afin de les identifier plus facilement. C’est une astuce assez efficace.

.

Astuce 17 : attachez un ruban sur votre valise pour la reconnaître entre toutes

En plus de l’astuce sur la couleur, comme on n’est pas à l’abri qu’une autre personne ait opté pour la même couleur que vous, j’ai ajouté sur mes valises un ruban. Pour l’une, j’ai réutilisé le ruban d’un coffret-cadeau de cosmétiques – cadeau récurrent à Noël – et pour l’autre, c’est un ruban des chocolats de Pâques.

Comme ça, je suis sûre que c’est MA valise et que personne ne se trompe !

.

Astuce 18 : gardez toutes les affaires de valeur avec vous !

Il y a quelques trucs qu’il vaut mieux toujours avoir avec soi dans son sac à main/sac à dos, plutôt que dans sa valise, qu’elle soit en cabine ou en soute (et surtout si elle est en soute !)

Vous pensez tout de suite à votre portefeuille, votre passeport ou votre téléphone mais avez-vous pensé aux clés de votre domicile ? Aux clés de la voiture (si vous êtes venus prendre le train ou l’avion en voiture) ? Et pour les filles concernées, avez-vous pensé à votre contraception ? Les clés sont l’illustration parfaite de l’accessoire dont on n’a pas besoin en vacances et qu’on est tenté de laisser dans sa valise…

On n’est malheureusement jamais à l’abri que notre valise n’arrive pas en même temps que nous à destination ! Qu’elle soit égarée lors d’une correspondance, oubliée quelque part, volée, ou encore prise par inadvertance par une personne qui a la même que vous (histoire vraie !), on peut se retrouver dans des situations pittoresques… Alors certes, on est embêté quand on arrive sur le lieu de vacances et qu’on n’a ni vêtement, ni brosse à dent, ni maillot de bain… mais quand on fait le voyage retour et qu’on se retrouve sans les clés de son domicile ou de sa voiture, c’est encore plus pittoresque

C’est arrivé à un ami à moi, heureusement en déplacement professionnel à ce moment-là. Lors de l’escale, sa valise a été mal orientée et n’a pas fait le 2e vol avec lui jusqu’à l’aéroport d’arrivée. Il s’est retrouvé à la rue car les clés de son appartement étaient à l’intérieur. Heureusement, les nuits d’hôtel qu’il a passé le temps que sa valise soit réexpédiée, ont été prises en charge par son employeur. Tout comme les accessoires et le linge nécessaires pour les quelques jours que cette histoire a duré.

.

Astuce 19 : comment garder une bouteille d’eau avec vous, même à l’aéroport

Dans mon sac à main, j’ai toujours une bouteille d’eau avec moi parce que je bois beaucoup. Afin de ne pas devoir en racheter une après le passage de la sécurité quand je prends l’avion, j’ai une astuce : je la vide aux toilettes avant la sécurité et je la reremplis après la sécurité.

Une bouteille en plastique vide, quelque soit sa taille, ne pose aucun souci ! C’est quand elle est pleine que les agents de sécurité demandent à ce qu’on la jette.

.

Astuce 20 : gardez une copie de vos papiers d’identité/permis de conduire sur le téléphone ET dans un cloud

Que vous partiez en vacance en France ou à l’étranger, pour éviter que les vacances ne tournent à la catastrophe, il est judicieux de garder une copie de vos papiers (carte d’identité, passeport, permis de conduire) à la fois sur votre téléphone et sur un cloud (si vous n’en avez pas, je vous conseille Dropbox, gratuit et pratique).

Ainsi, si jamais vous vous faites voler vos papiers, vous pouvez quand même prouver votre identité grâce à la copie sur le téléphone. Et si par profonde malchance, on vous vole votre sac, vous avez une version dématérialisée. Si vous êtes en France, le procès verbal délivré par le commissariat fait office de pièce d’identité mais quand vous êtes à l’étranger, surtout en dehors de l’espace Schengen et que vous devez passer une frontière, là encore, ça peut devenir pittoresque…

.

.

.

.

En Conclusion

Comme toujours, les maîtres-mots pour que tout se passe au mieux sont anticipation et organisation. Je n’ai pas encore d’enfant mais je pense que ces astuces sont d’autant plus utiles que vous n’avez pas à préparer 1 mais 2 ou 3 valises ! Avec soit les nombreux accessoires et affaires d’un bébé, soit les vêtements et jouets d’enfants.

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

20 astuces pour préparer sa valise et voyager tranquille

Crédits photos :

Photo de couverture : Anete Lusina on Unsplah

Photos des 2 valises de couleur : designed by Freepik

Toutes les autres photos sont les photos de Céline, l’auteur de ce blog

Gif : giphy

.

Hashtags-clé :

#voyage #vacances #partirenvacances #valise #fairesavalise #preparersavalise #commentfairesavalise #bagage #petitevalise #bagagecabine #bagageamain  #bagageensoute #sacados #vetements #prendrelavion

Céline

Home organiser & Blogueuse

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. Home organiser, j’ai démarré ce blog pour partager mes conseils avec vous.

Le but : pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !