Le confort visuel, secret d’un rangement bien-être

Le confort visuel, secret d’un rangement bien-être

Voici l’article de Colette, une de mes amies de promotion dans notre formation d’home organising. Elle a gentiment accepté d’écrire un article pour Passionnément organisée afin de nous expliquer l’importance du confort visuel. Pour faire plus ample connaissance avec Colette, je vous invite à visiter sa page Linkedin.

Tout d’abord, merci à Céline d’accueillir cet article sur son blog. Je suis ravie de partager avec vous une réflexion et des conseils sur ce que j’appelle le confort visuel, aspect-clé d’un rangement réussi. Ce sujet a tout de suite plu à Céline quand nous en avons parlé. Alors, c’est parti !

Confort visuel et rangement : de quoi parle-t-on ?

À l’origine, le confort visuel décrit l’adéquation entre la lumière et la vision : il s’agit d’avoir l’éclairage adapté à ses besoins et à ses envies. Si vous voulez y voir clair pour réparer un petit objet, un éclairage puissant et précis sera nécessaire. Mais si vous voulez profiter d’un moment de relaxation, ce même éclairage pourra sembler agressif. Le confort visuel varie selon les situations et la sensibilité de chaque personne.

En fin de compte, le but est que notre œil se sente à l’aise par rapport à notre environnement, favorisant la sérénité.

C’est exactement l’objectif du confort visuel appliqué au rangement. Ranger, c’est désencombrer et trouver une place pour chaque chose… mais pas seulement. Si la disposition des objets rangés n’est pas reposante pour l’œil, et donc pour le cerveau, le bien-être attendu en sera diminué.

.

Allons plus loin avec un cas concret :

Sur la photo ci-dessus, les chaussures sont bien rangées : triées, alignées… mais est-ce confortable à regarder ? Qu’en pensez-vous ?

Pas vraiment je trouve, et pourquoi ?

  • L’oeil est attiré dans toutes les directions et ne peut se poser nulle part
  • Le système de rangement (étagères) est non seulement complètement ouvert (aucune porte) mais aussi plutôt déstructuré et asymétrique
  • Il y a beaucoup d’objets : une trentaine de paires de chaussures très variées, des petits paniers, etc. Il n’y a presque pas de place laissée libre

Cette image montre qu’on peut parfaitement avoir un intérieur organisé mais inconfortable visuellement. Dommage, non ?

Pourquoi se préoccuper du confort visuel quand on range ?

Bien entendu, le phénomène d’inconfort visuel peut être plus ou moins subtil. Il arrive que l’on croie avoir affaire à du désordre, alors qu’en réalité, les choses sont à leur place, mais le champ de vision est dérangeant. Parfois, le problème « saute aux yeux » (cette expression est incroyablement parlante, n’est-ce pas ?). D’autres fois, on peut tout simplement ressentir un malaise diffus, sans savoir pourquoi.

Le manque de confort visuel chez soi (ou dans son espace de travail) peut ainsi accentuer :

  • une fatigue oculaire (trop de couleurs, de formes, de stimulus différents),
  • une fatigue mentale,
  • une sensation de désordre (alors même qu’il n’y en a pas réellement),
  • une sensation d’envahissement,
  • un manque de clarté dans les pensées,
  • une difficulté à prendre une décision (imaginez-vous face aux chaussures dans l’exemple ci-dessus, à vous demander quelle paire choisir pour aller avec votre tenue du jour),
  • de l’irritabilité, etc.

À l’inverse, un rangement avec des finitions visuelles bien pensées aura un réel effet bien-être et catalyseur d’efficacité. Il apportera repères et fluidité dans votre vie de tous les jours.

Quels sont les clés du confort visuel dans le rangement ?

Pour profiter à 100 % d’un rangement bienfaisant, je vous livre 5 grandes clés :

1. Dissimulez les objets ou les systèmes de rangement inesthétiques ou très remplis

Les rangements de grande taille, très ouverts et très remplis, les étagères dépareillées, mais aussi la vue permanente sur des objets sans valeur esthétique, sont des « stresseurs » visuels.

Les rangements ouverts sont souvent une fausse bonne idée. Ils semblent pratiques mais pour garder une bonne allure, ils demandent beaucoup d’attention parce que tout y est visible tout le temps, tout de suite. Or, au quotidien, on n’a pas toujours le temps et l’énergie de ranger ses chaussures bien parallèles ou de remettre complètement un objet en place. Petit à petit, le fameux confort visuel s’en ressent.

