Revendre les cadeaux de Noël… Oui, j’aborde un sujet sensible

Les fêtes sont passées, la vie a repris son cours et vous vous demandez ce que vous allez faire du pull tricoté par votre grand-tante ou de ce vase étrange offert par votre belle-mère… Vous envisagez de vous en débarrasser ? Vous avez pensé à les revendre mais vous n’osez pas ?  Vous culpabiliseriez en le faisant ? Vous l’avez déjà fait mais regrettez ?

Alors, je vous incite vivement à lire cet article !

Pourquoi garder un cadeau que vous n’utilisez pas ?

Posez-vous vraiment la question. Pourquoi ? Garder un cadeau dont vous ne vous servez pas prend de la place et vous fait culpabiliser ! Dès que vous ouvrez un placard, ledit cadeau, encore sous son film plastique, vous saute aux yeux l’air de dire d’un ton réprobateur : « tu ne m’utilises pas ! »

Toutefois, cette culpabilité est tenace ! On ne se rend pas forcément compte à quel point elle est insidieuse, à quel point elle rôde dans nos schémas de pensée majoritairement issus de nos racines judéo-chrétienne. Ce serait à cause du Péché originel qu’on ne revendrait pas nos cadeaux de Noël et autres ? Moi je dis non ! Il faut arrêter de vous nourrir d’émotions négatives inutiles, vous en aurez bien d’autres à gérer sans en être la source, dans votre vie ! Vous n’êtes pas d’accord ?

Osez revendre vos cadeaux

Revendre un cadeau vous choque ? Pourquoi ? Finalement l’essentiel dans un cadeau n’est pas tant l’objet que le geste, non ? La personne pense à vous, a passé du temps (ou pas !) à chercher un cadeau, vous êtes content(e) de le recevoir et la remerciez chaleureusement.

Soyez rassuré(e) ou motivé(e), je le dis ouvertement, ça m’arrive de revendre des cadeaux sans culpabiliser ! Tout simplement parce que les personnes qui offrent des cadeaux ont le droit de se tromper ! Que ce soit quelqu’un de l’entourage éloigné (les erreurs sont assez fréquentes ah ah) ou proche. En même temps, on ne peut pas leur en vouloir, qui n’a jamais répondu à la question « tu veux quoi pour Noël ? » : « euh je ne sais pas » ?

Cette philosophie est délicate à mettre en œuvre, j’en suis consciente. Toutefois, plus vous serez ouvert(e) et moins vous culpabiliserez à le faire, je m’explique : quand j’étais ado et que quelqu’un se trompait en me faisant un cadeau (surtout ma mère, hélas – les mères d’adolescent(e)s subissent tant, n’est-ce pas ?) j’étais contrariée, ça se voyait sur ma tête, bref je boudais.

** Et là je prends du recul en repensant à moi à 15 ans et je me demande ce que ce sera quand ce sera moi la mère ! Mon dieu ça fait peur… Maturité, sors de ce corps ! **

 À présent, j’ai évolué (maturité, ressors de ce corps !) et lorsqu’on m’offre un objet/vêtement/bijou qui, de prime abord, n’aurait pas attiré mon regard dans le point de vente, je remercie chaleureusement la personne parce qu’elle a pensé à moi et ce simple geste me fait plaisir. Ensuite, je me demande si je peux m’habituer à l’utiliser/le porter.

À Noël 2017, j’ai reçu de la mère de l’Homme une écharpe couleur moutarde. Je ne portais jamais cette couleur que j’associais inexorablement à un pull de ma grand-mère. Pour moi, vêtement moutarde = vieux. Par respect pour ma belle-mère et l’Homme, j’ai porté cette écharpe quelquefois. Et j’ai fini par me rendre compte : 1.que cette couleur allait parfaitement avec le bleu canard de mon manteau d’hiver et 2. que la couleur moutarde était à la mode et que beaucoup de femmes (de tout âge !) en portaient ! Enfin, cette écharpe s’est avérée très chaude. Bref, l’hiver suivant, je ne l’ai pas quittée !

N’hésitez pas à revendre ce que vous possédez déjà !

Parfois je revends un cadeau pour la simple raison que je possède déjà l’objet en question à la maison. Dans un esprit minimaliste aimant les espaces et les placards peu encombrés, je ne suis pas fan d’avoir le même objet en plusieurs exemplaires (hum… cette remarque ne s’applique pas aux vêtements et aux chaussures). À quoi peuvent servir 2 mini-hachoirs, 2 fer à lisser, 2 réveils, etc. ?

De mon côté, quand je dois faire un cadeau, j’essaie de le personnaliser au maximum en pensant à ce que la personne aime, à ses passe-temps. Il va sans dire bien sûr que je peux aussi me tromper ! L’exemple le plus criant (et le plus récent) que j’ai en tête est le cadeau que j’ai offert à ma sœur pour son 19e anniversaire : en 1re année d’école d’ostéopathie, elle devait apprendre l’anatomie. Vu le nombre d’éléments à retenir, la matière était difficile. J’avais trouvé chez Nature et Découverte un super livre de pilates (elle aime bien ce sport !) qui illustraient toutes les positions par des photos, et un dessin qui montrait les muscles qui travaillaient dans chaque position. Je m’étais dit que c’était une manière amusante de réviser ! C’était ma pensée jusqu’à ce que je vois sa tête en déballant le cadeau… Elle n’a pas eu besoin de dire quoi que ce soit… heureusement pour moi j’avais gardé le ticket de caisse et j’ai pu rectifier le tir !

L’important, c’est le geste

Tout ça pour dire quoi ? Que l’essentiel, c’est d’être reconnaissant(e) envers les personnes qui pensent à vous et de partager avec elles le plaisir du geste d’offrir et de recevoir. Sur ce sujet, Marie Kondo et sa Magie du rangement m’ont littéralement ouvert les yeux :

Un cadeau a pour véritable objectif d’être reçu. Les cadeaux ne sont pas des « choses » mais le vecteur des sentiments d’une personne. Avec cette vision des choses, vous ne devez pas vous sentir coupable de jeter un cadeau. Soyez simplement reconnaissant du plaisir éprouvé lorsqu’on vous l’a offert.

Ce que vous faites du cadeau n’a pas d’importance. Et si vous êtes l’offreur, ne vous vexez pas d’apprendre qu’un de vos cadeaux a été revendu. Tout le monde peut se tromper et au moins le receveur s’est acheté quelque chose qui lui tenait à cœur avec l’argent de la vente. Ne lui en tenez encore moins rigueur s’il habite un mini appartement dans une ville où les loyers sont démesurément chers ! Les japonais, eux, ont tout compris : l’important c’est un esprit serein et le gain de place !

Conclusion

Aller, fermons les yeux et détachons-nous ensemble des émotions négatives et du matérialisme. Et que celui ou celle qui n’a jamais pensé en déballant le cadeau de sa grand-tante ou de son cousin éloigné « mais qu’est-ce qu’on va faire de ce truc-là ? » me jette la première pierre !

Vous aimez cet article ?

Dites-le en commentaire et partagez-le autour de vous !

Crédits photos :

Photo de couverture : designed by Freepik

Gifs : giphy.com

 .

Hastags-clé :

#cadeau #cadeaudenoel #revendresescadeaux #revendresescadeauxdenoel #revendre #occasion #secondemain #leboncoin #vinted #oser #culpabilite #neplusculpabiliser #sefaireconfiance #saffirmer #materialisme #sedetacherdumaterialisme

Céline

Blogueuse et Home organiser certifiée

Trentenaire hyperactive, je suis passionnée par l’organisation, le désencombrement et la revente d’occasion. En 2019, je me suis lancée dans le blogging tout en me formant au métier de Home organiser.

Je vous partage mes conseils pour vous faire gagner en qualité de vie et en sérénité, en rendant l’organisation et le rangement passionnant !