L’idéal est donc de pouvoir dissimuler sans effort certains objets, certains rangements grâce à des astuces de cache-cache :

  • Appareils électroménagers encastrés ou dissimulables derrière des portes ou des façades coulissantes
  • Joli rideau devant un dressing ouvert ou des rangements muraux, permettant d’apaiser visuellement l’espace en un clin d’œil
  • Meubles totalement ou partiellement fermés
  • Contenants semi-ouverts (boîtes, paniers)

Gardez visible ce qui est vraiment agréable pour votre œil (objets coordonnés, que vous aimez, que vous trouvez beaux). Limitez la quantité de choses que le regard va devoir embrasser en entrant dans une pièce. Veillez à « escamoter » la vue sur des objets inesthétiques quand vous ne vous en servez pas. Pour autant, ne les cachez pas trop loin, ne les rendez pas trop compliqués à atteindre ! Votre quotidien, vos gestes doivent rester simples.

Cette approche permet également de lutter contre le perfectionnisme dans le rangement. On peut rendre invisible vite fait, bien fait un peu de désordre (qui n’est rien d’autre que normal !) sans se laisser obnubiler par l’envie de tout rectifier.

.

.

2. Regroupez les objets qui vont ensemble

Nous l’avons vu, l’éparpillement de manière générale nuit au confort visuel. Le secret tout simple d’un bon rangement consiste parfois juste à regrouper les objets pour plus de cohérence et d’élégance. Il peut suffire d’un panier qui accueille des objets auparavant épars. Un contenant, comme son nom l’indique, va contenir, entourer et délimiter les éléments, facilitant la tâche de notre œil. Des objets de tailles, de formes différentes seront comme homogénéisés. L’endroit aura instantanément l’air plus ordonné.

En regroupant clairement au même endroit les objets qui vont ensemble, vous gagnez également du temps au moment de leur utilisation.

Actuellement, les rangements ouverts sont à la mode. S’il faut parfois s’en méfier, comme nous l’avons vu, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont à bannir totalement. Au contraire, ils peuvent avoir beaucoup d’atouts.

Vous pouvez utiliser des rangements ouverts à condition :

  • qu’ils valorisent des objets agréables à regarder et accordés entre eux,
  • et que l’ensemble occupe un espace précis et relativement limité.

En groupant les objets, il en ressort une impression plus compacte. L’œil arrive bien à « scanner » ce rangement, même quand il est volontairement déstructuré.

Rangement et déco, d’une pierre deux coups !

 .

.

3. Harmonisez les couleurs et les formes

Notre œil apprécie naturellement l’équilibre, l’harmonie ou encore la cohérence chromatique dans ce qu’il voit. Bien que ces notions puissent être subjectives, le confort visuel d’un rangement ne pourra qu’être meilleur en s’y intéressant.

Des détails peuvent tout changer :

  • Choisir des contenants assortis (matière, coloris) pour ranger ses affaires, et les étiqueter si besoin
  • Compartimenter clairement les objets
  • Ranger et disposer les objets par couleurs ou par taille
  • Veiller à un(e) certain(e) alignement/symétrie dans la disposition et adopter une cohérence d’ensemble.

Pour les contenants, les matières naturelles ont d’après moi un rendu visuel plus qualitatif, plus noble, ce qui peut aussi contribuer à l’impression de confort. Par exemple, à contenu équivalent, des paniers en rotin me semblent plus agréables visuellement que des bacs en plastique.

.

.

4. Désencombrez sans relâche

Il ne vous aura pas échappé que moins on a d’objets superflus, plus le rangement est facile et plus le confort visuel en découle naturellement. Laissez respirer votre intérieur, n’utilisez pas le moindre endroit disponible pour y mettre quelque chose. Vous gagnerez en sensation d’espace et en clarté visuelle.

Dans une pièce, un mur laissé blanc (sans tableau, sans décoration murale), des angles nus (sans mobilier, sans objets stockés) peuvent favoriser le confort visuel. Cela crée des intervalles vides, reposants pour l’œil, et qui compensent les pleins (meubles, décoration, objets alignés). C’est une histoire d’équilibre !

Le confort visuel obtenu à un instant T peut aussi, hélas, s’amenuiser au fil du temps à force de petits ajouts, de petits changements, de nouveaux objets qui entrent en jeu, parfois sans même s’en apercevoir.

Prévenez l’encombrement à la source en suivant quelques principes simples :

  • Un nouvel objet qui entre chez vous = un objet qui sort ! Cette règle est facile à appliquer et extrêmement efficace pour maintenir son intérieur désencombré.
  • Faites un grand tri global de vos affaires une fois par an
  • Entourez-vous d’objets qui vous servent réellement et vous plaisent réellement, et autorisez-vous à vous séparer du reste.

Intéressez-vous à votre relation aux objets et au minimalisme : qu’est-ce que cette approche pourrait vous apporter ? Si vous craignez de laisser vides des espaces chez vous, qu’est-ce que cela révèle ?

Dans le minimalisme, le confort prend une dimension plus profonde encore. Il est accru par le fait que chaque chose a une réelle signification pour la personne qui la possède. Au-delà d’une diminution mathématique du nombre d’objets ou d’une décoration sobre et épurée, c’est plaisant de ne cohabiter qu’avec des objets choisis, utiles, aimés, porteurs de sens. Cela apporte du confort moral versus le fait d’être entouré de choses qu’on n’aime qu’à moitié.

.

.

5. Laissez de l’espace vide dans tous vos rangements

Enfin, un dernier conseil : armoires, placards, étagères… ne doivent pas être pleins à craquer. C’est toujours un facteur d’inconfort visuel.

Certains professionnels de l’organisation parlent de 30 % d’espace à laisser libre en permanence. Il n’est pas toujours facile de transposer ce chiffre dans la vraie vie de nos intérieurs. Mais retenons qu’il est bon de garder un peu de marge dans tout rangement afin de :

  • pouvoir absorber de légers changements, l’arrivée ou le remplacement d’un objet,
  • et toujours, toujours, offrir à l’œil un peu de répit !

En laissant une partie (raisonnable) d’espace vide, tout est plus fluide tant visuellement que dans la pratique : on peut ranger sans déplacer d’autres éléments, on voit mieux ce qu’on a et ce qui pourrait manquer.

Un dernier mot : ces conseils en matière de confort visuel dans le rangement vous sont-ils utiles ? Céline et moi sommes impatientes de lire vos réactions dans les commentaires ! 

Partagez aussi cet article sur les réseaux sociaux pour les faire connaître à votre entourage, les boutons de partage sont juste en-dessous ! Merci 🙂

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Freepik

Photo des chaussures : extraite de l’article « Toutes nos solutions de rangement », Côté Maison

Photo du bureau rangé avec plantes vertes : designed by Freepik

Les autres photos sont les photos de l’auteur

Gifs : giphy.com

.

 Hastags-clé :

#rangement #affaires #placard #armoire #etagere #relationauxobjets #minimalisme #œil #confortvisuel #vision #vue #espaceencombré #espacevide #objet

La Magie du rangement de Marie Kondo : un véritable déclic dans la vie !

La Magie du rangement de Marie Kondo : un véritable déclic dans la vie !

J’ai envie de vous parler de ce livre.

Peut-être l’adorez-vous car il a autant transformé votre vie que la mienne. Ou peut-être vous dites-vous « encore ce livre ! » car vous ne supportez plus d’en entendre parler à tout bout de champ…

Mais je ne peux pas tenir un blog sur l’organisation et le rangement sans évoquer le livre qui m’a ouvert les yeux sur cette passion ! Et qui me motive à changer de voie professionnelle… La Magie du rangement de Marie Kondo a été un moment mon livre de chevet et il continue de m’inspirer chaque fois que je l’ouvre.

Toutefois, pas question ici de vous faire un simple résumé. Beaucoup d’articles de blogs et de journaux se sont chargés avant moi de décrire les caractéristiques de la méthode Konmari. Non, j’ai envie de vous en livrer mon analyse et de vous expliquer pourquoi et comment il est la source de nombreux déclics.

Vous voulez savoir lesquels ? Aller, hop, on scrolle !

.

.

Un déclic et des souvenirs

Je me rappelle très bien la première fois que je l’ai lu, c’était sur les plages du bassin d’Arcachon, le week-end du 15 août où j’ai rencontré les meilleurs amis de l’Homme. J’étais tellement enthousiasmée par cette lecture que dès que je trouvais une idée géniale, je leur lisais l’extrait. Soit ils m’ont prise pour une folle, soit ils se sont dit que j’allais très bien avec leur ami, à sa manière, assez maniaque du rangement et du ménage !

Je n’ai pas honte de dire que j’étais tellement excitée à l’idée de tester certains conseils que j’avais presque hâte que le long week-end au bord de l’eau se termine pour rentrer et me plonger dans un grand désencombrement !

.

Certaines idées ont fait écho en moi et m’ont donné une autre vision de la vie. Cette lecture m’a permis d’avoir des déclics sur mon rapport aux objets, à la possession, sur ma manière de consommer et m’a permis de construire ma propre philosophie de vie. De plus, si je me savais déjà organisée, je préférais ne pas en parler car c’était souvent une source de plaisanteries chez mes ami(e)s. Bizarrement, l’organisation n’est pas la priorité de ma Y de génération et encore moins de la génération suivante.

À présent, je m’assume et je le dis fièrement ! Ce livre m’a fait l’effet d’une formation en développement personnel. Il m’a même donné envie de changer de vie 🙂 Il est quand même à l’origine de ma révélation de devenir Home organiser et est donc mon premier pas vers la formation que je suis en train de suivre en ce moment ! Et pour ça, je ne peux qu’être reconnaissante et remercier cette lecture !

Bien plus qu’un énième manuel de rangement : une philosophie de vie

Le livre est mal titré à mon goût (pardon, remarque d’une ancienne éditrice). Je ne connais pas le terme traduit du japonais mais il devrait plutôt s’appeler La Magie du désencombrement, sauf qu’évidement ce mot est moins sexy et moins vendeur.

Pourquoi le trouve-je mal titré ? Parce que typiquement un des titres de sous-partie est « Rangez un peu chaque jour et vous n’en finirez jamais de ranger ». Comme Marie Kondo l’explique, afin d’éviter l’effet rebond, il faut s’y mettre « une bonne fois pour toutes et d’un seul coup » afin de se débarrasser de TOUS les objets que nous n’utilisons pas et qui ne nous procurent aucune émotion. Il faut faire de ce désencombrement un « événement spécial », c’est son expression. Quand on s’y met, il faut passer au crible TOUS ses objets et viser la perfection.

Elle explique ainsi :

Il existe 2 types de rangement : le ‘’rangement quotidien’’ et la ‘’séance spéciale’’. Le rangement quotidien, qui consiste à remettre à sa place l’objet que vous avez utilisé, fera toujours partie de notre vie car nous nous servons de vêtements, de livres, de fourniture pour écrire, etc. Mais le présent ouvrage a pour objectif de vous inciter à vous attaquer à la séance de rangement spéciale.

Et c’est pour ça aussi qu’elle peut se permettre de titrer une autre sous-partie « Dès que vous commencez, votre vie redémarre à zéro ».

.

La force de ce livre, outre celle de nous donner une méthode de pliage très efficace, est de nous apprendre à nous détacher du matériel et de nous montrer que l’essentiel n’est pas dans la possession. Il faut prendre ce processus comme « une étude de votre moi, un rite de passage dans une nouvelle vie ». En plus, vous vous rendrez compte qu’une fois que vous avez rangé, au sens d’avoir fait le tri des affaires que vous voulez garder et celles qui n’ont plus d’importance, vos désirs matériels diminueront.

Et c’est en ça que cette lecture provoque des déclics, surtout que le livre est beaucoup plus accessible et concret que certains ouvrages comme ceux de Dominique Loreau par exemple. Et je pense que c’est pour ça qu’il a eu autant de succès. Parce que, finalement, ce n’est pas le premier livre sur la thématique ! Par contre, c’est vraiment le premier qui parle aux gens, qui est à la fois pédagogique et vulgarisé, qui ne se revendique d’aucune science ou d’aucun courant de pensée.

Il est comme une conversation entre 2 ami(e)s honnêtes, qui ont de l’humour et de l’autodérision.

Les conseils pour ranger que j’ai adorés !

1. Trier par catégorie d’objet et non par pièce

Pourquoi ? Parce qu’on a souvent une catégorie d’objets rangée dans plusieurs pièces.

Exemple concret : les livres. Ils peuvent être rangés dans une bibliothèque au salon, dans votre chambre et ou encore dans la cuisine.

Pareil pour les vêtements et le linge de maison. Il y en a dans les chambres, la salle de bain, la buanderie, etc.

Si vous triez par pièce, vous risquez donc de ne pas avoir une vision d’ensemble de la catégorie et vous devrez recommencer à trier en changeant de pièce.

.

.

2. Trier en se demandant : « Cet objet me procure-t-il du bonheur ? »

Ce conseil a beau être parodié, moqué, il est très efficace ! Si vous n’avez pas utilisé un objet depuis plus d’un an et qu’il ne vous procure aucune émotion, débarrassez-vous-en !

.

.

3. Plier les vêtements de manière compacte

Cela permet de les ranger debout ou sur la tranche et non à plat en pile. Ca a changé ma vie pour le tiroir à sous-vêtements notamment et pour celui avec mes jeans et mes pantalons.

Je vous laisse découvrir les détails de la méthode dans le livre 😉 mais voici en image la manière dont elle procède :

.

.

4. Se débarrasser des souvenirs

On a parfois du mal car ils sont le reflet d’un attachement à un idéal passé, d’une relation sentimentale à l’objet, d’une nostalgie ou d’une cuplabilité, qui peut nous empêcher d’avancer. Ainsi, écrit-elle :

En prenant dans vos mains chaque objet ayant une valeur sentimentale et en décidant lesquels jeter, vous faites l’examen de votre passé. Si vous vous contentez de mettre ces choses de côté dans un tiroir ou un carton, votre passé risque de devenir très vite un frein vous empêchant de vivre l’instant présent.

Les conseils sur lesquels je suis en désaccord

1. Sa règle d’or à ne pas prendre au pied de la lettre

Première étape du désencombrement : « commencez par jeter ». Sur cette règle, j’aimerais apporter une nuance. Pour moi, jeter est vraiment la dernière possibilité si l’objet est cassé ou vraiment très abîmé. Quoi que la société de surconsommation nous martèle, beaucoup de choses se réparent et en plus, nombreuses sont les personnes à aimer bricoler ! Ma philosophie serait plutôt « donnez ou vendez ».

Mais bref, la règle d’or sous-jacente est surtout de commencer par faire un tri pour désencombrer et se débarrasser. Cela inclut le « au cas où » !

.

.

2. Les notices d’utilisation et les cartons d’emballage

Marie Kondo conseille de ne pas les garder en disant qu’ils ne nous servent pas et que ce n’est pas en les gardant qu’on obtiendra « un meilleur prix » lors de leur revente. On en obtiendra sûrement pas un meilleur prix mais je peux vous assurer que, par expérience, la revente est beaucoup plus facile quand on vend l’appareil avec sa notice et son emballage d’origine. Je pense qu’ils apportent un gage de sérieux à l’annonce et de soin quant à l’utilisation de l’appareil, aux potentiels acheteurs (pour plus de détails, voir mes articles : À quel prix revendre vos vêtements, affaires, meubles et autres ? et Revendre vos affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi). De plus, quand vous déménagez, vous êtes (en tout cas je suis !) bien content(e) d’avoir l’emballage pour que l’objet soit bien protégé (pour l’écran plat par exemple !)

.

3. Les papiers administratifs

Concernant les papiers administratifs en tout genre, sa méthode est radicale : elle jette tout. Attention avec ce conseil car en France, nombreux sont les papiers à conserver ! Dans cette partie, il y a d’ailleurs une note de bas de page du traducteur qui m’avait bien fait rire :

Attention ! La législation française prévoit un délai minimum de conservation des documents administratifs (voir le site www.service-public.fr)

.

.

4. Le tri des livres

Concernant le tri des livres, elle est, là encore, trop radicale et cela heurte un peu ma sensibilité d’éditrice et de passionnée de littérature.

Elle titre à propos de cette catégorie d’objet : « ‘’un de ces jours’’ signifie jamais ». Je ne partage pas cet avis, tout dépend du livre. Pendant mes études, j’ai accumulé un tas de classiques, que je n’ai pas forcément eu le temps ou l’envie de lire à ce moment-là.

Aujourd’hui, je prends plaisir à les découvrir ou à les redécouvrir et je trouve que c’est même parfois avec le recul des années qu’on les apprécie davantage. Lire Le Rouge et le noir en seconde est une bêtise monumentale, qu’est-ce qu’on s’ennuie ! D’une, parce que le vocabulaire de Stendhal est particulier et comme de nombreux auteurs du XIXe siècle les descriptions sont nombreuses et les phrases trop longues, et en plus parce qu’on ne comprend pas la force des émotions sous-jacentes et les tensions qui se jouent entre les personnages. Alors que lorsque j’ai lu Bel Ami au début de ma carrière d’éditrice après l’avoir trouvé par terre au détour d’un couloir d’une des maisons d’édition où je travaillais, je me suis éclatée à lire le discours de ce personnage cynique.

.

.

5. Le changement des vêtements en fonction de la saison

Enfin à propos du changement de vêtements dans la penderie en fonction de la saison, elle juge que « la coutume […] est démodée » car nous avons à présent une température intérieure constante grâce à la climatisation l’été et au chauffage l’hiver.

Je ne suis pas d’accord là-dessus d’abord parce que je n’ai pas la place dans mon dressing de garder les affaires des 2 grandes saisons, et en plus, parce que si la température intérieure est à peu près identique toute l’année, la température extérieure, elle, ne l’est pas du tout ! Alors effectivement, certains chemisiers, t-shirts ou jean restent à portée de main toute l’année mais je ne me vois pas garder mes robes d’été l’hiver et mes pulls en laine l’été !

Pour conclure, si vous lisez ce livre, faites-le avec du recul et gardez en tête les points qui vous parlent vraiment. Malgré tout, il reste une lecture que je vous conseille vivement !

Je laisserai les mots de la conclusion à Marie Kondo :

Le rangement de votre maison est la magie à l’origine d’une vie heureuse et animée.

.

.

.

Un dernier mot : vous avez apprécié cette critique ? Chez vous aussi, ce livre a provoqué un déclic sur certains sujets ? Dites-le moi en commentaire !

Et n’oubliez pas de partager cet article sur les réseaux sociaux avec votre entourage (les boutons sont juste en-dessous 😉

Merci par avance !

Crédits photos :

Photo de couverture : photo de Céline

 

Hashtags associés :

#mariekondo #consultantejaponaise #lamagiedurangement #methodekonmari #letincelledubonheur #rangement #desencombrement #tri #sedebarrasser #donner #jeter #plier #vetements #methode

12 astuces pour garder votre maison rangée

12 astuces pour garder votre maison rangée

Garder votre intérieur rangé, vous êtes découragé(e) rien que d’y penser ?

Avec le rythme effréné du quotidien, ce n’est pas toujours facile. Et pourtant, c’est essentiel au bien-être de tous. Quoi de mieux que de rentrer le soir et de pouvoir vous rasséréner en profitant de votre cocon ? Plutôt que de pousser un soupir de lassitude en voyant les chaussures et les manteaux traîner dans l’entrée, le tas de linge qui s’amoncelle dans le salon ou la vaisselle sale à côté de l’évier…

Vous voulez quelques astuces pour garder votre maison rangée facilement ?

Aller, c’est parti !

1. Commencez par désencombrer et trier

Faites le tri dans toutes vos affaires. N’oubliez rien !

  • vêtements,
  • chaussures,
  • accessoires
  • livres,
  • cd/dvd,
  • linge de maison,
  • vaisselle,
  • appareils hifi et high-tech,
  • appareils électroménagers,
  • meubles,
  • bibelots,
  • mobilier de jardin,
  • affaires de bricolage…

… la liste est non exhaustive !

Vous avez sûrement entendu parler de Marie Kondo, même si vous n’avez pas lu ses livres. C’est parce qu’elle a une excellente méthode pour désencombrer. Lorsque vous saisissez un objet (quel qu’il soit), demandez-vous s’il vous procure de la joie. Réfléchissez aussi à la dernière fois où vous l’avez utilisé. Si c’était il y a plus d’un an et qu’il vous laisse indifférent(e), il est temps de vous en débarrasser !

Cette étape est primordiale si vous souhaitez garder votre intérieur rangé. C’est toujours plus facile de ranger quand on a moins d’affaires ! On a tendance à trop garder, sans vraiment savoir pourquoi. Je vous conseille vivement la lecture de La Magie du rangement. Si vous voulez avoir une idée plus précise du contenu du livre avant de l’acheter, vous pouvez lire ma critique sur le blog de Laplumerose !

.

.

2. Jetez, vendez ou donnez

Lorsque le tri est achevé, demandez-vous ce que vous souhaitez faire de ces affaires : préférez-vous les donner ? Les vendre ? Mieux vaut-il les jeter ?

Marie Kondo parle beaucoup de jeter. De mon côté, je suis adepte de la revente. Si vous souhaitez vendre certaines affaires mais ne savez pas comment faire, vous pouvez lire mon article Revendre ses affaires d’occasion : pourquoi, quoi, comment – mode d’emploi.

Et si vous ne voulez pas vous embêter, donnez ! Que ce soit aux associations (Emmaüs par exemple) ou aux particuliers (via des sites internet comme geev ou donnons.

.

.

3. Déterminez un emplacement précis pour chaque objet

Le dicton « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » illustre parfaitement l’idée. Pour garder un intérieur rangé, encore faut-il avoir déterminé ranger les objets ! Ranger ne veut pas dire placer les objets dans un coin sans logique. Ils doivent avoir une place bien précise. Pour vous aider, vous pouvez catégoriser vos placards ou vos tiroirs par pièce, par utilisation, par thématique, etc.

Ci-dessous, l’exemple d’un tiroir rangé par thématique : thématique « lumière » avec ampoules, piles, multiprise et rallonge :

4. Rangez chaque objet après utilisation

Comme je l’expliquais dans mon article 12 astuces pour gagner de la place chez soi, dans une même journée, on est amené à utiliser différents objets (vêtement, chaussure, sac, livre, vaisselles, étendage, aspirateur, tournevis, etc.) et dans différentes pièces. Pour garder une pièce rangée, il faut remettre chaque objet utilisé en place au fur et à mesure. Le mot d’ordre est la régularité. C’est une habitude à prendre.

Voici 2 exemples en photo :

  • Le 1er est notre table de salle à manger, sur laquelle je m’étais mise à travailler pendant la canicule car il faisait encore plus chaud dans notre bureau :
  • Le 2e est ma commode dans notre chambre sur laquelle le linge s’est accumulé au fur et à mesure de mes déplacements au mois de juillet car je n’ai pas pris le temps de ranger entre chacun.

C’est ce genre de choses accumulées qui donne l’impression d’avoir une maison très mal rangée. Et pourtant, que ce soit pour la table ou le dessus de la commode, cela m’a pris seulement 5 minutes. Il suffit de s’y mettre. Vous verrez que plus vous serez régulière/ régulier, moins vous aurez besoin de passer une partie de votre week-end à ranger.

Et, si vous prenez la résolution de vous y mettre régulièrement, donnez-vous du temps, ne vous découragez pas ! Il faut environ 3 semaines pour qu’un geste devienne une habitude.

5. Apprenez à ranger à votre entourage (conjoint, enfants)

Pourquoi une seule personne serait « en charge » du rangement pour toute la maison, en l’occurrence vous ?  À moins que vous viviez seul(e), vous n’êtes pas la/le seul(e) à déranger !

Suivant les familles, il est parfois compliqué de mettre les hommes ou bien les enfants au rangement ! C’est pourquoi, ranger ensemble et faire en sorte que ce soit un moment agréable et marrant dans la routine quotidienne peut aider. De plus, à plusieurs, vous irez plus vite !

Certains de nos amis qui aiment garder leur intérieur rangé nous le disent, leurs enfants les imitent à ranger dès 14/18 mois environ. Oui, je vous vois sourire en lisant ces lignes, bien sûr le rangement d’un enfant de 18 mois n’est peut-être pas très efficace mais l’habitude est prise ! Et plus elle est prise tôt, plus elle sera naturelle !

 .

.

6. Ne montez jamais les escaliers les mains vides

 J’ai toujours entendu ma mère me dire « ne monte pas les mains vides » quand, adolescente, j’empruntais les escaliers pour me rendre dans ma chambre. Et je m’entends à présent dire exactement la même chose à l’Homme. On déplace souvent les objets d’une pièce à l’autre, d’un étage à l’autre. Ne jamais monter les mains vides permet de rapporter les objets dans leur pièce de rangement au fur et à mesure.

Si vous n’avez pas d’étage, vous pouvez appliquer ce principe d’une autre manière. Exemple : ne sortez jamais du salon les mains vides. Le tout est de ne pas « avoir les mains vides » pour éviter de devoir tout faire d’un coup, souvent le week-end, quand vous avez décidé de vous transformer en tornade rangement/ménage et d’y consacrer plusieurs heures.

 .

.

7. Créez un espace dans votre entrée pour vous dévêtir

Créer dans votre entrée un endroit avec une penderie ou un porte-manteau, une console, une banquette-coffre ou un meuble à chaussures (en fonction de vos goûts et de l’espace) permet de vous débarrasser immédiatement des accessoires d’extérieur : chaussures, manteau, écharpes, sac à main, clés de voiture, clés de la maison, etc. Cela évite que ces accessoires traînent un peu partout : les chaussures dans l’entrée, le manteau sur une chaise de la salle à manger, les clés de la voiture sur… mince chérie tu n’as pas vu mes clés ?

Même dans un couloir étroit, on peut mettre des meubles, il faut bien les choisir ! Voici notre entrée :

8. Fixez-vous des objectifs

Vous connaissez le concept de power hour ? C’est une routine pour laquelle on se donne un objectif et pendant laquelle on reste concentré(e). Vous pouvez par exemple utiliser cette méthode pour le boulot, lorsque vous avez un dossier à traiter, une présentation à faire et que vous ne voulez pas être déconcentré(e) par les mails ou les coups de téléphone intempestifs.

 Ici, le but est de rester concentrer sur sa maison. L’idéal est de réserver dans votre agenda, chaque semaine, un moment à consacrer à une power hour pour s’attaquer à la mise en ordre de votre intérieur.

Fixez-vous un objectif temps (ça s’appelle power hour mais vous pouvez vous donner un objectif de 30 minutes ou bien 1h30, à votre guise !) et un objectif résultat réalisable dans le temps imparti (je range salon et cuisine ou bien je range et nettoie la salle de bain ou bien je repasse et range le linge, etc.) et c’est parti !

En vous fixant une durée et en restant concentré(e) sur l’objectif final, vous serez beaucoup plus efficace et plus rapide !

 .

.

9. Maîtrisez vos achats

Garder votre intérieur rangé passe aussi par la maîtrise de sa consommation. Il serait dommage de devoir recommencer régulièrement l’étape désencombrement car vous avez fait des achats compulsifs ! Soyez raisonnable, n’achetez vraiment que ce qui est essentiel pour vivre, prenez le temps de réfléchir à vos habitudes de consommation. De plus, votre compte en banque vous en remerciera !

10. Sachez dire non

 

Une amie vous propose de vous donner une robe d’été qui ne lui va plus. Votre frère veut jeter sa guitare dont il ne joue plus depuis des années mais ça vous fait mal au cœur et vous la récupérez (on ne sait jamais si un jour vous avez envie d’apprendre !)

Sachez dire non !

Si les autres désencombrent leur maison, tant mieux mais ce n’est pas une raison pour encombrer chez vous-même si cela vient d’un geste généreux.

.

.

11. Ne culpabilisez pas à vous débarrasser des cadeaux qui ne vous plaisent pas

On culpabilise souvent à l’idée de se débarrasser d’un cadeau. Or, l’essentiel dans un cadeau n’est pas tant l’objet que le geste, non ? La personne a pensé à vous, vous êtes content(e) de recevoir son cadeau et la remerciez chaleureusement. Mais cette personne a le droit de se tromper !

Ce que vous faites de son cadeau a moins d’importance que la joie que vous lui avez témoignée en le recevant. Sur ce sujet, Marie Kondo m’a ouvert les yeux. Garder un cadeau dont on ne sert pas 1.prend de la place et 2. fait culpabiliser parce dès qu’on ouvre un placard, ledit cadeau encore emballé nous saute aux yeux l’air de dire d’un ton réprobateur « tu ne m’utilises pas ! ». Comme dit précédemment, le rangement va de pair avec la place qu’on a chez soi. Alors, n’hésitez plus ! Et si vous avez encore du mal, je vous invite à lire mon artcile : « Revendre vos cadeaux de Noël : déculpabilisez, dédramatisez, désencombez ! »

.

.

12. Ne multipliez pas les meubles de rangement

Plus vous acheterez des meubles de rangement et plus vous aurez envie de les remplir et donc à nouveau d’accumuler les objets !

Garder une maison rangée est plus facile quand on a peu de meubles. De plus, alléger le mobilier dans les pièces à vivre (salon, salle à manger) donne une impression d’espace, même dans le plus petits des appartements.

Enfin, argument imparable : cela vous fera moins de surfaces sur lesquelles faire la poussière !

Pour conclure, je dirai que le mot « rangement » est connoté négativement à cause de son côté répétitif et perte de temps. Et pourtant, ranger peut devenir un plaisir car il permet de se vider la tête. De plus il est très visuel et apporte satisfaction une fois qu’il est terminé.

Alors, qu’en pensez-vous ? Vous avez envie d’essayer ? Ces astuces font-elles déjà partie de vos trucs à vous ?

Et si vous voulez encore lire sur le sujet, jetez un œil aux références ci-dessous !

.

.

Un dernier mot : donnez moi votre avis sur ces astuces ! Et si elles vous ont plu, partagez-les avec votre entourage sur les réseaux sociaux, les boutons sont juste en-desous 😉 Merci !

.

.

.

.

Revue de presse :

Podcast : Jeter, désencombrer, ranger pour se sentir mieux, Ali Rebeihi, 2 mai 2018

« Ranger, trier, organiser… la clef du bonheur ? », Manuela Estel, 6 novembre 2018

« Ranger pour être plus heureux ! », Santé magazine

.

.

Bibliographie :

L’Art de l’essentiel, Dominique Loreau

Crédits photos :

Photo de couverture : Katarzyna Bialasiewicz sur iStock

Toutes les autres photos ont été prises par Céline

gifs : giphy.com

.

Hashtags-clé :

#rangement #maison #appartement #commentgardersamaisonrangee #dressing #amenager #gaindeplace  #place #espace #petitsespaces #astuces #astucesrangement #bienetre #armoire  #placard #etagere 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer